Un groupe armé qu’il dirigeait est accusé de crimes, notamment de viol, d’exécutions sommaires, de mutilations et de cannibalisme au cours d’une guerre civile meurtrière en République démocratique du Congo.

Les procureurs français accusent également Lumbala de “participation à un groupe formé dans le but de préparer des crimes de guerre”.

Selon un Rapport du Conseil de sécurité des Nations Unies Depuis 2003, Lumbala dirige un groupe armé appelé Rassemblement congolais pour la démocratie-nationale (RCD-N), créé en 2000 et soutenu par l’armée ougandaise pendant la guerre civile meurtrière du pays.

L’enquête de l’ONU “a confirmé un schéma de pillage, de meurtre et de viol comme tactique de guerre” en 2002 pour les forces du RCD-N dans la région de Beni, dans la région nord-est de l’Ituri.

“Les exécutions sommaires ont visé le groupe ethnique Nande et les pygmées, qui ont été forcés de fuir dans la forêt pour la première fois pour échapper à la persécution”, indique le rapport de l’ONU.

“Les victimes ont signalé plusieurs cas de mutilations suivis d’actes de cannibalisme”, ajoute le rapport.

Les combattants impliqués dans l’opération appelée “Nettoyez la liste” ont confirmé qu’ils avaient été envoyés par Lumbala, a indiqué le Conseil de sécurité de l’ONU. UNE rapport séparé du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme Il dit que ceux qui ont participé à l’opération “ont torturé, mutilé et tué” d’autres combattants avant d’utiliser leurs organes “comme trophées de guerre”.

Entre le 12 et le 29 octobre 2002, des soldats du RCD-N auraient tué 173 civils et commis “des actes de cannibalisme”, indique le rapport. Un nombre indéterminé de civils ont été mutilés tandis que les soldats violaient un “grand nombre” de femmes et d’enfants.

READ  EXPLIQUÉ: Quelles sont les règles de la nouvelle obligation suisse de travail à domicile?

Le rapport relie d’autres incidents de mutilation, de viol et de cannibalisme à l’opération «Nettoyez la table».

La justice française est compétente pour juger les affaires de crimes contre l’humanité commis à l’étranger contre des victimes étrangères si les auteurs sont présents sur le territoire français ou résident en France.

La République démocratique du Congo, alors connu sous le nom de Zaïre, a obtenu son indépendance de la Belgique en juin 1960. Le chef de l’armée, le général Mobutu Sese Seko, est arrivé au pouvoir lors d’un coup d’État militaire en 1965 et est resté largement incontesté tout au long des années 1970 et 1980.

En 1996, des groupes dissidents dirigés par Laurent Kabila – et fortement soutenus par le Rwanda et l’Ouganda – se sont rebellés contre la corruption endémique. Ils sont entrés dans la capitale du pays, Kinshasa, en mai 1997 et Kabila s’est déclaré président.

Le mécontentement interne et externe à l’égard de Kabila a progressivement augmenté jusqu’en 1998, lorsqu’un nouveau groupe rebelle a été formé, à nouveau soutenu par le Rwanda et l’Ouganda, et un deuxième conflit a éclaté.

En janvier 2001, Kabila a été assassiné par l’un de ses gardes du corps et son fils, Joseph Kabila, a pris la relève. Sous le jeune Kabila, les forces étrangères se sont progressivement retirées et les parties congolaises ont réussi à parvenir à un accord pour un gouvernement national de transition qui comprenait les trois principaux groupes belligérants, plusieurs petits mouvements ex-rebelles et des représentants de la société civile et de l’opposition. politique.

READ  REVOIR - Maurice Genevoix au Panthéon: temps forts de la cérémonie

Lumbala est devenu ministre de ce gouvernement entre 2004 et 2005.

Correction: cette histoire a été mise à jour pour inclure l’image correcte de Roger Lumbala ‘.