La Suisse a approuvé dimanche une interdiction de la burqa. Ils ne l’appelaient pas ainsi, bien sûr. Le référendum n’a jamais mentionné les mots «niqab» ou «burqa», mais tout le monde a compris. Des publicités de campagne sont apparues à travers le pays, montrant une femme en niqab et lunettes de soleil avec le slogan: «Stop Extremism. Oui à l’interdiction du voile “.

Les masques faciaux seront désormais interdits dans la rue, dans les magasins et dans les restaurants. La Suisse n’est pas la seule à suivre cette voie. Des restrictions similaires existent déjà en France, en Belgique et en Autriche.

Les gens ont de terribles problèmes lorsqu’ils parlent de ce sujet. Ils sont instinctivement mal à l’aise avec le fait que l’État dise aux gens quoi porter ou interdit les expressions de foi religieuse en public. Mais ils sont également mal à l’aise avec le voile intégral, la séparation des femmes de l’interaction sociale naturelle et le soupçon que, dans de nombreux cas, elles auront été forcées de le porter en raison de la pression des hommes de leur famille.

Mais en fait, la dynamique morale centrale du voile est assez simple: de qui nous inquiétons-nous? Sont les femmes? Ou est-ce notre besoin de conformité sociale?

Si c’est le dernier, alors l’interdiction est parfaitement bien. Il n’y a rien que vous ne puissiez pas faire avec des gens qui ont l’air différent. Nous nous engageons à éliminer par la force les distinctions culturelles et religieuses dans la société. Mais bien sûr, personne ne l’admet. Les interdictions dans des pays comme la France et la Suisse se justifient plutôt en prétendant qu’elles se soucient du fait que les femmes musulmanes sont obligées de porter le voile.

Si c’est le premier, les choses se compliquent. Il y a deux problèmes différents: l’oppression des femmes par des parents masculins si elles sont obligées de porter le voile et l’oppression des femmes par l’État s’il les oblige à l’enlever.

De nombreuses femmes choisissent de porter le voile de leur plein gré. Et c’est votre choix. Cela ne nous plaira peut-être pas. On peut penser que c’est une décision qui les prive de libertés fondamentales, à savoir la capacité de participer équitablement et naturellement à la société. Mais les gens sont libres de nouer des relations non libres. Qu’est-ce qu’être soldat? Vous vous soumettez à l’État pour imposer des restrictions à votre comportement qu’aucun citoyen libre ne tolérerait. Et pourtant, il est révélateur qu’il n’y ait pas de référendum en Suisse sur cette question.

READ  Cartographie des 3000 décès de coronavirus en Alabama

Pour ces femmes, l’État les oblige désormais à se dévoiler ou à vivre leur vie piégées chez elles. C’est un degré de contrôle de l’État sur l’individu qui est inacceptable dans toute société qui prétend se qualifier de libérale ou civilisée. C’est la tyrannie, une forme de contrôle sur la façon dont vous vous habillez, comment vous vous identifiez et sur votre conviction religieuse personnelle. Et sur cette question, peu importe que l’Islam ait besoin du voile ou non. Ce qui compte, c’est que c’est la conviction de la personne qui l’utilise.

Même en ses propres termes, l’argument en faveur de cette mesure n’a pas de sens. De nombreux partisans d’une interdiction agissent comme si toutes les femmes voilées avaient été forcées de le faire. Supposons un instant que cela soit vrai. Par conséquent, ils sont une victime. Mais que fait le policier lorsqu’il est condamné à une amende pour avoir porté le voile? Ils pénalisent la victime. Il n’y a aucune autre partie de la loi qui fonctionne de cette manière. Elle est moralement répréhensible, selon ses propres termes, en vertu de son propre raisonnement.

Ce n’est pas seulement une question morale, mais une question pratique. Maintenant, nous avons eu des années d’interdiction française pour étudier ses effets. Et les résultats sont terriblement prévisibles.

À Londres, où il n’y a pas d’interdiction, les actes anti-musulmans se produisent principalement dans les espaces publics et les transports en commun. Les victimes sont plus susceptibles d’être des spectateurs et des acheteurs. En France, Ce studio Kawtar Najib a constaté qu’un incroyable 58% ont lieu dans une institution publique: dans les écoles, les universités, les centres de formation, les hôpitaux et les municipalités.

