Donald Trump a choisi ce juge fédéral et universitaire de 48 ans, un «fidèle catholique» opposé au droit à l’avortement, pour remplacer le doyen de la Cour suprême.

“Annonçons quelqu’un de formidable! Je pense que demain [samedi] ça va être une belle journée. Dans ces quelques mots, prononcés devant la foule acquise lors d’un meeting à Newport News, en Virginie (Etats-Unis), Donald Trump a annoncé avoir pris sa décision, le vendredi 25 septembre. Sans en dire plus, le président américain a laissé entendre qu’il avait trouvé son candidat pour un remplaçant décisif: la juge Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême. Moins d’une semaine après le décès de la doyenne de la Cour, icône progressiste et féministe aux États-Unis, la dirigeante républicaine a élu la juge conservatrice Amy Coney Barrett.

Si la nomination d’Amy Coney Barrett est confirmée, la Cour suprême aura six juges conservateurs et seulement trois juges progressistes. La décision de nommer un nouveau juge avant l’élection présidentielle, dénoncée par les démocrates, peut ancrer définitivement la plus haute juridiction des États-Unis sur le conservatisme. Une institution capable de résoudre les débats sociaux fondamentaux, comme le droit à l’avortement ou le port d’armes. Qui est ce magistrat, dont les convictions sont en contradiction avec celles défendues par Ruth Bader Ginsburg? Éléments de réponse.

unUn universitaire avec une vision «originaliste»

Amy Coney Barrett a grandi à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane, avant de déménager au Tennessee, où elle a étudié la littérature anglaise. C’est surtout à la faculté de droit Notre-Dame de South Bend, Indiana, que l’étudiante s’est distinguée. Diplômée avec distinction de cette institution confessionnelle catholique, elle l’a rejoint à 30 ans en tant qu’enseignante, souligne le Chicago Tribune*. Et ce pour une durée de quinze ans. Plusieurs de ses anciens collègues, cités par le New York Times, Ils évoquent une universitaire et une avocate pleine de ressources, louant son travail malgré leurs désaccords.

READ  Pendant l'emprisonnement, les Parisiens ont sauvé plus que le reste des Français

Auparavant, Amy Coney Barrett a travaillé pour plusieurs avocats et pour un juge conservateur à la Cour suprême, Antonin Scalia, avec qui elle partageait une vision «originaliste» de la loi. En d’autres termes, il s’agit d’interpréter la Constitution telle qu’elle a été conçue au moment où elle a été rédigée, plutôt que de s’appuyer sur la jurisprudence. “Dans un système de jurisprudence, la nouvelle majorité est chargée d’expliquer en quoi la vision constitutionnelle de ses prédécesseurs est imparfaite, et comment la leur comprend mieux le sens de notre loi fondamentale”, critiqué dans un article de 2013, note Politique*.

deuxUn “fidèle catholique” membre d’un groupe contesté

A 48 ans, Amy Coney Barrett est mère de sept enfants, tous âgés de moins de 20 ans, note le New York Times*. Deux d’entre eux ont été adoptés et sont originaires d’Haïti. Le plus jeune fils du couple Barrett souffre d’un handicap, il est trisomique.

“Fidèle catholique”Selon ses propres mots, Amy Coney Barrett et son mari, ancien procureur, sont également membres d’un groupe chrétien appelé The People of Praise fondé en 1971. Une organisation critiquée pour leur organisation dans des procès autoritaires, certains “patrons” du groupe qui régit la vie quotidienne des différents membres, révèle le Gardien*. Dans ce groupe, les maris ont autorité sur leurs femmes et chaque membre doit donner 5% de ses revenus à la communauté.

Les critiques rejetées par The People of Praise, qui se présente comme une communauté de “partager des vies”, “où nous nous soutenons mutuellement financièrement, matériellement et spirituellement”.

