L’enquête a révélé que 60% des personnes ont déclaré avoir reçu au moins une dose du vaccin Covid ; un autre 3% ont déclaré qu’ils étaient prêts à se faire vacciner immédiatement. Cependant, 12% ont déclaré qu’ils préféraient attendre, tandis que 25% ont déclaré qu’ils n’avaient pas l’intention de se faire vacciner. Pierre angulaire / Alessandro Crinari

Le moral de la population suisse semble s’être amélioré grâce à une meilleure gestion de la pandémie, selon une nouvelle enquête liée au Covid.

Ce contenu a été publié le 9 juillet 2021 – 17:00

L’humeur de la population suisse a changé au cours des 15 derniers mois. Comme l’été dernier, l’optimisme semble être de retour, selon un nouveau sondage publié vendredi. Cela fait suite aux précédents sondages de janvier et mars qui avaient mis en évidence les déceptions et les craintes des gens.

Près des trois quarts (73 %) des personnes ayant participé à la dernière enquête Sotomo Covid ont déclaré qu’elles pensaient que la Suisse faisait mieux que les autres pays européens pour faire face à la pandémie.

« Les progrès de la campagne de vaccination, la baisse du nombre de nouvelles infections, ainsi que les mesures pour alléger le blocus ont de nouveau contribué à une amélioration remarquable du point de vue des gens sur la pandémie », a écrit Sotomo.

La confiance dans la gestion de la crise par le gouvernement suisse, qui a reçu un coup de pouce en mars, a encore augmenté, 54% déclarant avoir une confiance « grande » ou « énorme » dans les autorités.

« Le fait que le Conseil fédéral (organe exécutif) ait repris le flambeau en début d’année, que les mesures mises en place aient entraîné une baisse énorme des cas de Covid et la vidange des hôpitaux, a eu un effet positif sur la réputation du gouvernement. « , a déclaré Sotomo.

Les personnes interrogées ont déclaré qu’elles pensaient que l’économie s’améliorait également. Et il y avait moins de préoccupations concernant l’impact financier de la pandémie et les éventuelles pertes d’emplois.

En mars, près de la moitié des personnes interrogées (46%) ont déclaré que les restrictions de Covid allaient trop loin. Ce chiffre est maintenant tombé à 33 %.

Préoccupations delta

Pour l’avenir, cependant, le moral des Suisses risque un nouveau coup si la variante Delta est déployée cet été. La variante progresse dans le pays et représente actuellement environ 30% des nouveaux cas, a indiqué mardi l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Les responsables de la santé disent qu’il est encore trop tôt pour dire si la variante est à l’origine du récent pic du nombre de cas, mais qu’elle peut être un facteur aux côtés des tests avant les vacances, des ouvertures récentes et des grands événements comme l’Euro 2020.

Le déploiement du vaccin se poursuit également à travers le pays, mais a ralenti (jusqu’à 60 000-70 000 injections par jour). Environ 38 % de la population est complètement vaccinée.

Sotomo a révélé que 60% des personnes ont déclaré avoir reçu au moins une dose du vaccin ; un autre 3% ont déclaré qu’ils étaient prêts à se faire vacciner immédiatement. Cependant, 12% ont déclaré qu’ils préféraient attendre, tandis que 25% ont déclaré qu’ils n’avaient pas l’intention de se faire vacciner.

La majorité des personnes ayant participé à l’enquête (61%) se sont déclarées favorables au certificat Covid, disponible depuis le 7 juin. Il indique si le titulaire a été vacciné, examiné ou guéri du Covid-19. À partir de vendredi, le Swiss Covid Certificate sera valable dans les pays de l’UE, en Islande et en Norvège.

Sondage Sotomo

L’enquête nationale a été réalisée par l’Institut Sotomo pour le compte de la Société suisse de radiodiffusion (SSR), la maison mère de SWI swissinfo.

Il s’agit de la huitième enquête sur la pandémie de Covid-19 depuis mars 2020.

Le sondage a été réalisé en ligne entre le 1er et le 5 juillet auprès de 23 337 personnes âgées de 15 ans et plus vivant dans toutes les régions linguistiques.

Fin de l’insertion

Traduit du français par Simon Bradley.

READ  La France s'en tient à une prévision de croissance de 6% du PIB alors qu'un verrouillage plus doux s'ensuit