Comme vous le savez si vous avez vécu en Suisse pendant un certain temps (et c’est peut-être une nouvelle information pour vous si vous êtes un nouvel arrivant), il existe un fossé culturel entre les régions germanophones et francophones, appelé Röstigraben (pour le Tessin, le mot applicable est « Polentagraben »).

Mot « Rösti « fait référence au nom suisse allemand d’un plat de pommes de terre qui ressemble (un peu) à des pommes de terre rissolées.

Le plat est populaire en Suisse alémanique, mais n’existe pratiquement pas dans la partie francophone.

« Graben » signifie bord, espace ou fissure.

Cela signifie en fait que bien qu’ils soient du même pays, culturellement les Suisses-Allemands et les Romains pourraient être de deux planètes différentes.

Et ce n’est pas seulement parce qu’ils parlent des langues différentes, qu’ils ont une culture différente, et parce que les hommes franco-suisses ne portent pas de chaussettes avec des sandales comme leurs homologues suisses-allemands.

Mais concentrons-nous sur les personnes qui vivent dans les cantons romands de la Suisse, aussi appelés Romandie.

Genève, Vaud, Jura et Neuchâtel ne parlent que le français, tandis que le Valais et Fribourg parlent majoritairement français mais aussi allemand.

Berne, siège de la capitale de facto, est également bilingue, mais avec plus d’allemands que de français.

Voici sept astuces pour rendre votre expérience franco-suisse plus fluide.

Ne dites pas aux locaux qu’ils sont « français »

C’est la la pire chose qu’on puisse dire à un romand, ou, en français, et c’est un faux pas. Ils parlent peut-être français, mais ce sont avant tout des Suisses, et la plupart des Suisses méprisent les étrangers.

Les Genevois, par exemple, ne se soucient pas beaucoup de leurs voisins français, même si sans eux l’économie du canton serait en ruine.

Si vous êtes vraiment français, merci de ne pas fournir ces informations.

READ  Suisse: Stratégie pour l'Afrique subsaharienne 2021-24 [EN/DE/IT] - Monde

Dites aux Romains que vous êtes belge. Ou mieux encore, canadien-français.

LIRE LA SUITE: « Nous n’aimons pas la France, l’Allemagne ou l’Italie »: comment la diversité linguistique unit les fans de football suisses

Il parle français (même mal) mais jamais allemand

Alors que les Romains tolèrent leurs voisins suisses-allemands (certainement plus qu’ils ne tolèrent les Français), ils ne voudront pas parler leur langue.

Une raison est qu’ils n’aiment pas la façon dont cela sonne et une autre est que bien que tout le monde l’ait appris à l’école (bien que sous la contrainte), ils ne l’ont pas bien appris.

Il faudra chercher partout pour trouver un romand qui parle couramment le suisse-allemand, sans accent, et qui aime ça. Même le président Guy Parmelin et le ministre de la Santé Alain Berset, les deux Romains du Conseil fédéral, parle avec un accent français.

Ils le parlent parce que leur travail l’exige. Pour d’autres Romains, c’est un fardeau inutile.

Cependant, parler anglais avec un romand est bien (bien qu’ils puissent répondre en français).

LIRE LA SUITE: Huit façons dont vous pourriez déranger vos voisins (et sans vous en rendre compte) en Suisse

N’oubliez pas que l’attitude suisse envers la ponctualité est universelle.

Les nouveaux arrivants en Suisse pourraient supposer que la fascination suisse pour la ponctualité est un phénomène suisse-allemand.

Alors que l’attitude envers le retard dans un contexte personnel peut être un peu plus décontractée en Romandie, contrairement à la Suisse alémanique, il est peu probable que vous receviez un SMS d’un ami si vous êtes en retard de trois minutes pour vous demander où vous sont : Les Suisses de tout le pays sont fiers de la ponctualité de leur pays.

READ  EN DIRECT - Coronavirus: Jean Castex s'exprimera ce mercredi matin

« Le plaisir de la ponctualité » : pourquoi les Suisses sont-ils si obsédés par la ponctualité ?

Tandis que le Röstigraben existe bel et bien, les trains suisses seront ponctuels des deux côtés de la frontière.

Donc, si vous visitez la Romandie, essayez de faire de même.

Soyez à l’heure partout en Suisse. Crédit photo : JOHN MACDOUGALL / AFP

Maîtriser le baiser à trois joues

Vous ne vous intégrerez jamais si vous ne maîtrisez pas l’art du baiser à trois joues.

Il est vrai que d’autres cultures ont des variantes de cette coutume, mais en Suisse romande elle est poussée à l’extrême.

Peu importe que vous connaissiez quelqu’un depuis longtemps ou depuis cinq minutes ; vous ne vous intégrerez pas si vous ne pratiquez pas le rituel joue droite, joue gauche et joue droite avec tous ceux que vous rencontrez.

Ce n’est pas si mal si vous ne rencontrez qu’une seule personne, mais si vous assistez à un grand événement et que vous devez embrasser beaucoup de joues qui n’ont pas été correctement présentées à votre arrivée puis à nouveau à votre départ, cela peut prendre des heures. .

Heureusement, cette coutume a été victime de la pandémie et personne ne peut prédire si elle réapparaîtra un jour, mais, pour l’instant du moins, il y a un répit.

Petite discussion (surtout sur la météo)

On dit souvent aux nouveaux arrivants en Suisse d’éviter les bavardages.

C’est quelque chose qui peut être particulièrement difficile, surtout pour les arrivants de pays anglophones où la contrainte de combler des silences gênants l’emporte sur le désir de parler de quelque chose d’intéressant.

Bien qu’éviter les bavardages en Suisse alémanique soit une bonne pratique (à moins que vous ne vouliez être traité comme un flic infiltré), les Suisses romands ont une attitude plus détendue envers les bavardages.

READ  Daniil Medvedev remporte pour la première fois le Masters 1000 de Bercy

Bien sûr, les Suisses romands restent suisses et certains sujets seront hors de portée des bavardages, surtout s’ils sont trop personnels, mais si vous voulez combler ces silences gênants, vous pouvez toujours parler de la météo.

Mangez (et dégustez) les spécialités locales.

D’accord, cela peut ne pas être facile car certains aliments peuvent ne pas être à votre goût.

Mais si vous apprenez à vous préparer (et à digérer) saucisse de chou (saucisse de porc farcie au chou), le papier (saucisse de porc servie avec pommes de terre bouillies et poireaux), ou Malakoff (une boule de fromage frite, à NE PAS confondre avec un cocktail Molotov) est probablement bon à emporter.

Le rôle des Vaudois. photo par Tourisme vaudois

Buvez (et discutez) des vins locaux.

La nourriture est bonne, mais la connaissance des vins est encore meilleure.

Toutes les régions francophones cultivent leurs propres raisins et produisent des vins, et en sont très fières.

Selon le canton ou même la commune où vous vous trouvez, apprenez le plus possible sur ces vins de terroir et partagez vos connaissances avec les personnes que vous rencontrez.

Les vins sont un excellent lien social dans cette partie de la Suisse et vous aideront à vous intégrer comme un local, à moins bien sûr que vous ne commenciez à parler de la vertu de français vins, ce qui est le dernier faux pas.

Rappelez-vous simplement de ne pas supposer que tous les Suisses romands sont ivres, car les Suisses italophones consomment beaucoup plus de vin par habitant (un fait amusant à découvrir chaque fois que vous vous trouvez de l’autre côté des Alpes).

Et voilà, vous êtes maintenant prêt à conquérir la Suisse romande. Bonne chance!