Debout à l’entrée de la vallée magique de Lauterbrunnen en Suisse, j’ai ressenti un étrange sentiment de familiarité. Où avais-je déjà vu ce paysage magnifique, une vallée fluviale étroite et fertile entourée de falaises imposantes, sur lesquelles des dizaines de cascades se déversent en rubans argentés ?

Tirer sur ma mémoire était une illustration fantaisiste de la copie de mon enfance de Le Hobbit, une représentation de la vallée elfique de Fondcombe peinte par l’auteur lui-même JRR Tolkien. Lorsque j’ai sorti l’image et l’ai comparée au paysage devant moi, la similitude était frappante. J’ai soudain réalisé que l’auteur renommé devait être là où j’étais maintenant, son étonnement devenant l’inspiration pour la Terre du Milieu.

J’ai fait cette découverte en mai lors d’une visite d’une semaine avec ma fille, sur laquelle nous avons basé notre séjour au fond de la vallée de Lauterbrunnen, à 10 minutes à pied du village de Camping Jungfrau. Son groupe de minuscules cabanes, bungalows et tentes autour d’un restaurant animé et d’un jardin féerique résume parfaitement la magie du lieu. Presque directement au-dessus de nous, si près que ses embruns piquaient l’air, les massives chutes de Staubach nous ont endormis la nuit.

Le nom Lauterbrunnen se traduit par des sources claires et en effet, étant là au printemps, l’eau semblait jaillir de partout, suintant de la roche dans des grottes moussues, coulant dans des rivières et des ruisseaux et se déversant sur les falaises dans une série de cascades que le les locaux nous ont promis. numéroté 72 au plus fort du dégel.

Bien sûr, je n’étais pas le seul à faire le lien avec Tolkien ; Une nouvelle plongée dans le monde de la Tolkienologie a révélé un certain nombre de faits fascinants sur un voyage que l’auteur a effectué à travers les Alpes bernoises en 1911, alors qu’il avait 19 ans. Dans cette aventure formatrice, dirigée par une tante excentrique, certains chercheurs de Tolkien posent comme modèle, au moins en partie, pour Gandalf : le jeune JRR, son frère Hilary et une équipe hétéroclite de parents et d’amis ont passé des semaines à traverser ces vallées et cols sculptés par les glaciers. des montagnes enneigées qui allaient stimuler son imagination pour le reste de sa vie.

READ  vainqueur de Mbappé mène la France au titre de Ligue des Nations | L'actualité du foot

Alors que les érudits et les lecteurs de Tolkien ont essayé de tracer la route à partir de références dans des lettres, des entrées de journal, des conversations et des signatures de livres d’or, beaucoup reste vague. Mais le lien avec Le Hobbitque Tolkien n’écrirait pas avant 25 ans, il ne le fait pas : il l’a exposé dans une lettre à son fils Michael en 1967, alors qu’il avait 76 ans.

« Le voyage du hobbit (Bilbo) de Fondcombe à l’autre côté des Monts Brumeux, y compris en glissant sur les pierres glissantes dans la forêt de pins, est basé sur mes aventures en 1911 », écrit-il. Tolkien a poursuivi en admettant que ses « voyages principalement à pied dans un groupe de 12 personnes n’ont pas de séquence claire », « Nous sommes allés à pied, portant de gros sacs, pratiquement tout le chemin depuis Interlaken, principalement sur des sentiers de montagne, jusqu’à Lauterbrunnen et ainsi de suite sur. » . à Mürren et enfin à la tête du Lauterbrunnenthal dans un désert morainique ».

