L’internationale islandaise Sara Bjork Gunnarsdottir a décrit la décision de lui accorder plus de 72 000 £ d’arriérés de salaire pendant son congé de maternité comme « un signal d’alarme » pour les clubs.

La milieu de terrain de 32 ans a emmené son ancien employeur, Lyon, devant un tribunal de la FIFA dans le but de récupérer le sous-paiement de son salaire pendant la période où elle était absente lorsque son fils Ragnar est né.

Une décision rendue publique mardi a révélé que le club français avait été condamné à lui verser 82 094,82 euros – environ 72 139 livres sterling – plus 5% d’intérêts annuels à compter du 10 septembre de l’année dernière jusqu’au règlement de la dette.

Répondant dans un post sur son compte Twitter officiel, Gunnarsdottir, désormais en Italie avec la Juventus, a déclaré : « Cette histoire est plus grande que moi !

« C’est un signal d’alarme pour tous les clubs et c’est un message à toutes les joueuses que si elles tombent enceintes ou veulent tomber enceintes au cours de leur carrière, elles ont leurs droits et leurs garanties ! »

Gunnarsdottir a demandé à être autorisée à rentrer chez elle en Islande pour les dernières étapes de sa grossesse, mais a demandé l’aide du syndicat des joueurs en France, l’Union nationale des footballeurs professionnels et plus tard la FIFPRO, l’organisme représentatif mondial après avoir reçu seulement un ratio. du salaire auquel il croyait avoir droit.

La FIFPRO l’a félicitée pour sa victoire historique.

Une déclaration publiée via son compte Twitter officiel disait: « La FIFPRO félicite Sara Bjork Gunnarsdottir pour son procès réussi contre Lyon pour le refus du club de lui verser l’intégralité de son salaire pendant la grossesse.

READ  Vlhová mène Holdener après la première course de slalom de la Coupe du monde

« Nous sommes ravis de l’avoir aidée à obtenir la première décision de ce type depuis l’entrée en vigueur des règles de maternité de la FIFA en janvier 2021.

« Il est extrêmement important pour les footballeuses et le football féminin que ces règles obligatoires en matière de maternité soient mises en œuvre et appliquées au niveau national. »

Lyon n’a pas encore statué sur le jugement.

Les règles de la FIFA, entrées en vigueur en janvier 2021, stipulent : « Une joueuse a droit à un congé de maternité, défini comme une période minimale de 14 semaines de congé payé, avec au moins huit semaines après la naissance, pendant la durée du contrat, payé l’équivalent des deux tiers de son salaire contractuel ».