En d’autres termes: ils ont institutionnalisé l’islamophobie. Les gens se sentent en sécurité en insultant ou en agressant les femmes musulmanes dans les endroits où ils devraient se sentir le plus en sécurité. Cela a un effet pratique surprenant. Cela signifie que ces mesures ne conduisent pas les femmes musulmanes à la vie ordinaire. Au lieu de cela, il transforme les institutions de la société en territoire hostile. Maintenant, ils sont moins susceptibles d’y aller.

READ  Les infirmières fument après que le Dakota du Nord laisse les travailleurs médicaux infectés par COVID rester au travail

L’interdiction de l’État n’offre aucune solution, viole la plus élémentaire de toutes les normes libérales possibles dans la vie publique et aggrave la situation des femmes qu’elle prétend vouloir aider. Mais que faisons-nous si nous nous opposons à l’interdiction et que nous nous sentons toujours mal à l’aise avec le voile? Que faisons-nous si nous reconnaissons que certaines femmes choisiront librement de l’utiliser, mais que nous avons besoin de protection pour les femmes qui sont forcées de l’utiliser?

Il n’y a pas de réponses faciles ici. Mais il y a des réponses difficiles qui nécessitent une planification sensée à long terme et une acceptation de la complexité.

Cela commence par l’éducation. Nous avons la possibilité dans les écoles d’éduquer les enfants sur le plus important de tous les attributs dans une société libre: leur autonomie. La nécessité pour eux de prendre leurs décisions librement, indépendamment des conventions sociales ou de la désapprobation de la famille. Soyez eux-mêmes et trouvez la vie qui leur convient le mieux.

Nous contrôlons également la relation de l’État à la religion. Nous pouvons supprimer le statut d’exonération fiscale, ou le droit de diriger des écoles religieuses, des organisations religieuses qui ne s’engagent pas en faveur de l’égalité. Cela s’applique certes aux organisations musulmanes, mais aussi plus largement aux organisations protestantes et catholiques. En tant que société, nous pouvons accepter que les organisations ne fonctionnent pas en pleine égalité et que les gens peuvent vouloir les rejoindre de toute façon, même à leur propre détriment. Mais nous n’avons pas à les payer pour le faire. Nous n’avons pas besoin de les aider à le faire.

Nous pouvons intégrer les soins aux femmes dans les services sociaux et placer le soutien aux besoins des femmes au centre. L’interdiction en France a fait peur aux femmes voilées de ces lieux. Mais au lieu de cela, nous pouvons les rendre accueillants et toucher les femmes lorsqu’elles les utilisent. C’est particulièrement vrai dans le domaine de la santé, qui s’inscrit dans un cadre de confidentialité et de souci du bien-être général. C’est l’endroit idéal pour s’assurer qu’une femme est seule, avec une autre femme, et pour vérifier si elle est contrainte de quelque manière que ce soit, même en la forçant à porter le voile. Et nous pouvons maintenir, avec des conséquences très importantes, le crime de forcer quelqu’un à porter un voile.

READ  William Shakespeare obtient le vaccin Covid

Mais la chose la plus importante que nous puissions faire est de soutenir les groupes de femmes qui s’expriment et aident les femmes musulmanes. En Suisse, Foulards violets, un collectif féministe musulman, fait le genre de travail acharné dont les partisans d’une interdiction n’auraient jamais rêvé. Ils luttent à la fois contre l’oppression au sein de leur religion et l’oppression de l’État en dehors de celle-ci. Son dernier atelier donne une bonne indication de ses instincts. Ça s’appelle: “Ne me libérez pas, je m’en occuperai.”

Elles ont été contactées tout au long de la campagne référendaire par des femmes mal à l’aise avec leur propre situation mais également disqualifiées par les termes du débat sur leur position dans la société. Mais avec les foulards violets, ils se comprennent. Ils ont un espace pour explorer ce qu’ils veulent et qui ils sont. Ils ne sont pas tenus de tenir dans une boîte. Ils sont placés au centre de la décision de ce qu’ils doivent faire de leur propre corps. On ne parle pas d’eux ou on n’en parle pas, on leur parle.

Ce ne sont pas des réponses faciles. Ils ne peuvent pas être réduits à des lois en une seule étape. Mais ils offrent la possibilité d’un réel changement, basé sur le respect des femmes, plutôt que sur une plus grande oppression à leur égard.