La gestion des produits chimiques et des déchets, les déchets marins et la récupération écologique du COVID-19 sont quelques-unes des questions que l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement (UNEA-5.2) abordera lors de sa réunion pour la deuxième partie de sa cinquième session. Les ministres de l’environnement devraient également adopter une déclaration sur le renforcement des actions en faveur de la nature pour atteindre les ODD.

le première partie de l’UNEA-5 a eu lieu en février 2021 par des moyens virtuels en raison de la COVID-19. Pour compléter son ordre du jour, l’UNEA-5.2 se réunira en personne du 28 février au 2 mars 2022, à Nairobi, au Kenya. Le thème de la session est « Renforcer les actions pour la nature afin d’atteindre les objectifs de développement durable ».

L’UNEA-5.2 examinera des projets de résolution sur divers sujets, en utilisant les éléments suivants groupes proposés:

  • déchets marins/plastique ;
  • des solutions basées sur la nature et la biodiversité ;
  • produits chimiques et minéraux;
  • relance verte et économie circulaire ; Oui
  • problèmes organisationnels et administratifs.

Concernant les déchets marins/plastiques, le Rwanda et le Pérou ont soumis une projet de résolution sur la création d’un comité de négociation intergouvernemental (INC) pour négocier un accord mondial juridiquement contraignant sur la pollution plastique. L’accord viserait à réduire les rejets de plastiques dans l’environnement en couvrant toutes les étapes du cycle de vie du plastique et en adoptant une approche d’économie circulaire des plastiques. Le Japon a également présenté une projet de résolution sur la création d’un CNI pour un instrument international juridiquement contraignant pour lutter contre la pollution plastique marine, dans le but d’achever ses travaux pour l’UNEA-6.

Concernant les solutions fondées sur la nature, un résolution sur la gestion durable des lacs, rédigé par l’Indonésie et coparrainé par le Pakistan, aborde : la protection, la restauration et « l’utilisation rationnelle » des lacs en ce qui concerne la qualité de l’eau, l’érosion et la sédimentation, et la biodiversité aquatique ; l’intégration de la gestion des lacs dans les plans et politiques de développement nationaux et régionaux ; et le développement de réseaux internationaux et la collaboration pour la gestion durable des lacs.

Un projet de résolution de l’UE soutenu par le Costa Rica, la Colombie et le Pakistan aborde les solutions fondées sur la nature pour soutenir le développement durable. À projet de résolution sur la gestion durable de l’azote a été présenté par le Sri Lanka. La République démocratique du Congo, l’Éthiopie, le Ghana, le Burkina Faso, le Pakistan, le Sénégal et le Soudan du Sud ont proposé une résolution aborder le lien entre le bien-être animal, l’environnement et le développement durable.

READ  Passagers du RER et du Transilien bloqués pendant plusieurs heures
Sur les produits chimiques et minéraux, une projet de résolution de la Suisse appelle à un nouvel instrument complet et ambitieux pour promouvoir et soutenir la gestion rationnelle des produits chimiques et des déchets au-delà de 2020. Avec ce texte, les gouvernements décideraient d’étendre la Programme Spécial de Renforcement Institutionnel du Pôle Chimie pendant cinq ans, et demander au directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) d’identifier les actions internationales potentielles pour résoudre les problèmes préoccupants, en particulier en ce qui concerne les risques posés par la contamination par le plomb, le cadmium et l’arsenic .

À projet de résolution du Costa Rica, du Ghana, du Mali, de la Norvège, de la Suisse, du Royaume-Uni et de l’Uruguay soutient la création d’un panel scientifique et politique pour soutenir l’action sur les produits chimiques, les déchets et la pollution. Cela fait suite à une demande de l’UNEA-4 que le directeur exécutif du PNUE prépare une évaluation des options pour renforcer l’interface science-politique (IPS). L’évaluation qui en résulte examine les impacts potentiels et les résultats d’un SPI renforcé pour les produits chimiques et les déchets. Selon le projet de résolution, un pour ça un groupe de travail à composition non limitée préparerait une proposition pour établir le groupe. Les termes de référence proposés pour le groupe de travail indiquent qu’il aborderait : la conception institutionnelle du panel ; dispositions pour identifier et engager des experts ; les procédures d’approbation des rapports et des évaluations des groupes spéciaux ; et des propositions pour financer les travaux du groupe.

READ  Le président de la BNS ne voit qu'un risque d'inflation modeste en Suisse - La Suisse ce week-end

La Suisse a présenté une projet de résolution coparrainé par l’Argentine, la République démocratique du Congo, le Ghana et le Sénégal sur la gouvernance des ressources minérales. Si elle est adoptée, la résolution ordonnerait une pour ça groupe de travail à composition non limitée avec l’élaboration de recommandations visant à réduire les impacts environnementaux de l’extraction minière tout au long du cycle de vie complet de la mine, y compris le traitement et le raffinage, et l’amélioration des pratiques commerciales responsables.

En reprise verte, un projet de résolution de Mongolie se concentre sur les infrastructures durables et résilientes, encourageant les États membres à aligner la planification des infrastructures et les investissements sur les ODD et l’Accord de Paris pour faire progresser la reprise verte après la pandémie de COVID-19. Favorise la mise en œuvre de Principes internationaux de bonnes pratiques pour des infrastructures durables et son intégration dans les cadres réglementaires et juridiques nationaux.

L’ANUE-5.2 examinera également trois projets de résolution soumis par le Groupe africain sur :

les gouvernements sont négocier une déclaration ministérielle à approuver lors de la suite de la session. À zéro tirant d’eau d’une déclaration ministérielle a été diffusée en octobre 2021. Après billets des gouvernements et des parties prenantes, le premier brouillon complet est sorti le 13 décembre. La vision du document souligne que des actions urgentes et transformatrices pour arrêter et inverser la perte de biodiversité et de services écosystémiques sont essentielles pour atteindre les ODD et reconstruire un monde post-pandémique résilient et durable. Le projet de décembre 2021 fait référence aux résultats de la conférence de Glasgow sur le changement climatique (UNFCCC COP 26) et indique que l’UNEA-5 fournira une contribution à la conférence Stockholm + 50 en juin 2022.

READ  Le succès doux-amer de l'Écosse à Paris - Daily Business

À la suite de consultations informelles en janvier 2022 convoquées par le président à Nairobi, un projet final sera distribué en février. Des consultations supplémentaires auront lieu si nécessaire, l’adoption finale étant prévue à l’UNEA-5.2.

Une session spéciale pour célébrer 50e anniversaire du PNUE suivra la session de l’UNEA les 3 et 4 mars. [UNEP-5.2 Website]