Quel match … et quel combat! Les (quelques) spectateurs présents au Foro Italico ont eu droit à une demi-finale complètement folle entre Denis Shapovalov et Diego Schwartzman. Et surtout à un suspense anthologique dans une finale endiablée. Moins spectaculaire mais plus solide, Schwartzman a fini par avoir le dernier mot dans le tie break décisif (6-4, 5-7, 7-6). Après avoir éliminé Rafael Nadal en quarts de finale, l’Argentin devra désormais côtoyer Novak Djokovic en finale.

Un tel spectacle aurait mérité une ambiance beaucoup plus énergique. Cette demi-finale romaine a cependant débuté sans accroc. Diego Schwartzman, profitant de sa victoire héroïque sur Nadal, a joué très propre, distribuant le jeu et minimisant ses erreurs pour faire la pause rapidement. Mais à la fin du set, le match était bondé. Alors que l’Argentin servait pour la ronde, il a vu Shapovalov réussir à percer … avant que le Canadien ne perde son service juste derrière.

Cependant, Shapovalov a servi pour le match.

Cependant, le deuxième set a confirmé que Shapovalov s’améliorait. Offensif parfois jusqu’à l’excès, n’hésitant pas à aller chercher son salut à la volée, le protégé de Mikhail Youzhny a fait beau et mauvais temps, s’autorisant plusieurs coups spectaculaires pour encaisser le score.

Puis le troisième set a commencé. Une ronde effrayante, boulonnée aux ressorts, où les joueurs alternaient (très) hauts et bas, avec pas moins de six pauses en huit matchs. Shapovalov, fidèle à son état d’esprit, a multiplié les initiatives, les jeux gagnants … et le gaspillage. À 5-4, le Canadien a servi pour le match. Mais son adversaire n’a pas lâché prise.

READ  Fofana a sorti le club d'une situation très inquiétante, Bouanga deuxième?

Un nouveau défi majeur attend Schwartzman

Et il est tout à fait logique que les deux joueurs aient dû passer par un match décisif pour se décider. Plus lucide, et surtout plus constant, Schwartzman a profité de la dernière générosité de Shapovalov pour remporter cette énorme confrontation. Symbole de ce match de couteau: un seul point sépare finalement les deux hommes en termes statistiques (113 à 112). Schwartzman devient le premier Argentin depuis Guillermo Coria à se qualifier pour la finale du Foro Italico. Mais après le roi du pays Nadal, et après cette demi-finale épique, un autre immense défi l’attend.

Plus tôt, au milieu de l’après-midi romain, Novak Djokovic a fini par éteindre les caprices de la recrue Casper Ruud. N’étant pas à son meilleur, le Serbe l’emporte. Et il a une mission dans la capitale italienne. Un cinquième sacre ici lui permettrait de dépasser Rafael Nadal au nombre de Masters 1000 (ils sont actuellement à égalité, avec 35 titres chacun), ainsi que de conclure idéalement sa préparation pour Roland Garros. Sûrement émoussé par ses combats, Schwartzman devra à nouveau revêtir son costume de «Super Diego» pour renverser l’ogre de Belgrade.

Diego Schwartzman – Masters 1000 Rome

Crédits: Getty Images

Masters Rome

Une semaine après Roland, le fantôme de Nadal: “Ce n’est pas le moment de chercher des excuses”

Hier à 22:47