Mais la vérité est que vous n’avez pas besoin du soutien de l’érudition pour savoir que vous errez dans le monde des hobbits, des nains, des elfes, des orcs et des dragons en explorant les hauts sommets et les vallées des Alpes de la région de la Jungfrau, avec leurs minuscules villages aux toits à pignon cachés au fond des vallées et empilés de manière précaire sur des falaises abruptes. La ville de Lauterbrunnen, nichée dans le V de la vallée traversée par la rivière White Lütschine, ressemble trop à Fondcombe pour qu’il y ait le moindre doute. Et en effet, il y a les Monts Brumeux, sous la forme de trois sommets, l’Eiger (4000m), le Mönch (4000m) et la Jungfrau (4000m), s’élevant au fond de la vallée comme de mystérieuses sentinelles.

READ  Feuille de route du Tour de France 2022 pour l'étape 8, les équipes et comment regarder à la télévision

Les chutes de Trummelbach sont une autre vue de Tolkienesque et un site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Photo de Ryszard Filipowicz/Shutterstock

Il n’y a aucune preuve que Tolkien ait visité Chutes du Trummelbachune cascade souterraine et un site du patrimoine mondial de l’UNESCO, et pourtant nous avons trouvé impossible de traverser les tunnels creusés dans la roche et de longer les sentiers qui longent les falaises qui relient ses 10 cascades souterraines sans penser à Smaug et au royaume sous la montagne naine.

Une autre série de grottes et de cascades qui pourraient facilement être confondues avec la Terre du Milieu : Grottes de San Beato près du lac de Thoune, ils ont un labyrinthe de cavernes couvertes de stalactites et de stalagmites et de bassins souterrains reliés par des passages qui ressemblent ni plus ni moins au lac souterrain de Gollum.

Aujourd’hui, il n’est plus nécessaire de marcher pour se rendre à Mürren ; Nous y sommes arrivés en marchant le long de la vallée jusqu’au Stechelberg et en prenant le téléphérique le plus raide du monde. Il offre une vue vertigineuse à travers les murs et le sol en verre alors que vous montez à près de 3 000 pieds jusqu’au village à 5 450 pieds.

Avec ses chalets, ses hôtels et ses restaurants étagés sur une pente raide et reliés par des escaliers, ce village sans voiture offre peut-être les vues les plus spectaculaires de la région ; la terrasse d’un restaurant se détache au-dessus du fond de la vallée. Un chemin descend la montagne jusqu’à Gimmelwald voisin, en passant devant des fermes et des hangars à foin vieux de 500 ans et des coteaux où paissent des vaches curieuses et des chèvres espiègles.

READ  Covid-19 - Anxiété, dépression, insomnie: 1 patient sur 5 souffre de troubles psychiatriques

De l’autre côté de la vallée, la ville de Wengen est peut-être la plus connue de celles qui entourent Lauterbrunnen grâce aux pistes de ski qui montent directement derrière la ville et au Maennlichen téléphérique jusqu’au Jungfraujoch, ou sommet de l’europe.

Mais c’était la roue dentée qui grinçait Wengernalp train reliant Lauterbrunnen à Wengen et Grindelwald qui rappelait une fois de plus le voyage de Tolkien. En regardant le soleil de fin d’après-midi illuminer la vallée alors que le train commençait à descendre, cela me rappela à nouveau le monde vivant de Tolkien et l’évasion essentielle et la vision alternative qu’il m’avait offerte ainsi qu’à tant d’autres alors que nous vieillissions et essayions de lui donner un sens. .à nous-mêmes. . Et sur la façon dont cette vallée entourée de montagnes, avec ses falaises incroyablement hautes et ses cascades alimentées par les glaciers, avait fourni une telle crainte, inspiration et évasion à tous ceux qui pénétraient dans son enclave fortifiée.

Enfin, alors que nous descendions le flanc de la montagne, avec une nouvelle vue qui se déroulait à chaque courbe, il m’est venu à l’esprit que ce train, le plus long chemin de fer à crémaillère d’Europe, avait effectué son premier trajet en 1892. Quelle est la probabilité ? est-ce que Tolkien et ses 12 personnes ? groupe a fait ce même voyage 20 ans plus tard ?

J’ai sorti mon téléphone pour regarder une fois de plus sa peinture de Fondcombe et j’ai eu ma réponse.