Rachida Dati dénonce un « aveuglement qui a duré des années » au sujet des violences sexuelles dans le cinéma français

La Ministre de la Culture, Rachida Dati, a récemment dénoncé ce qu’elle qualifie d’aveuglement collectif sur les violences sexuelles qui sévissent dans le cinéma français. Sa prise de parole intervient à quelques jours de la 49e cérémonie des Césars qui se tiendra à Paris.

Cette dénonciation fait suite à la plainte déposée par Judith Godrèche, une figure de proue du mouvement #metoo en France, contre des réalisateurs pour des violences sexuelles et physiques qu’elle aurait subies pendant son adolescence.

Rachida Dati met l’accent sur l’importance de la justice dans ces affaires, soulignant qu’elles ne doivent pas être prescrites. Elle insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas d’art mais de pédocriminalité lorsqu’il est question de relations sexuelles avec des mineurs.

La Ministre de la Culture affirme qu’une remise en question profonde s’ouvre pour le cinéma français, mettant ainsi en lumière un problème bien ancré dans l’industrie cinématographique du pays. La prise de parole de Rachida Dati suscite des réactions et ouvre le débat sur la place des victimes de violences sexuelles dans un milieu artistique souvent perçu comme complaisant envers de tels comportements.

READ  À partir de « Appelez mon agent ! » à la course hollywoodienne