L’Approche stratégique de la gestion internationale des produits chimiques (SAICM) a organisé une série de réunions régionales avant la quatrième réunion du processus intersessions examinant l’Approche stratégique et la gestion rationnelle des produits chimiques et des déchets au-delà de 2020 (IP4) et la cinquième session de la Conférence internationale sur la gestion des produits chimiques (ICCM5). La réunion régionale UE-JUSSCANNZUK (Japon, États-Unis, Suisse, Canada, Australie, Norvège, Nouvelle-Zélande et Royaume-Uni) a permis aux pays d’échanger des informations et des connaissances et de fournir des mises à jour sur les progrès accomplis vers les objectifs de la SAICM dans la région.

Le Bureau de l’ICCM5 a convenu de convoquer les réunions régionales pour préparer l’IP4 et pour : examiner les progrès accomplis dans la mise en œuvre de l’Approche stratégique dans les régions ; fournir des conseils sur la mise en œuvre aux parties prenantes au niveau régional ; et permettre des discussions techniques et stratégiques et l’échange d’informations. Les réunions ont discuté des résultats des quatre groupes de travail virtuels (VWG) qui ont été créés pour maintenir l’élan pendant la pandémie de COVID-19 et se sont réunis entre octobre 2020 et février 2021. Le texte des résultats de l’IP3 a également été révisé. , portée, principes et approches, et objectifs stratégiques.

La réunion régionale UE-JUSSCANNZUK a été convoquée virtuellement le 23 juin 2022.

En ce qui concerne les résultats du processus intersessions Beyond 2020, la présidente de l’ICCM5, Anita Breyer, a noté que même si les VWG ont fait des progrès significatifs, ils n’étaient pas assez inclusifs pour certains et que, par conséquent, le texte convenu de l’IP3 pourrait devoir être utilisé comme base de discussion.

La cofacilitatrice Silvija Nora Kalnins a présenté le rapport du GTV1 sur les objectifs, les indicateurs et les jalons (SAICM/RM/EUJ.7/4). Il a déclaré que le GTV a abordé: la formulation possible d’objectifs basés sur les domaines où les points de vue des parties prenantes convergent; des recommandations pour un processus d’établissement d’indicateurs et de jalons pour les objectifs atteints ; et une annexe avec de nouveaux objectifs proposés par les parties prenantes, qui ne sont pas inclus dans le texte principal du rapport final du GTV. Le VWG a discuté de deux options pour un processus visant à développer davantage les objectifs préliminaires et à identifier les indicateurs et jalons proposés, soit par l’intermédiaire d’un groupe d’experts en politique seul, soit par l’intermédiaire d’un groupe d’experts en politique et d’un sous-groupe de techniciens pour aider à développer le cadre d’indicateurs.

Kalnins a noté que l’un des défis consistait à parvenir à une compréhension commune entre le VWG plus axé sur les politiques et le précédent groupe de travail technique (GTT) sur le sujet. Un autre défi, a-t-il dit, était le nombre d’objectifs soumis par les participants et la nécessité de s’entendre sur les priorités. Comme option possible, il a suggéré de créer des objectifs généraux et de permettre à différents groupes de parties prenantes de déterminer leurs propres jalons.

READ  L'Inde continuera de jouer un rôle positif dans l'approfondissement de la compréhension commune de l'Arctique: Harsh Vardhan

Notant que le GTV a évité de parler de débris, il a déclaré que l’IP4 devra examiner dans quelle mesure le nouveau cadre prendra en compte les débris. Il a également souligné la nécessité de s’entendre sur la définition de termes tels que l’économie circulaire, a cité l’intérêt d’inclure de nouveaux concepts tels que la prévention des accidents et la réponse, et a souligné la nécessité d’un meilleur équilibre entre les objectifs axés sur les processus et les objectifs axés sur les résultats.

La cofacilitatrice Karissa Kovner a rendu compte des résultats des discussions du VWG2 sur la gouvernance et les mécanismes de soutien à la mise en œuvre (SAICM/RM/EUJ.7/5), qui avaient abordé des propositions sur : l’établissement d’une interface entre la science et la politique ; coopération et coordination nationales, sous-régionales, régionales, internationales, sectorielles et des parties prenantes ; des mécanismes pour mettre à jour et faire le point sur les progrès réalisés dans le cadre de Beyond 2020 ; et filiale et ad hoc corps.

Elle a déclaré que les résultats se décomposaient en trois parties :

  • des recommandations textuelles basées sur la convergence des points de vue des parties prenantes pour différentes sections ;
  • des recommandations visant à établir une interface science-politique, en tenant compte de la décision la plus récente de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement (UNEA) de créer un groupe science-politique et de son impact sur les besoins science-politique de la SAICM ; Oui
  • des recommandations pour un examen plus approfondi des questions dans le « Parc de stationnement », un document créé par le VWG2 pour refléter les domaines de travail ou les points de vue qui n’ont pas pu être abordés dans le cadre du mandat ou qui nécessitent plus de temps pour un examen plus approfondi.

Il a conclu en présentant les prochaines étapes et recommandations, y compris la proposition japonaise de faire le point sur les progrès et de mettre à jour l’Instrument.

