C’est peut-être la seule tactique de campagne qui leur reste, et c’est un mensonge, mais les médias l’applaudissent et Scott Morrison et Josh Frydenberg frappent fort. C’est l’affirmation selon laquelle la Coalition sont des « gestionnaires économiques supérieurs » et qu’on ne peut pas faire confiance aux travaillistes pour gérer l’économie. Alan Austin analyse les données du Fonds monétaire international et soutient que les travaillistes ont été des gestionnaires économiques bien supérieurs.

Cette semaine, alors que Scott Morrison et Josh Frydenberg intensifiaient leur message que « la reprise économique de l’Australie menait le monde », l’International Monetary Bas (FMI) a publié un lot de documents déclarant : « Non, ce n’est pas le cas ».

C’était exactement l’information dont les médias australiens avaient besoin pour prouver une fois pour toutes les affirmations audacieuses de la Coalition, en plein milieu de la campagne électorale. Malheureusement, aucun écrivain économique dominant ne semble avoir trouvé ce fichier. Bizarre.

le FMI Base de données des perspectives de l’économie mondiale pour avril 2022 présente des données mondiales facilement accessibles remontant à 1980. Aucun calcul ou analyse n’est nécessaire. Nous lisons simplement les chiffres à l’écran. (Beaucoup de numéros à suivre maintenant, mais qui valent la peine d’être lus. Promis !)

Produit intérieur brut en dollars américains

Lorsque le gouvernement travailliste Rudd est entré en fonction en 2007, le produit intérieur brut (PIB) de l’Australie était de 949 milliards de dollars américains. Cette mesure du revenu total de la nation s’est classée 15e sur 176 pays (populations supérieures à 250 000) dans le FMI. base de données.

Ce fichier PIB s’ouvre en tant que Se démarquer feuille de calcul, il est donc assez simple de classer tous les pays du plus grand au plus petit en quelques clics de souris.

READ  Des milliers de personnes reviennent au Cap 3000 pour la réouverture du centre commercial

Devant l’Australie en 2007 se trouvaient les nations capitalistes fortes que sont le Japon, les États-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France, la Corée du Sud, l’Italie, l’Espagne et le Canada, ainsi que les grandes économies émergentes que sont la Chine, l’Inde, la Russie, le Mexique, et le Brésil. Tous avaient des populations beaucoup plus élevées que l’Australie.

En 2008, lorsque la crise financière mondiale a frappé la majeure partie du monde développé, l’Australie a dépassé la Corée du Sud pour la 14e place. Puis, en 2009, l’Australie a dépassé le Mexique et en 2011, elle a dépassé l’Espagne pour la 12e place. Impressionnant.

Après que les travaillistes aient perdu leurs fonctions, la tendance s’est immédiatement inversée avec la Corée du Sud puis l’Espagne dépassant l’Australie. En 2019, avant la pandémie, l’Australie était à nouveau classée 14. Le dernier niveau est 13, juste devant l’Iran et l’Espagne.

Produit intérieur brut par habitant en dollars américains

Le produit intérieur brut, ci-dessus, mesure le revenu total de l’ensemble de la nation. Il est donc évident que des pays à forte population comme la Chine et l’Inde auront un PIB plus élevé que l’Australie ou la Suisse. La mesure la plus importante est donc PIB par habitant que, heureusement, le FMI enregistre également pour 161 pays.

Vers la fin du dernier mandat du parti travailliste, en 2012 et 2013, l’Australie s’est classée sixième dans cette mesure à l’échelle mondiale, derrière seulement les petites nations riches que sont le Luxembourg, la Norvège, le Qatar, la Suisse et Macao.

Après l’arrivée au pouvoir de la Coalition en 2013, le revenu par habitant de l’Australie a chuté. En 2014, l’Australie a été dépassée par le Danemark. Puis en 2015, l’Australie s’est retrouvée derrière les États-Unis, l’Irlande, Singapour et l’Islande pour prendre la 11e place. Dans la dernière colonne, l’Australie occupe toujours la 11e place, dépassée par Brunei mais devant Macao.

READ  L'UE veut la réciprocité avec le Royaume-Uni sur le vaccin AstraZeneca, déclare le ministre français

taux de chômage

Au cours de la dernière année travailliste, le taux de chômage de l’Australie, tel que mesuré par le FMI, a été classé 25e sur 106 pays.
Le classement est tombé au 40e rang pendant les quatre années suivantes après l’entrée en fonction de la Coalition en 2013, puis est tombé au 44e rang en 2018 et au 45e en 2019. L’Australie s’est légèrement redressée en 2020 pour se classer 42e, puis un bien meilleur 31e en 2021, mais toujours en dessous. notre classement mondial il y a dix ans.

Inflation

Le FMI montre l’inflation au fil du temps pour 174 pays. Si l’on prend le niveau optimal d’inflation à 1,5%, on constate qu’en 2012, l’Australie se classe sixième à 1,69%. Pas mal. Le Canada était le plus élevé à 1,52 %, suivi du Sénégal à 1,42 %, suivi de Taïwan, du Vanuatu et de la Malaisie.

Encore une fois, l’Australie a sérieusement chuté depuis lors, se classant 50e en 2021. Loin des leaders.

Solde structurel des administrations publiques

Le solde structurel du gouvernement reflète la viabilité à long terme des finances publiques (recettes, dépenses et épargne) compte tenu du cycle économique. Le FMI mesure cela au fil du temps en pourcentage du PIB potentiel de quatre-vingts pays. Plus c’est haut, mieux c’est.

Encore une fois, les données montrent une forte détérioration sous la Coalition. En 2013, l’Australie était classée 43e. Elle est tombée à la 48e place en 2014, à la 52e au cours des deux années suivantes, puis à la 62e en 2019 et à la 70e en 2020. Les derniers chiffres, pour 2021, placent l’Australie à la 74e place. des dépenses démesurées, des impôts sur les sociétés non perçus, des déficits budgétaires records et une dette gonflée.

READ  Docaposte, la filiale numérique du groupe La Poste, acquiert la maison d'édition Pronote

Dette publique brute

Enfin, pour cette analyse, le FMI classe 173 pays selon la dette publique brute en pourcentage du PIB. L’Australie était classée 56e en 2012 et 57e en 2013. Cela semble assez faible, mais la plupart des pays en tête étaient des pays en développement pauvres très peu endettés. En fait, l’Australie s’est classée quatrième parmi les membres riches de l’OCDE pour le faible endettement au cours des deux années.

Une fois de plus, l’Australie a chuté chaque année depuis 2013, tombant à la 70e place en 2018, qui était 14e dans l’OCDE. Les données les plus récentes, pour 2021, montrent que l’Australie se classe misérablement au 89e rang mondial et au 18e rang de l’OCDE.

De toute évidence, la performance économique sous le parti travailliste a toujours été bien meilleure que sous la coalition dans les conditions mondiales actuelles. Rien ne permet au gouvernement Morrison et à ses mécènes des médias de prétendre qu’ils sont de meilleurs gestionnaires de fonds, et encore moins de prétendre que l’Australie « dirige le monde », comme Morrison et Frydenberg le font sans cesse. Les preuves montrent massivement le contraire.

« À qui faites-vous confiance pour diriger l’économie ? Pas beaucoup.