LONDRES, 28 janvier (Reuters) – L’Autriche, la nation de ski la plus titrée de tous les temps, est sous pression pour prouver qu’elle a encore ce qu’il faut pour dominer aux Jeux olympiques de Pékin.

Le record de l’Autriche aux Jeux olympiques d’hiver est intouchable. Ses skieurs ont remporté 121 médailles en ski alpin depuis la création des Jeux d’hiver, soit presque deux fois plus que la deuxième nation la plus titrée, la Suisse.

Mais cette année, tout est différent. Les épreuves de test prévues dans la région montagneuse de Yanqing en Chine ont dû être annulées l’année dernière en raison du COVID-19 et le terrain ne sera ouvert aux entraînements que le 3 février, trois jours avant le début des épreuves de médailles.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

« Nous n’avons que très peu d’informations (sur le terrain) car aucun d’entre nous n’y est encore allé », a déclaré l’entraîneur-chef autrichien Andreas Puelacher.

« Cela ajoute du suspense et probablement de la difficulté, pour tous les pays, pas seulement pour nous », a déclaré Puelacher.

Le coronavirus a également frappé les Autrichiens, avec le champion du monde de super-gi et de descente Vincent Kriechmayr et les skieurs de slalom Katharina Truppe, Michael Matt et Manuel Feller testés positifs moins d’un mois avant le début des Jeux.

Mais il n’y a pas de repos pour la nation qui a produit des skieurs comme Toni Sailer, qui a remporté trois médailles d’or olympiques en 1956, dont une sur un podium autrichien. L’Autriche continuerait à peindre les podiums olympiques exclusivement en rouge et blanc en 1964 et 2006.

READ  Argentine: absent de l'équipe nationale depuis plus d'un an, Di María vide son sac! - football

Dans les années 1970, il est difficile de trouver une saison que Franz Klammer et Annemarie Moser-Proell n’aient pas remportée. À la veille du nouveau millénaire, Hermann ‘The Herminator’ Maier a émergé pour remporter quatre saisons de Coupe du monde, trois championnats du monde et deux médailles d’or olympiques.

Plus récemment, Benjamin Raich, Marcel Hirscher et Anna Veith sont devenus des mégastars du ski.

En sprint, Kriechmayr, le médaillé d’or olympique en super-G et en descente Matthias Mayer, Feller et Raphael Haaser ont toutes les raisons de s’attendre à des médailles à Pékin après leurs performances cette saison.

Dans l’épreuve combinée, l’or aux championnats du monde de Marco Schwarz l’an dernier pourrait ouvrir la voie à l’Autriche pour conserver le titre olympique dans la discipline après l’or de Hirscher à Pyeongchang.

Johannes Strolz, fils du champion olympique du combiné 1988 Hubert Strolz, a perdu sa place dans l’équipe autrichienne l’an dernier mais est revenu en force, remportant sa première victoire en Coupe du monde en slalom cette année.

Chez les femmes, l’Américaine Mikaela Shiffrin, l’Italienne Sofia Goggia et la Slovaque Petra Vlhova affronteront une rude compétition, mais Goggia s’est blessée au genou peu avant Pékin, laissant sa participation aux Jeux dans la balance.

La championne du monde de slalom Katharina Liensberger et Mirjam Puchner sont déjà montées plus d’une fois sur le podium pour l’Autriche cette saison.

Cependant, Liensberger se remet du coronavirus et n’a atteint que la 21e place lors de la dernière course avant Pékin à Schladming.

Informations de Shadia Nasralla; édité par Clare Fallon

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.