12 juillet (Reuters) – Le verdict de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) dans l’affaire Caster Semenya soulève de “sérieux doutes” quant à la validité de l’exigence de World Athletics selon laquelle les athlètes féminines ayant des niveaux naturellement élevés de testostérone prennent des médicaments hypoglycémiants. a déclaré mercredi l’athlète sud-africain.

La Cour européenne des droits de l’homme a jugé mardi, à une faible majorité de quatre voix contre trois, que l’appel initial du double champion olympique du 800 m contre les règlements mondiaux d’athlétisme n’avait pas été dûment entendu par le Tribunal fédéral suisse, critiquant la procédure suivie au lieu de la verdict rendu.

Semenya, 32 ans, est une athlète avec des chromosomes XY et des différences dans le développement sexuel (DSD). Elle souffre d’une maladie connue sous le nom d’hyperandrogénie, qui se caractérise par des niveaux de testostérone supérieurs à la normale, une hormone qui augmente la masse et la force musculaires, ainsi que la capacité du corps à utiliser l’oxygène.

Elle s’est battue contre les réglementations mises en place en mai 2019 qui l’obligent à abaisser médicalement son taux de testostérone pour pouvoir concourir.

“Je suis ravi du résultat de la décision. Cela a mis du temps à venir”, a déclaré Semenya dans un communiqué. “J’ai défendu et défendrai toujours la discrimination de toute sorte dans le sport. J’ai beaucoup souffert aux mains des pouvoirs en place et j’ai été maltraité.

“Le travail acharné que j’ai fourni pour être l’athlète que je suis a été remis en question. Mes droits ont été violés. Ma carrière a été affectée. Tout cela a été si dommageable. Mentalement, émotionnellement, physiquement et financièrement. “

READ  Gstaad Men's Swiss Open: comment regarder les matchs d'aujourd'hui

PROCESSUS DE VÉRIFICATION

Reuters comprend que le gouvernement suisse a l’intention de renvoyer la décision de mardi à la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme pour examen. Ce processus pourrait prendre jusqu’à deux ans.

“La justice a parlé, mais ce n’est que le début”, a déclaré Semenya.

“Mon affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme était contre la décision rendue par le gouvernement suisse, et non par World Athletics, mais cette décision continuera d’être importante pour tous les athlètes en jetant le doute sur l’avenir de toutes les règles similaires.

“J’espère que Word Athletics, et en fait toutes les instances sportives, réfléchiront aux déclarations faites par la Cour européenne des droits de l’homme et veilleront à ce qu’elles respectent la dignité et les droits humains des athlètes avec lesquels elles traitent.”

World Athletics a déclaré mercredi dans un communiqué à Reuters qu’il s’était conformé à ses règles.

“En tant qu’instance dirigeante mondiale de l’athlétisme, nous devons et devons tenir compte des droits humains de tous nos athlètes”, a-t-il déclaré. « Les réglementations sportives, de par leur nature même, restreignent les droits des personnes. Lorsque ces droits sont en conflit, il est de notre devoir de décider si cette restriction justifie la fin, qui dans ce cas est de protéger le sport féminin.

World Athletics a déclaré qu’il pensait que le règlement DSD était un “moyen nécessaire, raisonnable et proportionné pour protéger une concurrence loyale dans la catégorie féminine”, comme l’ont déterminé le Tribunal arbitral du sport et le Tribunal fédéral suisse après avoir évalué les preuves.

READ  Foot OM - PSG-OM: Anti-OM VAR rend Jérôme Alonzo malade!

“Cette affaire a été portée contre l’État suisse, plutôt que contre World Athletics, et la décision est contre la Suisse, pas contre World Athletics. La réglementation actuelle du DSD, approuvée par le Conseil mondial de l’athlétisme en mars 2023, restera en vigueur”, a ajouté World. Athlétisme. .

Reportage de Nick Said, montage par Ed Osmond

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.