3Un favori des conservateurs

Forte de quinze ans d’expérience universitaire, Amy Coney Barrett n’est juge fédérale que depuis octobre 2017, après avoir été nommée directement par Donald Trump. Lors de son audience de confirmation au Sénat, plusieurs élus démocrates l’avaient critiquée pour certaines de ses déclarations, dans lesquelles elle parlait ouvertement de ses convictions catholiques. L’avocat, entre autres, avait déjà déclaré qu’un “carrière juridique” j’étais “un médium au service d’une cause” : «bâtissez le Royaume de Dieu». Devant le Sénat, il avait assuré que ses convictions ne peseraient en aucun cas sur sa mission de juge.

READ  Bruno Le Maire mis à mal dans le dossier Suez-Veolia

“Le dogme religieux vit fort en vous”, avait été lancée par la sénatrice démocrate Dianne Feinstein en 2017. Une citation qui a permis au nouveau juge fédéral de gagner en popularité dans les milieux catholiques traditionalistes: ces mots étaient répétés sur des tasses ou des T-shirts, comme le symbole supposé d’une intolérance envers les catholiques, note-t-il il New York Times.

Un an plus tard, Amy Coney Barrett figurait déjà parmi les candidates favorites pour un siège à la Cour suprême. Cela a finalement été rempli par Brett Kavanaugh, mais “Je le garde pour Ginsburg”, a ensuite déclaré le président américain, selon le site Axios*.

4Un juge opposé au droit à l’avortement …

Amy Coney Barrett a longtemps affiché des positions anti-avortement. Elle le faisait déjà en tant que professeur de droit, car elle était membre de l’organisation Faculty for Life, un groupe de chercheurs opposés à l’interruption volontaire de grossesse (avortement).

Comme tu te souviens Reuters*, certains de vos votes en tant que juge fédéral sont conformes à ces condamnations. Par conséquent, elle s’est opposée à certaines décisions visant à outrepasser les restrictions au droit à l’avortement.

Si le juge fédéral est bien nommé à la Cour suprême, le camp progressiste craint de menacer le jugement historique. Roe c. Wade de 1973, qui a légalisé le droit à l’avortement aux États-Unis. Prendras-tu à nouveau cette décision? Lors d’un débat en 2016, l’universitaire a estimé que le droit à l’avortement ne changerait pas dans un proche avenir. Mais les restrictions locales contre l’avortement dans certains des 50 États du pays pourraient, disent-ils, changer, se souvient-il. Bazar de Harper*.

5… et la revue Obamacare

Fin juin, le ministère américain de la Justice a officiellement demandé à la Cour suprême d’abroger Obamacare, la loi sur l’assurance maladie adoptée par l’administration Obama. Étant donné que le tribunal doit revoir la loi sur les soins abordables en novembre, quelle est la vision de votre futur juge potentiel sur la question?

READ  Toujours pas de Bam Adebayo ou Goran Dragic pour le match 3

En 2012, souvenez-vous du Gardien, Amy Coney Barrett avait abordé une mesure de la loi qui obligeait les compagnies d’assurance à offrir un contrôle des naissances. L’enseignant a alors mentionné «une grave violation de la liberté religieuse». Dans ses mémoires, Amy Coney Barrett a également critiqué l’action du juge en chef de la Cour suprême, John Roberts, en permettant à Obamacare de se présenter, rappelle le Los Angeles Times*.

6Un défenseur du droit de porter les armes

Le candidat à la Cour suprême s’est également prononcé sur la question du droit de porter des armes à feu aux États-Unis. En particulier, il voulait contester une loi qui interdit l’acquisition d’armes à feu par des personnes ayant commis des crimes.

Un homme d’affaires, reconnu coupable de fraude, a alors jugé que ce texte, qui lui interdisait donc d’acquérir une arme, était contraire à la Constitution. Dans son opinion, Amy Coney Barret a estimé que cette loi violait le deuxième amendement de la Constitution dans son cas, car elle n’avait jamais été accusée de violence.

* Tous ces liens sont en anglais.