Ollivon a subi une déchirure du LCA en action de club à la fin de la saison dernière et a raté la séquence d’invincibilité de la France dans les Fall Nations Series, y compris la victoire sur la Nouvelle-Zélande.

Il allait toujours faire face à une course contre la montre pour se mettre en forme. Le championnat Mais avec un retour à l’action probable début février, Galthié ne s’attend pas à ce qu’Ollivon apparaisse pour les Bleus.

Le sélectionneur de la France a déclaré : « Charles est sur notre liste de 75 joueurs (qui sont suivis), mais il est en passe de revenir. Attendez-vous à être de retour début février. Nous vous suivrons de près et resterons en contact. Il n’y a aucune raison pour qu’il ne fasse pas à nouveau partie de l’équipe à moyen terme.

« En toute honnêteté, à court terme, je pense que les Six Nations seront trop tôt pour lui. Concentrons-nous peut-être sur la seconde moitié de la saison. Cela vous laisse le temps d’éviter de précipiter les choses. Vous connaissez son parcours, Charles a passé beaucoup de temps à se remettre d’un problème d’épaule et d’omoplate qui l’a presque obligé à s’arrêter. Je ne pense pas qu’une blessure aux ligaments l’arrêtera. C’est un gars tenace et exemplaire pour beaucoup d’entre nous. Il devient plus fort mentalement. »

Avec Ollivon absent, Antoine Dupont devrait continuer dans le capitanat, après avoir mené la France à trois victoires sur trois en novembre.

Et deux ans après que Galthié et son équipe ont repris les Bleus, le manager français pense qu’il y a eu un changement d’avis dans l’équipe.

READ  La Suisse regrette l'adoption illégale d'enfants sri-lankais

Il a ajouté: « Quand j’ai commencé il y a deux ans, les gens me tapaient sur l’épaule et me disaient » Bonne chance « . Maintenant, nous entendons « Vous devez gagner ». Il y a une évolution au niveau de ce qui se dit et des attentes et c’est très positif. Nous voulons et pouvons gagner les compétitions auxquelles nous participons, notamment les Six Nations.

« Le défi lorsque nous avons commencé était de rivaliser rapidement avec une équipe qui manquait d’expérience internationale. Après 20 matchs, nous avons gagné 70 %, avec six défaites dont cinq dans les dernières minutes. Nous voulons maintenir cette dynamique et cette continuité dans le projet.

« On parle de versions, on prépare la version six pour les prochaines Six Nations et on veut progresser. On a fait des progrès à tous les niveaux, notamment dans la préparation d’un test match, en psychologie, mais il y a encore de la place pour progresser. »