Une médaille de bronze pour le Canada aux Jeux paralympiques a brièvement fait l’objet d’une controverse au Centre aquatique de Tokyo.

Cela s’est produit dans des circonstances extraordinaires – une paire de disqualifications qui a laissé l’équipe canadienne de relais de natation en attente avec impatience dimanche.

La Grande-Bretagne et les États-Unis ont été disqualifiés dans le relais 4x100m nage libre féminin pour des décollages précoces lors du deuxième échange de la course. Ce dernier pays a protesté contre la course, mais la décision a été maintenue, ce qui a permis au Canada de prendre la troisième place et la médaille de bronze, sa 11e aux Jeux.

L’équipe de Morgan Bird, Katarina Roxon, Sabrina Duchesne et Aurélie Rivard se sont regardés et se sont regardés autour de la piscine lorsque la nouvelle de la disqualification a éclaté après la course, craignant apparemment de célébrer trop tôt.

En raison des protestations des États-Unis, la cérémonie de remise des médailles de l’événement a été reportée.

En savoir plus sur la situation de la natation à Tokyo et d’autres athlètes en action le jour 5 ici.

Voici plus de ce que vous avez manqué dimanche:

Lakatos décroche une autre médaille d’argent

À peu près au même moment que le chaos de la natation, le coureur en fauteuil roulant canadien Brent Lakatos a décroché une autre médaille d’argent à Tokyo, cette fois dans la course masculine de 400 mètres T53.

Fraîchement sorti de son autre deuxième place, le joueur de 41 ans de Dorval, au Québec, a franchi la ligne d’arrivée avec un record personnel de 46,75 secondes. Mais cela n’a pas suffi pour rattraper Thai Pongsakorn Paeyo, qui a battu le record du monde de Lakatos avec un total de 46,61.

READ  Le Canada nomme son équipe inchangée pour la série de qualification pour la Coupe du monde de rugby contre le Chili
L’équipe canadienne de relais 4×100 mètres nage libre a pris la troisième place après deux disqualifications au centre aquatique de Tokyo dimanche. (Oliver Walters / CBC)

Le Canada décroche le bronze au paratriathlon

Même si cela ne s’est pas produit du jour au lendemain au Canada, il est impossible de ne pas mentionner l’incroyable course de médaille de bronze de Stefan Daniel dans le paratriathlon PTS5 masculin.

Le joueur de 24 ans a terminé en 59 minutes 22 secondes et l’ajoute à sa médaille d’argent au Paratriathlon PT4 à Rio 2016.

« Je me suis battu pour cela. Je suis vraiment fier de mes efforts aujourd’hui », a-t-il déclaré à Devin Heroux de CBC Sports.

L’athlète a ajouté qu’il voulait montrer que le parasport est aussi légitime que l’équipe olympique.

« Je pense que nous faisons du bon travail pour montrer cela ici … Je suis vraiment enthousiasmé par l’état du sport; j’espère vraiment avoir inspiré les Canadiens à la maison, et peut-être que certaines personnes vont faire du vélo aujourd’hui ou aller courir. »

VOIR | Stefan Daniel du Canada sur sa médaille de bronze :

Stefan Daniel réfléchit après sa médaille de bronze

Stefan Daniel de Calgary dit qu’il est très fier de son effort et espère qu’il inspire les Canadiens. 1:49

La Canadienne Kamylle Frenette a terminé quatrième des médailles avec un temps d’une heure 10:09 minutes au triathlon féminin para PTS5.

Frenette, 25 ans, a également travaillé en première ligne en tant qu’étudiante en pharmacie, aidant à administrer le vaccin COVID-19 aux personnes dans les cliniques de la Nouvelle-Écosse.

Hommage à l’ancien capitaine

L’équipe canadienne masculine de basketball en fauteuil roulant a maintenant sa première victoire à Tokyo. Il a affronté la Corée dans une bataille 74-64 à l’Ariake Arena dimanche.

Outre des compétences impressionnantes, il y a beaucoup de cœur dans cette équipe.

Les hommes ont arboré des tatouages ​​​​Superman en hommage à leur ancien co-capitaine David Eng, qui en a un sur son épaule.

Eng a trois médailles paralympiques, dont deux d’or, et était le porte-drapeau lors de la cérémonie d’ouverture de Rio 2016. Mais après un désaccord bureaucratique sur les classements, les athlètes ont été réévalués et Eng n’était pas éligible pour l’équipe.

L’athlète a posté un message de remerciement sur Instagram, affirmant qu’il était devenu ému en tant que commentateur du match pour Radio-Canada.

Football, lancer du poids à Tokyo

Deux autres sports ont débuté dimanche à Tokyo : le futsal et le tir.

Bien que l’un des cinq joueurs, le gardien de but, soit visible, le para-soccer n’est joué que par des malvoyants. Bien qu’il soit interdit aux fans de participer à ces Jeux, la foule est tenue de garder le silence jusqu’à ce qu’un but soit marqué ; les joueurs utilisent leurs oreilles pour suivre le ballon, ce qui fait du bruit.

Pour en savoir plus sur la façon dont le football à 5 ​​est joué, consultez cette explication sur certains sports para uniques.

Le Canadien Brent Lakatos a remporté la médaille d’argent dans la finale masculine du 400m T53, dimanche. (Doyen Mouhtaropoulos / Getty Images)

Les athlètes de tir ont participé à des séances d’entraînement au stand de tir d’Asaka. Mais les matchs de football ont vraiment commencé, le pays hôte, le Japon, battant la France 4-0 à domicile.

Un centimètre d’or

L’Iraq Garrah Tnaiash a rugi après avoir fait le lancer de sa vie au stade national de Tokyo, atteignant une marque de 11,15 mètres dans le putter masculin F40.

C’était un record du monde, mais seulement pour un instant.

Denis Gnezdilov du Comité paralympique russe est également venu jouer et battre l’athlète avec un lancer d’un centimètre supplémentaire pour remporter le titre de record du monde et la médaille d’or.

Les athlètes se sont embrassés après une bataille acharnée. Et le Portugais Miguel Monteiro, l’ancien détenteur du record du monde, a décroché le bronze.

Satoru Hinata, à gauche, de l’équipe du Japon et Babacar Niang, à droite, de l’équipe de France s’affrontent dans le match du groupe A de la ronde préliminaire de soccer 5 à Aomi Urban Sports Park à Tokyo. (Kiyoshi Ota / Getty Images)

Les nageurs se baignent

Les nageurs canadiens détruisent les records nationaux en piscine.

Dimanche seulement, trois athlètes – Nicolas-Guy Turbide, Nicholas Bennett et Sabrina Duchesne – ont nagé rapidement dans leurs épreuves respectives pour établir de nouveaux records canadiens.

Bien qu’ils n’aient pas remporté de médailles, les pionniers font une déclaration à Tokyo.