Plus de 45 000 personnes ont traversé la Manche vers le Royaume-Uni dans de petits bateaux au cours de l’année écoulée, selon les chiffres du gouvernement, dont 90 le jour de Noël.

Deux navires de France le 25 décembre ils étaient les derniers enregistrés en 2022, selon le ministère de la Défense, ce qui porte le nombre total de personnes ayant traversé à 45 756. La pluie et les vents violents sur la côte sud ont peut-être empêché les traversées.

Les chiffres sont inférieurs aux estimations du gouvernement : les responsables avaient prévu que quelque 60 000 personnes pourraient traverser cette année.

La question est devenue centrale pour le gouvernement de Rishi Sunak et pour les parlementaires conservateurs. On s’est également inquiété de plus en plus de la sécurité après quatre personnes sont mortes dans les eaux glacées du Canal à la mi-décembre. Les rescapés ont dit aux pêcheurs qu’ils avaient payé 5 000 £ pour monter sur le bateau fragile. Une enquête sur leur mort la semaine dernière a appris que les hommes, dont l’identité n’a pas encore été confirmée, seraient d’origine afghane et sénégalaise.

Sunak a promis de promulguer une législation en 2023 pour qu’il soit « clair et sans ambiguïté que si vous entrez illégalement au Royaume-Uni, vous ne devriez pas pouvoir rester ici ». Son gouvernement a signé un accord avec la France en novembre pour accroître la coopération sur les demandeurs d’asile et les migrants, et des officiers britanniques ont rejoint un programme de patrouille sur les plages françaises. Mais cela ne donne pas aux officiers britanniques le pouvoir de patrouiller en France, cela leur donne juste le droit d’observer, et il n’y a pas d' »accord de retour ».

READ  Quand Dhirubhai Ambani travaillait pour une entreprise française et comment il a construit Reliance à partir de zéro

L’accord, qui est le quatrième accord entre le Royaume-Uni et la France Manche en trois ans, promettait une augmentation de 40% du nombre de patrouilles pour tenter de détecter de petits bateaux sur le point de faire le voyage depuis la France, ainsi que des investissements supplémentaires dans les infrastructures portuaires. en France. l’utilisation de la technologie pour détecter les passages à niveau, comme les drones, et le renforcement de la coopération transeuropéenne.

Cette semaine, l’ancienne Première ministre Theresa May a déclaré que les efforts visant à modifier les lois modernes sur l’esclavage risquaient de créer d’autres lacunes qui pourraient être exploitées, après le ministre de l’Intérieur, semelle courageuseIl a promis de modifier la législation phare introduite en mai.

Braverman a déclaré que les lois étaient « abusées par des personnes qui truquent le système » pour rester au Royaume-Uni alors qu’elles risqueraient autrement l’expulsion.

Sunak a précédemment déclaré qu’il avait passé plus de temps à lutter contre les traversées de la Manche et la politique d’immigration qu’autre chose que l’économie. Son plan d’immigration en cinq points comprend un commandement opérationnel permanent unifié pour petits bateaux de 700 millions de livres sterling; l’engagement de ne plus utiliser les hôtels pour héberger les demandeurs d’asile autant que possible ; doubler le nombre de travailleurs sociaux de l’asile ; et un nouvel accord avec l’Albanie pour renvoyer les gens dans le pays.

Un porte-parole du gouvernement a déclaré : « La crise migratoire mondiale exerce une pression sans précédent sur notre système d’asile. Personne ne devrait risquer sa vie en faisant des voyages dangereux et illégaux. Nous irons plus loin pour lutter contre les gangs qui sont à l’origine de cela, en utilisant tous les outils à notre disposition pour dissuader la migration illégale et perturber le modèle commercial des passeurs. »