Découvrez les réactions de Vincent Gérard, Michaël Guigou et Guillaume Gille après la victoire de l’équipe de France (25-24) lors de leur troisième match de la Coupe du monde 2021 face à la Suisse.

Vincent Gérard (gardien de l’équipe de France, au micro de beIN Sports)

«Nous n’acceptons pas beaucoup d’objectifs. Le plus difficile, avec ce type de matches, c’est qu’on ne savait pas contrôler le rythme. Mis à part la fin, quand les arbitres ont levé les bras un peu plus vite, nous avons eu des attaques longues et tout d’un coup c’était très frustrant. En première mi-temps, nous avons perdu des situations à six mètres qui auraient dû nous permettre d’être plus loin et d’être devant à la mi-temps avec un peu plus de sérénité. En fin de compte, nous sommes entrés dans un jeu de bourbier. Je pense qu’il faut toujours se souvenir du positif et du positif ce soir (lundi), c’est qu’on se bat. C’est parce que nous sommes quatre contre six à deux ou trois minutes de la fin et que nous gagnons. Nous avons pu nous en sortir. Il est vrai qu’Andy Schmid a dominé le rythme du jeu. Cette attaque à sept est un peu délicate, mais il ne fait aucun doute que nous pouvons tirer parti de notre sacrifice de soi ce soir. Je suis heureux de jouer au handball. Nous avons la chance, en ces temps difficiles, de continuer à exercer notre profession. Le public nous manque et les fans nous manquent car il n’a pas forcément le même goût. D’un point de vue personnel, je sais qu’une compétition est très longue. J’espère que ce n’est pas si mal pour Wesley Pardin parce qu’il a commencé de la meilleure façon possible, on verra. Je pense que la défense a montré des signes vraiment encourageants et que nous gagnons du terrain. “

READ  Naples est raccourcie en AS Roma

Michaël Guigou (extrême gauche et capitaine de l’équipe de France, au micro de beIN Sports)

«C’était difficile mais malheureusement pas surprenant. Les Suisses ont posé de nombreux problèmes à la Norvège, mais seulement de moitié. Nous avons vraiment du mal à trouver des solutions, à quitter notre jeu. Peut-être y a-t-il eu un peu de détente après la victoire contre la Norvège. C’est un rythme très particulier. On a une heure de bus pour se rendre sur les lieux, on joue sans public, les journées sont longues. Hier (dimanche) nous avons pris le bus deux fois par heure pour venir nous entraîner. C’est spécial, il faut être le plus concentré possible dans ces conditions. Ce soir (lundi), nous avons eu une bonne dose de rappel et je suis si heureux de l’avoir fait de toute façon. “

Guillaume Gille (sélectionneur de l’équipe de France, au micro de beIN Sports)

«En général, je pense que nous ne savions pas comment trouver les bons ingrédients pour débuter ce match. On laisse les Suisses s’installer dans le jeu, ils installent aussi leur tempo et leur rythme d’attaque très, très lents avec des attaques très longues également bien aidées par l’organe d’arbitrage qui, outre la bonne utilisation du jeu à sept contre six de la Suisse, leur a permis de faire durer les attaques encore et encore. Nous avons pu être patients dans cette phase, nous avons pu trouver un peu de qualité au bon moment mais cela ne me fait pas oublier les problèmes que nous avons eu dans ce match, le manque d’efficacité et le manque de rythme. . On a vraiment eu des problèmes en attaque, en open space, pour prendre de bonnes décisions, croiser le gardien de but ou profiter de situations favorables. Une bonne dose de rappel. Nous savions que ce match serait difficile, ça l’était. L’important est d’avoir pu le gagner dans ces conditions. Ce n’était pas une chose simple et c’est un honneur aux joueurs et à leur état d’esprit. C’est aussi ce sur quoi nous devons nous fier pour participer au Main Tour. Ce dont je me souviens aussi et c’est le gros inconvénient de cette partie, c’est encore le départ de Wesley Pardin pour blessure avec qui, j’espère, nous aurons de bonnes nouvelles très peu de temps après les examens. Je pense que sa blessure est grave et c’est à lui que je pense avant de penser à l’Algérie. “

READ  Roc Nation Sports signe les stars marseillaises Ilyès Zouzoui et Aylan Benyahia