GENÈVE: L’association régionale de Dhomey, Suisse, à l’Institut du Tibet Rikon, a organisé un service de prière pour pleurer et rendre un dernier hommage à Jigme Gyatso, un ancien prisonnier politique tibétain décédé le 2 juillet dans sa ville natale, quartier tibétain de Kanlho.

S’adressant à la réunion, le représentant Thinlay Chukki a remercié l’initiative de l’Association régionale de Domey d’organiser le service de prière en l’honneur des contributions et des actes désintéressés de Labrang Jigme Gyatso pour s’opposer aux violations des droits fondamentaux au Tibet par la Chine.

Le représentant Thinlay a exhorté les Tibétains à revoir le témoignage vidéo de Jigme Gyatso, où il a raconté en détail le schéma de torture auquel il a été soumis pendant sa détention en Chine.

Elle rappelle le courage indomptable du peuple tibétain à l’intérieur du Tibet et exhorte les efforts collectifs unis pour renforcer les voix de la liberté au Tibet.

Jigme Gyatso, également connu sous le nom de Labrang Jigme, est décédé en raison de multiples complications de santé à la suite de tortures et de traitements inhumains subis dans une prison chinoise.

Il a été arrêté pour la première fois en 2006 alors qu’il revenait d’Inde pour assister aux enseignements de Sa Sainteté le Dalaï Lama.

Depuis lors, il a été arrêté plusieurs fois par les autorités chinoises.

En 2016, il a été pseudo-libéré de prison après avoir purgé cinq ans de prison pour des accusations présumées d' »incitation au séparatisme ».

Auparavant, il avait révélé une série de violations graves des droits de la part de la Chine au Tibet, y compris la torture en détention, à travers son témoignage enregistré sur vidéo qui a été largement diffusé sur les plateformes de médias sociaux.

READ  Messi marque cinq buts pour l'Argentine contre l'Estonie, Ronaldo marque un doublé pour le Portugal contre la Suisse