Nouvel épisode de la confrontation autour de l’United States Postal Service (USPS), la poste fédérale américaine, qui oppose démocrates et républicains à l’approche des élections présidentielles et législatives du 3 novembre. Les États de New York, du New Jersey et d’Hawaï, dirigés par des démocrates, ont poursuivi mardi 25 août Donald Trump et le chef de l’USPS Louis DeJoy, accusés de vouloir “Démanteler” ce service public avant les élections présidentielles au cours desquelles le recours au vote par correspondance doit être étendu.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi US Post kidnappé en campagne électorale

Le procureur général de New York, Letitia James, a annoncé le dépôt du procès devant le tribunal fédéral de la capitale, Washington, DC, après la fin des audiences du Congrès pour M. DeJoy, connu pour être proche du président Trump. .

Selon Mje James, les mesures de réduction des coûts de DeJoy, que les démocrates ont adoptées ces derniers jours, ont déjà provoqué un ralentissement notable de la livraison du courrier aux États-Unis.

“Réduire la vitesse du courrier n’est rien de plus qu’une tactique d’élimination des bulletins de vote”, il a dit dans un communiqué. “Cette fois, ces mesures autoritaires menacent non seulement la démocratie et le droit fondamental de vote, mais aussi la santé et le confort financier immédiat des Américains”, at-il ajouté. a-t-il ajouté, citant des retards dans la livraison des médicaments ou des chèques.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les étincelles du vote par correspondance ont mené une bataille avant les élections aux États-Unis.

Accusations de “sabotage” de la fonction publique

De nombreux États ont annoncé qu’ils étendaient les possibilités de vote par correspondance, ce qui pourrait toucher 75% des Américains cette année, en raison de la pandémie de Covid-19. Mais Trump s’est dit opposé à cette expansion, dénonçant le risque de fraude massive.

READ  Karine Lacombe, spécialiste des maladies infectieuses, évoque les «progrès» contre Covid-19
Lire aussi Le chef de l’US Post rejette les accusations de sabotage de ses services avant les élections présidentielles

Face aux critiques, DeJoy, un donateur majeur du Parti républicain, a annoncé la semaine dernière qu’il suspendrait les réformes accusées d’entraver le bon déroulement du vote par courrier, tout en niant les accusations portées devant le Congrès de “Sabotage” de ce service public.

Cela n’a pas empêché la Chambre des représentants, à majorité démocrate, de voter sur un texte prévoyant une aide d’urgence de 25 milliards de dollars pour le service postal, qui devrait cependant être bloqué au Sénat, à majorité républicaine.

Le monde avec l’AFP