Les syndicats ont signalé Ikea aux autorités françaises en 2012, l’accusant de collecter des données par des moyens frauduleux.

La filiale française d’Ikea ​​et plusieurs de ses anciens dirigeants ont été jugés lundi pour avoir espionné illégalement des employés et des clients.

Les syndicats ont dénoncé l’entreprise de meubles et d’articles ménagers aux autorités françaises en 2012, l’accusant de collecter des données personnelles par des moyens frauduleux et de divulguer illégalement des informations personnelles.

Les syndicats ont spécifiquement allégué qu’Ikea ​​France avait payé pour avoir accès aux fichiers de la police contenant des informations sur les personnes ciblées. Ikea France a nié avoir espionné qui que ce soit, mais la société suédoise Ikea a limogé quatre dirigeants en France après que les procureurs français ont ouvert une enquête pénale en 2012.

Un acte d’accusation alléguait qu’Ikea ​​France avait utilisé des données non autorisées pour tenter d’attraper un employé qui avait demandé des allocations de chômage mais conduisait une Porsche. Un autre dit que la filiale a enquêté sur le casier judiciaire d’un employé pour déterminer comment l’employé pouvait posséder une BMW à faible revenu.

Les clients avec lesquels la société était en litige auraient également eu accès à leurs informations personnelles de manière inappropriée.

Ikea France, filiale de la société suédoise de meubles Ikea, a déclaré lundi avoir coopéré avec les autorités judiciaires françaises et que de telles activités «portent gravement atteinte aux valeurs et aux normes éthiques de l’entreprise».

“Ikea France prend très au sérieux la protection des données de ses employés et clients”, a déclaré la société dans un communiqué. Il a déclaré avoir adopté des procédures de conformité et de formation pour empêcher les activités illégales après l’ouverture de l’enquête en 2012.

READ  La SNCF attend 750000 voyageurs pour le début des vacances de Noël

L’ancien chef du département de gestion des risques d’Ikea ​​France, Jean-François Paris, a reconnu aux juges français que 530 000 à 630 000 euros par an (633 000 à 753 000 dollars) étaient alloués à de telles enquêtes. Paris, qui fait partie des accusés, a déclaré que son département était chargé de le gérer.

Les anciens PDG d’Ikea ​​France Jean-Louis Baillot et Stefan Vanoverbeke, l’ancien CFO Dariusz Rychert, les gérants de magasins et les policiers seront également jugés.

S’ils sont reconnus coupables, les deux anciens PDG s’exposent à des peines allant jusqu’à 10 ans de prison et à des amendes de 750 000 euros (894 000 dollars). Ikea France encourt une amende maximale de 3,75 millions d’euros (4,47 millions de dollars). Le procès devrait durer jusqu’au 2 avril.

L’entreprise fait également face à des dommages potentiels en raison de poursuites civiles intentées par les syndicats et 74 employés.

“Il semblerait inconcevable qu’une entreprise de cette taille, avec plusieurs magasins dans différents pays, n’ait pas connaissance de l’illégalité des données privées à sa disposition”, ont déclaré les juges d’instruction impliqués dans l’affaire, selon des documents judiciaires.

En France, Ikea emploie plus de 10 000 personnes dans 34 magasins, un site e-commerce et un centre de service client.