Le baromètre économique de la Chambre de Commerce est bas. L’inflation élevée, les factures d’énergie et la difficulté à trouver du personnel ont pesé sur la confiance des entreprises.

Selon Carlo Thelen, directeur de la Chambre de commerce, la confiance est désormais « en deçà de la tendance observée pendant le Covid. A partir du second semestre 2021, on a vu un regain de confiance. Pourquoi ? étaient des vaccins et il y avait de l’espoir que les vaccins fonctionneraient rapidement. »

« Maintenant, il y a peu de perspectives. Vous ne savez tout simplement pas où nous allons », déclare Thelen.

Plus d’un tiers des entreprises ont déclaré s’attendre à une baisse de leur rentabilité au cours des six prochains mois.

Trouvez des réponses à des questions pressantes

Logement, transports, horaires de travail flexibles : comment pallier le manque de personnel qualifié et non qualifié au Luxembourg ?

Dans une table ronde de la Chambre de commerce, 4 hommes d’affaires et représentants de 7 partis politiques ont discuté, entre autres, de ce défi, en amont des élections de 2023.

Le chômage est élevé, mais les entreprises ne parviennent pas à trouver suffisamment d’employés ; Outre un absentéisme élevé, le logement et la mobilité sont les principaux problèmes, selon Carole Muller, directrice d’une chaîne de boulangerie et présidente de la confédération des métiers.

« Une vendeuse qui bénéficie aujourd’hui d’un salaire minimum qualifié ou non avec majoration ne peut plus guère vivre au Luxembourg », souligne-t-elle. Il devrait se rendre en France, en Allemagne ou en Belgique, avec un trajet quotidien d’une heure et demie.

READ  La banque française SocGen va supprimer 3.700 emplois, sans licenciements forcés

Les gens devraient avoir la possibilité de commencer à travailler tôt ou tard et aussi de pouvoir répartir leur travail de manière plus flexible, selon Stéphanie Jauquet, propriétaire d’une entreprise de restauration.

« Vous pouvez aussi travailler 3 ou 4 jours par semaine. C’est 10 heures par jour au maximum, peut-être que les gens préfèrent travailler 3 jours de 12 heures par jour. »

Pour un vendeur ce n’est peut-être pas possible, mais dans d’autres secteurs la priorité doit être sur le droit au télétravail, a déclaré le président des Jeunes libéraux Michael Agostini.

« Nous ne pouvons pas prendre la décision de ne pas favoriser le télétravail pour sauver la restauration. Il sera nécessaire d’accompagner le secteur de la restauration dans une transition vers un monde où nous avons moins de personnes emménageant dans de grands bureaux.

Pour le député Roy Reding, faire venir plus de personnel qualifié de l’étranger pourrait être intéressant si « l’incroyable processus » au ministère des Affaires étrangères est simplifié. Cela fonctionne pour les grandes entreprises et les banques qui s’appliquent, mais pas pour toutes les entreprises, explique Reding.