GRAMME

Les gouvernements de tous les partis semblent proposer un nouveau projet de loi “loi et ordre” presque chaque année, et ceux-ci se transforment souvent en grandes caravanes de changements juridiques mineurs, dont beaucoup ne sont pas controversés. Le projet de loi sur la police, la criminalité, la condamnation et les tribunaux, qui sera débattu par les parlementaires lundi et mardi, est le dernier du genre, et est soudainement devenu très d’actualité en raison du débat sur la surveillance. De la veillée de Sarah Everard samedi . .

Le projet de loi visait à l’origine à remplir la promesse du manifeste conservateur de 2019 de «soutenir notre police», en augmentant les peines pour voies de fait sur les travailleurs des services d’urgence et en introduisant «des peines plus sévères pour les pires contrevenants et [ending] libération automatique à mi-chemin de la prison pour crimes graves ».

Mais cela a également donné à Priti Patel, le ministre de l’Intérieur, et à Robert Buckland, le procureur général, l’occasion de légiférer sur les changements dans les pouvoirs de la police que Cressida Dick, la commissaire de la police métropolitaine, avait réclamé après les manifestations. De la rébellion d’extinction en avril 2019. Dick a dit ses officiers avaient besoin de nouveaux pouvoirs “spécifiquement pour faire face aux manifestations où les gens ne sont pas principalement violents ou gravement désordonnés mais, comme dans ce cas, avaient l’intention déclarée de mettre la police à genoux et d’arrêter la ville”.

Même avant le week-end dernier, certains soutenir les députés travaillistes ils se sont opposés aux dispositions du projet de loi qu’ils considéraient comme une atteinte au droit de protester. À la suite de la législation sur les coronavirus qui semblait initialement interdire complètement les manifestations, avant de les autoriser explicitement, puis de les rejeter à nouveau, le projet de loi est maintenant attaqué à la fois par la gauche et la droite.

READ  Arrestations effectuées à Dubaï après que des femmes nues aient été vues en train de poser sur le balcon en violation de la loi sur la décence publique des EAU

Alors qu’est-ce que le dispositions d’ordre public dans le projet de loi vraiment dire? Les document de politique gouvernementale déclare qu’ils “renforceront les pouvoirs de la police pour faire face aux manifestations non violentes qui ont un effet perturbateur significatif sur le public ou l’accès au parlement”. Mais la façon dont le projet de loi est libellé a suscité des inquiétudes quant à sa formulation large et vague, le principal objectif des critiques étant la criminalisation du «bruit» et de la «nuisance grave».

Le projet de loi donne à la police le pouvoir d’imposer des conditions aux «défilés» et aux rassemblements publics si «le bruit généré par les personnes qui y participent … peut entraîner une perturbation grave des activités d’une organisation qui se déroule dans le environs ».

Il élargit également la définition de «nuisance publique», qui est un crime s’il est causé «intentionnellement ou par imprudence», pour inclure les actes ou omissions qui causent à une personne «une gêne grave, une gêne grave ou une grave perte de confort». La peine pour ce crime comprend des peines d’emprisonnement allant jusqu’à 10 ans.

Le projet de loi comprend une clause sur les «protestations d’une personne», qui n’étaient pas couvertes par la loi sur l’ordre public de 1986, qui comprend le même libellé sur la génération de «bruit» qui s’applique aux processions et aux rassemblements.

Enfin, il contient également de nouvelles règles qui donnent à la police le pouvoir de supprimer les «camps non autorisés», datant des difficultés rencontrées par les autorités pour expulser les manifestants campés en permanence sur la place du Parlement, qui ont été relancés par la rébellion d’extinction établissant des structures permanentes dans le cadre de sa population.

READ  Nouvelles de l'UE: La Grèce s'en prend à l'Allemagne pour les dommages causés par la Seconde Guerre mondiale et exige un énorme paiement | Monde | informations

Lorsque les députés débattent du projet de loi et avant de le voter mardi, ils ne manqueront pas de poser au gouvernement des questions difficiles sur la façon dont les tribunaux peuvent s’attendre à définir des termes aussi non spécifiques comme des «inconvénients graves». Soutenir la police est une chose; Leur donner des pouvoirs larges et mal définis qui pourraient être utilisés pour freiner la liberté d’expression en est une autre.