Les limites du « savoir » ont fait l’objet d’interprétations fascinantes dans l’histoire récente. En 2002, l’ancien secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld, a introduit le langage des inconnues connues et inconnues inconnues dans le discours populaire. Cette semaine, le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, a invoqué le paradoxe de Fitch et incorporé ‘pas connaissable’ dans le lexique populaire, puisqu’il a dit qu’on ne sait pas s’il y aura ou non une récession.

L’économie mondiale est prise entre le jargon de Rumsfeld et la phraséologie de Powell. Et le domaine de l’inconnu, de l’inconnu et de l’inconnaissable s’étend. Cette semaine, les banques centrales de dix économies (Inde, États-Unis, Royaume-Uni, Union européenne, Suisse, Norvège, Mexique, Taïwan, Philippines et Colombie) ont participé à une course effrénée croissante. L’hypothèse d’une inflation plus rigide a déclenché des hausses de taux dans toutes les zones géographiques.

En fait, les hausses de taux actuelles sont les plus fortes et les plus rapides de l’histoire récente. Powell a canalisé son Volcker intérieur et a augmenté les taux pour 425 points de base en neuf mois tout en promettant plus. En Europe, tristement célèbre pour ses taux d’intérêt négatifs, la Banque centrale européenne taux augmenté quatre fois en cinq mois à 2 %. la banque d’angleterre huit fois les taux cette année en portant son taux d’escompte à 3,5 %.

Comment les augmentations de taux ont-elles évolué ? En juin 2022, cette chronique avait averti ‘Préparez-vous au choc, les banques centrales volent à l’aveuglette. Le fait est que, malgré les hausses de taux, l’inflation continue de tripler les niveaux prévus. Ce fait factuel tiré des archives de la Réserve fédérale américaine illustre la lutte. En mars 2022, le résumé des projections économiques estimait que l’inflation tomberait à 4,3 %. Le fait est que le chômage est à son plus bas depuis 50 ans, l’inflation en novembre est de 7,1 % et le prévisions de décembre révèlent que l’inflation sera plus élevée et la croissance du PIB plus faible aux États-Unis en 2023.

L’histoire n’est pas différente ailleurs, mais les banquiers centraux ne veulent pas s’arrêter ou pivoter. Le mantra « plus haut plus longtemps » est une sagesse et un consensus reçus dans les économies avancées. Le chef de la Fed, Powell, anticipe «des augmentations continues seront appropriées» pour revenir à l’objectif de 2 %. La directrice de la BCE, Christine Lagarde, a lancé un avertissement : «nous ne pivotons pasNous n’hésitons pas. » L’écume des marchés financiers au cours d’une pause/pivot s’est dissipée, entraînant une forte chute des valorisations des actions, tandis que les rendements obligataires ont chuté aux États-Unis et augmenté en Europe.

Les optimistes parient sur le calendrier électoral et les attentes d’intervention. Dix des économies du G20, y compris de grandes économies comme les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Inde, se dirigent vers le cycle des élections générales au cours des 12 prochains mois. La logique est que des taux plus élevés conduiront à des pertes d’emplois et à la perte d’effet de richesse. Cela déclenchera une pression politique pour une pause, voire un virage vers des baisses de taux pour atténuer la misère. Les réalistes croient que le résultat des paris réside dans des inconnues connues et « inconnaissables ».

READ  Le monde sur la voie catastrophique d'un réchauffement de 2,7 degrés, selon le chef de l'ONU

La circonstance justifie la prudence dans la formulation du budget 2023. Elle s’explique par une géopolitique incertaine, un ralentissement de la croissance et une inflation persistante, et l’histoire d’ouverture de la Chine pourrait compliquer les choses. L’Inde, en tant que grande économie à la croissance la plus rapide, est sans aucun doute mieux lotie que les autres économies. Le recouvrement des recettes est solide et reflète l’optimisme. Ses prêts sont en grande partie financés par l’épargne interne captive. Cela dit, adhérer aux théories de l’exceptionnalisme et du « découplage » comporte des risques explicites.

Les vulnérabilités sont indéniables. Les exportations, qui représentent près d’un cinquième de la production intérieure brute, se sont contractées et les importations continuent d’augmenter, augmentant le déficit du compte courant. Le ralentissement de la croissance mondiale réduira la demande de biens et de services, ce qui nuira le plus aux MPME. La roupie est d’environ 82,80 roupies pour un dollar. Il est vrai que la roupie se porte mieux que les autres devises des économies émergentes, mais afficher ce point ne tient pas compte du coût plus élevé que l’Inde paiera pour l’augmentation des importations.

Le point crucial est le coût du capital mondial. Les taux aux États-Unis devraient atteindre 5,1 % et ceux en Europe devraient atteindre 3 % ou plus. L’attrait croissant des rendements obligataires dans les économies avancées (les rendements sans risque aux États-Unis sont actuellement estimés à plus de 6 %) découragera le renouvellement des emprunts extérieurs, réduira les entrées de capitaux et pourrait également déclencher des sorties des marchés publics.

Le budget 2023 sera le dernier budget complet avant les élections de Lok Sabha en 2024. L’incertitude et les perturbations des marchés de l’alimentation et de l’énergie ont déjà imposé un coût sur les allocations de plus de Rs 3 lakh crore cette année. L’expansion de la culture du don dans les États gouvernés par des partis régionaux a le potentiel de stimuler la demande pour la poursuite des programmes et l’expansion des programmes. La RBI a proposé des options pour augmenter les taux d’intérêt au-dessus des 6,25% actuels. La question est de savoir si, et aussi comment, l’Inde, avec un ratio dette/PIB de plus de 84 %, peut financer de telles attentes alors que la croissance devrait ralentir.

L’économie mondiale semble approcher de son «moment Wile E Coyote». Les stars du football à Doha ont souligné l’importance de ne pas encaisser de buts tout en trouvant des moyens de convertir les occasions. Le mot clé du budget 2023 devrait être « prudence ». Il est impératif de faire preuve d’imagination quant aux inconvénients potentiels auxquels l’économie est confrontée.

Shankka r aiy Ar
Auteur de The Gated Republic, Aadhaar : Une histoire biométrique à 12 chiffres de l’Inde
Révolution et Inde accidentelle

READ  Une société d'énergie cherchant à obtenir l'approbation du gouvernement pour un câble électrique entre le Royaume-Uni et la France affirme que les dons au Parti conservateur n'influenceront pas la décision