Riot Games affirme que l’enquête menée par un tiers contre le PDG Nicolo Laurent n’a trouvé aucune “preuve” d’actes répréhensibles, et son propre comité spécial recommande qu’aucune mesure ne soit prise contre lui. L’enquête a été déclenchée par Riot Games après une action en justice a été déposée contre Laurent et la société en janvier qu’il alléguait avoir harcelé une employée et que Riot Games l’avait congédiée lorsqu’elle s’était plainte. Le procès est en cours.

L’enquête sur la conduite de Laurent a été menée par le cabinet d’avocats externe Seyfarth Shaw LLP, qui a présenté ses conclusions à un comité spécial de trois à Riot Games. Le comité spécial, tel que rapporté par le Washington Post, se composait de Youngme Moon, membre du conseil d’administration de Riot Games, et de deux cadres masculins de niveau C du propriétaire de Riot Games, Tencent.

Riot Games aujourd’hui a publié une déclaration du comité spécial, qui affirme qu’ils «agissent indépendamment de la direction» et examinent les résultats de l’enquête «avec impartialité». Ces déclarations seraient difficiles à croire pour toute entreprise, et payer un cabinet d’avocats tiers ne change rien à cela. Nous n’avons aucun moyen non plus de savoir en quoi consistait l’enquête Seyfarth Shaw.

Les Réclamation légale contre Riot Games et Laurent a été présenté par l’ancienne assistante exécutive Sharon O’Donnell, qui a été licenciée de son poste à Riot Games en juillet 2020. rapporté par Vice Le mois dernier, le procès allègue que Laurent a demandé à O’Donnell de “venir” chez lui pendant que sa femme était absente “, lui a demandé de rouler avec lui en dehors du travail, et lui a dit d’être plus féminin et de prendre soin de son ton. .

READ  Les nouveaux ordinateurs portables LG lancent cette semaine avec un boost grand écran que les fans de Windows 10 vont adorer

Le procès d’O’Donnell allègue qu’il s’est plaint du comportement de Laurent au service des ressources humaines de Riot Games et que son licenciement était lié à ces plaintes. Riot Games en a parlé dans une déclaration à Vice le mois dernier, affirmant que “le plaignant avait été licencié de la société il y a plus de sept mois en raison de multiples plaintes bien documentées émanant de diverses personnes. Toute suggestion du contraire est tout simplement fausse”.

La déclaration d’aujourd’hui du comité spécial de Riot indique qu’après avoir examiné les résultats de l’enquête menée par une tierce partie, “ils ont conclu qu’il n’y avait aucune preuve que Laurent ait harcelé, discriminé ou exercé des représailles contre le plaignant” et “Aucune mesure ne devrait être prise contre Laurent”.

Riot a également publié une courte lettre accompagnée d’une déclaration de Laurent lui-même, tous deux disponibles dans le même lien. Laurent, qui avait continué à exercer le rôle de PDG pendant l’enquête, note dans son communiqué que la société «explore des options juridiques». Riot a déposé une requête devant la Cour supérieure du comté de Los Angeles le même jour pour accélérer les procédures judiciaires et porter l’affaire en arbitrage.

Outre la difficulté évidente à enquêter de manière impartiale sur vous-même, même si vous engagez une entreprise extérieure, Riot manque de crédibilité sur cette question en raison d’allégations antérieures de sexisme sur le lieu de travail. qui ont d’abord été détaillés dans un rapport détaillé de 2018 de Kotaku. Ils sont toujours impliqués dans des procédures judiciaires sur le sujet, même maintenant. En 2019, Le personnel de Riot Games s’est retiré de son studio de Los Angeles pour protester contre l’utilisation par la société de «l’arbitrage forcé» pour résoudre les allégations de harcèlement sexuel. Plus tôt cette semaine, Alienware a annulé un contrat de sponsoring avec League Of Legends dix mois plus tôt, avec des sources anonymes. dire à Dot Esports qu’Alienware avait fait état de préoccupations concernant l’image publique de l’entreprise.

READ  Vous pouvez toujours mettre à niveau gratuitement les systèmes Windows 7 et 8.1 vers Windows 10