Le co-facilitateur Thomas Jahre Sverre a discuté des résultats du VWG3 sur les sujets d’intérêt (SAICM/RM/EUJ.7/6), qui avait abordé les propositions relatives à la définition des « sujets d’intérêt », la soumission d’informations pour désigner un sujet , le processus de nomination, l’examen initial et l’affichage des nominations, la prise de décision et l’adoption, les mécanismes de mise en œuvre, le suivi des progrès et la détermination de la nécessité de poursuivre les travaux sur une question. Le rapport final du VWG3 contient une proposition d’un groupe d’ONG sur «critères d’activation» pour passer en revue les sujets de préoccupation existants lorsque le travail bénévole est insuffisant.

READ  Dernières nouvelles sur Omicron, tests et vaccins : mises à jour en direct de Covid

Sverre a souligné deux changements substantiels : la liste des critères inclus dans le document de construction dans IP3 a été supprimée car peu la soutenaient ; et l’idée d’un comité des parties prenantes a été introduite, basée sur l’expérience d’autres forums (comme le partenariat de Bâle). Il a déclaré que le titre « Problèmes préoccupants » devra peut-être être révisé si de nouveaux problèmes tels que la chimie durable sont abordés.

Il a également déclaré que les questions politiques émergentes (EPI) pourraient être discutées à l’ICCM5 et que chaque EPI devrait être analysé séparément. De nombreux gouvernements ont soutenu l’utilisation des résultats du VWG3 comme base de discussion compte tenu des progrès significatifs réalisés, l’un d’entre eux mentionnant le processus de nomination simplifié et la proposition sur l’évaluation des EPI.

Le co-facilitateur Reggie Hernaus a souligné les résultats des discussions du VWG4 sur les considérations de financement (SAICM/RM/EUJ.7/7), qui avait émis des propositions liées, entre autres, à une approche intégrée du financement, à la participation du secteur privé dans les produits chimiques et les déchets la gestion. , un centre d’échange pour suivre l’aide au développement et une stratégie de mobilisation des ressources, y compris un financement extérieur ciblé.

Hernaus a identifié les principales questions qui doivent encore être abordées dans l’IP4, y compris les trois piliers d’une approche intégrée du financement, du renforcement des capacités, du financement du Secrétariat et de l’engagement du secteur privé. Il a déclaré qu’il est peu probable que le premier pilier d’une approche intégrée, l’intégration, soit controversé, que le groupe devrait envisager d’améliorer le langage lié à la participation du secteur privé et des idées telles qu’un centre d’échange pour les capacités de développement, mais aucun texte n’a été officiellement soumis. . Hernaus a déclaré qu’une proposition officielle est nécessaire pour qu’un problème soit résolu dans IP4.

En ce qui concerne le pilier du financement extérieur dédié, Hernaus a souligné les résultats de la huitième reconstitution du Fonds pour l’environnement mondial (FEM-8), qui a augmenté le financement de la SAICM, l’extension du programme spécial, et le rôle de la coopération bilatérale et multilatérale. Il a déclaré que les pays devront également examiner la proposition déjà avancée pour un nouveau fonds dédié.

READ  L'ensemble de la délégation indienne du G7 s'auto-isole à Londres après que deux membres ont été testés positifs

Au sujet du financement du Secrétariat, il a déclaré que les participants devront décider s’ils doivent continuer avec des contributions volontaires ouvertes ou passer à des contributions volontaires évaluées en utilisant le barème des Nations Unies, comme proposé par la Norvège et la Suisse. Il a reconnu que la base actuelle de petits donateurs doit être élargie à des parties prenantes autres que le gouvernement. Il a déclaré qu’une décision doit être prise quant à savoir si le renforcement des capacités doit être une question distincte ou inclus dans l’approche de financement intégré.

Un représentant gouvernemental: s’est félicité du travail du Conseil international des associations chimiques (ICCA), soulignant le rôle du secteur privé; a déclaré que son gouvernement n’accepterait pas de contributions juridiquement contraignantes, y compris une taxe, dans le cadre d’un accord volontaire ; et a expliqué que les nouveaux fonds ne se traduisent pas toujours par un financement supplémentaire et que les mécanismes existants peuvent être utilisés plus efficacement.

Lesley Onyon, Organisation mondiale de la santé (OMS), a fourni une mise à jour au nom du Programme inter-agences pour la gestion rationnelle des produits chimiques (IOMC) sur les activités et les résultats, tels que la poursuite du développement de la boîte à outils de l’IOMC, y compris de nouvelles orientations et informations techniques . instruments. Achim Halpaap, Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), a présenté les travaux de l’IOMC sur l’élaboration et la mise en œuvre d’une approche intégrée de la gestion des produits chimiques et des déchets qui s’éloigne d’une approche chimique par produit chimique. Il a mis en exergue une approche à trois niveaux, axée sur: les principales capacités nationales de gestion des produits chimiques; les secteurs industriels clés et les chaînes de valeur des produits ; et les liens avec les questions de développement durable. Un représentant du gouvernement a proposé « d’approfondir les différents secteurs industriels ». Le président de l’ICCM5, Breyer, a souligné l’intérêt des conventions sur les produits chimiques dans l’approche intégrée proposée par l’IOMC.

La Roumanie a présenté une mise à jour sur les préparatifs de l’IP4, qui se déroulera du 29 août au 2 septembre 2022 à Bucarest. Aucune nouvelle date n’a encore été annoncée pour l’ICCM 5 suite à son report en raison de la pandémie. [Report of the EU-JUSSCANNZUK Regional Meeting] [SAICM Regional Meetings Website] [SAICM roadmap towards IP4 and ICCM5] [SDG Knowledge Hub Story on CEE Regional Meeting] [SDG Knowledge Hub Story on LAC Regional Meeting]