Swiss Business Magnet – RSI Swiss Radio & Television



De nombreuses entreprises étrangères, malgré l’année pandémique 2020 et les conséquences économiques et sociales qui ont suivi, ont non seulement continué à choisir la Suisse comme lieu de production, mais ont également créé plus d’emplois que l’année précédente.

La société américaine Tiffin Metall, qui fabrique les systèmes logistiques, est arrivée chez Schmitten à Fribourg l’année dernière. Elle a ouvert sa première succursale en dehors des États-Unis ici, sous l’impulsion du fait que «la main-d’œuvre ici est hautement qualifiée et efficace. Et les impôts nous sont favorables ».

Le choix de la société américaine n’est pas isolé. Selon les données publiées aujourd’hui par le SECO et la Conférence des directeurs cantonaux de l’économie générale, l’an dernier, 220 entreprises étrangères ont été installées en Suisse. El número disminuyó levemente en comparación con 2019, pero permitió la creación de 1.168 puestos de trabajo, un aumento del 11% con respecto a 2019. Entonces estas empresas, chinas y estadounidenses, sobre todo, planean emplear a más de 3.500 personas en los próximos trois ans.

«Dans une année de crise, la certitude quant à la capacité de planification à long terme et à la sécurité au travail devient l’aspect le plus important. Ces facteurs favorisent la Suisse ».

Le syndicat est donc toujours un aimant. Non seulement en raison du faible taux d’imposition, mais aussi en raison de la gestion de l’épidémie, selon les responsables cantonaux de l’économie. «Nous sommes un pays stable et fiable qui garantit la sécurité juridique. On a également constaté que la population soutient ces mesures et que nous avons accordé plus de responsabilité individuelle et de liberté qu’à d’autres pays ».

La Suisse a été l’un des rares pays au monde où les investissements directs étrangers ont augmenté l’année de la pandémie. L’une des raisons, et celle-ci aussi, est de regarder l’avenir avec confiance.

Tg / m. Ang.

READ  P&O Ferries : « Autres lacunes » découvertes sur le navire Pride of Kent de Douvres | actualité économique