Des milliers de manifestants ont défilé samedi dans le sud de la France pour dénoncer le projet de construction d’une nouvelle autoroute qui, selon eux, va polluer, contribuer au réchauffement climatique et menacer la biodiversité.

La manifestation dans le Tarn contre le projet d’autoroute A69 a attiré 8 200 manifestants selon les organisateurs ; 4 500 selon les autorités locales.

Ils ont défilé sous une pluie intermittente le long du tracé du projet d’autoroute reliant les villes méridionales de Toulouse et Castres, portant des banderoles indiquant “Moins d’énergie, moins de voitures et moins d’asphalte” et d’autres messages verts.

Julien Bayou, un député du parti Europe Ecologie Verts (EELV), a qualifié le projet de route “d’anachronique”.

Sandrine Rousseau, une autre députée verte, a déclaré que le projet remontait aux années 1990, lorsque les déplacements n’étaient possibles qu’en voiture et sur les routes.

“Il n’y a vraiment pas besoin d’une autre autoroute”, a-t-il déclaré.

D’autres ont déclaré que l’autoroute de 30 miles (53 kilomètres) entraînerait la perte de terres agricoles et mettrait en danger la biodiversité.

Le mois dernier, des manifestations contre des installations de stockage d’eau prévues dans une autre région du sud ont provoqué des affrontements entre manifestants et policiers au cours desquels trois personnes ont été grièvement blessées.

Les militants de Sainte-Soline tentaient d’arrêter la construction de “bassins” d’eau géants pour irriguer les cultures, qui, selon eux, fausseront l’accès à l’eau dans des conditions de sécheresse.

La réserve d’eau est la deuxième des 16 installations de ce type, faisant partie d’un projet développé par un groupe de 400 agriculteurs pour réduire considérablement l’utilisation de l’eau du réseau en été.