Tite défend la danse du Brésil contre la Corée du Sud

en savoir plus dansant

Après avoir été critiqué dans certains milieux pour être « irrespectueux » (quelqu’un a-t-il demandé aux Sud-Coréens ?), L’entraîneur du Brésil, Tite, a ressenti le besoin de défendre les actions de ses joueurs, et même les siennes. tout en célébrant les buts de ce huitième de finale.

« Ce n’est pas mon équipe, c’est l’équipe brésilienne et j’ai la responsabilité d’être le directeur technique. Je suis désolé mais Je ne commenterai pas les gens qui ne connaissent pas l’histoire du football brésilien, la culture brésilienne, la façon dont chacun de nous Yooui. Je laisse donc les combats de côté pour ceux-là. Je veux que mon lien soit avec mon travail, avec les gens avec qui je m’associe, avec ceux qui se rapportent à mon travail, qui savent à quel point je les respecte et qui connaissent mon histoire. Ce sont ceux auxquels je donne mon cœur et mon attention. Je suis à part de tout ça. Je continuerai à l’être, car je respecte la culture et ma façon d’être, et cette équipe avec laquelle je joue. Cela étant dit, en matière d’éducation, nous nous identifierons certainement à [young people] et bien d’autres enfants qui danseront parce que c’est notre culture quand on marqueOui Ce n’est manquer de respect à personne. C’est comme ça qu’on fait les choses, c’est comme ça qu’on est sur le plan culturel, mais on aide aussi à éduquer ces enfants à l’école et on va continuer à faire les choses à notre manière.

READ  Le régulateur financier suisse étend les exigences de déclaration pour les transactions cryptographiques

« Encore une fois, l’identité du football brésilien n’est pas moi, cela a commencé il y a longtemps avec des communautés désespérées qui formaient des enfants capables de produire du bon football. Même avec tous les risques que cela comporte. Je sais que nous sommes critiqués, mais c’est le football auquel je crois.Bien que nous soyons confrontés à des défis et à des critiques pour ne pas avoir remporté la Coupe du monde, nous continuons. C’est ce en quoi nous croyons. »