90% efficace! Le résultat annoncé lundi 9 novembre par le laboratoire Pfizer et son partenaire allemand BioNTech, lors de la troisième phase d’essai clinique de son candidat vaccin contre Covid-19, a impressionné une grande partie de la communauté scientifique. Sans surprise, Ugur Sahin, le PDG de la start-up de Mayence qui a conçu le produit, a noté que ce chiffre était “Un résultat extraordinaire”. Akiko Iwasaki, immunologiste à l’Université de Yale et leader dans la recherche sur les vaccins, n’a rien dit de plus à la New York Times : «C’est vraiment un nombre spectaculaire. Je ne m’attendais pas à un résultat aussi élevé. J’avais préparé quelque chose d’environ 55%. “” Des résultats incroyablement passionnants “, a déclaré Wayne Koff, président du Human Vaccine Project. Et la spécialiste des maladies infectieuses Odile Launay, coordinatrice du réseau français de recherche clinique en vaccinologie, résume: «Nous ne pouvions guère espérer mieux. “

Lire aussi Pfizer et BioNTech annoncent un candidat vaccin contre le Covid-19 «efficace à 90%»

Mais que signifie exactement cette annonce? En l’absence d’un véritable article scientifique pour le disséquer, il est en le communiqué de presse du laboratoire et le protocole déposé avant cela, nous devons avoir confiance pour le comprendre. En principe, rien de trop compliqué: cela signifie que sur dix personnes exposées au virus SRAS-CoV-2, dans des conditions qui auraient dû les rendre malades, neuf ont été protégées. Le montrer semble plus complexe. Une solution aurait pu être d’infecter volontairement des personnes préalablement vaccinées, ce que l’on appelle un «défi infectieux», et d’observer le résultat. Sauf que l’injection d’un virus qui a déjà tué plus de 1,2 million de personnes et pour lequel il n’y a pas de traitement se heurte à d’importantes considérations éthiques.

READ  La hausse du franc suisse se poursuit - MarketPulseMarketPulse

Considérations éthiques importantes

C’est pourquoi Pfizer et BioNTech ont mené l’essai dit de phase 3. Ils ont recruté 43 538 participants. La moitié d’entre eux ont administré leur vaccin. L’autre moitié, le groupe témoin, a reçu un placebo. Le tout sans que les volontaires sachent dans quel «bras» de l’expérience ils se trouvaient. Puis ils sont tous rentrés chez eux. Puis les chercheurs ont attendu les contaminations. Le chiffre de 90% indiqué signifie donc que les personnes vaccinées avaient un risque 90% plus faible de contracter la maladie, ou qu’elles étaient dix fois moins susceptibles de la contracter.

Vous avez 56,8% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.