Une image symbolique créée avec l’aide de Dall-E 2 AI. Créé avec DALL E

Tout le monde semble convenir qu’il doit y avoir des limites à ce que l’intelligence artificielle (IA) est autorisée à faire. L’Union européenne et le Conseil de l’Europe élaborent actuellement un ensemble de normes. Et la Suisse ?

Ce contenu a été publié le 9 juillet 2023


Des médias sociaux, de la médecine et des chatbots aux véhicules semi-autonomes, l’intelligence artificielle (IA) fait désormais partie de notre vie quotidienne, que cela nous plaise ou non. Maintenant, dans une lettre ouverte, des représentants de haut niveau de la branche ont tiré la sonnette d’alarme sur les dangers de l’IA. La réduction des risques doit être une “priorité mondiale”, ont-ils écrit.

Les préoccupations tournent autour des droits de l’homme, de l’État de droit et de la démocratie, explique Angela Müller, directrice de AlgorithmWatch CHlien externe, une organisation de la société civile qui suit de manière critique l’évolution de l’IA. L’impact potentiellement négatif de l’IA est déjà visible, dit-il, soulignant le Scandale des allocations familiales aux Pays-Baslien externe impliquant une discrimination raciale attribuée à un algorithme. Selon Müller, ces types de cas rendent la réglementation de l’IA « relativement urgente ».

Thomas Schneider, directeur adjoint de l’Office fédéral de la communication est d’accord. “Les données sont le nouveau pétrole et les systèmes d’IA sont les nouveaux moteurs”, dit-il. Les gens sont conscients qu’il s’agit de questions cruciales et que des solutions correspondantes doivent être trouvées, ajoute-t-il.

Cependant, Schneider, qui est également à la tête du Comité Intelligence Artificielle (CAI) du Conseil de l’Europelien externeestime qu’il faut faire la distinction entre une solution viable et un instantané, c’est pourquoi la Suisse adopte une approche un peu attentiste.

À ce jour, aucun des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) n’a introduit de réglementation spécifique à l’IA. L’organisme qui est allé le plus loin à cet égard est l’Union européennelien externeet le Parlement européen a approuvé un premier projet de législation sur l’IA (la loi sur l’intelligence artificielle) le 14 juin.

Ces lois couvriront également les applications à haut risque, telles que l’interdiction de la reconnaissance faciale en temps réel (telle qu’utilisée, par exemple, dans le système de crédit social en chinelien externe) ou dans les jouets pour enfants assistés par le langage qui pourraient encourager un comportement dangereux.

En tant que “gardien des droits de l’homme”, le Conseil de l’Europe se sent également le devoir de formuler sa propre Mécanismes juridiques de l’IAlien externe. Müller souligne que la convention-cadre du Conseil de l’Europe sur l’IA n’entre pas en conflit avec les réglementations de l’UE, mais les complète, “parce qu’elles suivent des approches différentes : l’UE veut régir l’IA par la sécurité des produits”.

pas de loi générale

Ce qui semble évident, c’est qu’il n’y aura pas de loi générale couvrant l’IA. Schneider assimile l’IA à des moteurs, pour lesquels des lois et réglementations spécifiques s’appliquent en fonction de leur utilisation. Il en va de même pour l’IA, qui implique des applications complètement différentes.

Cela nécessite des garanties mixtes, dit Schneider, car “si vous avez besoin d’un système d’IA pour un service de streaming musical, cela a des ramifications différentes de celles où le même algorithme recommande la mesure qu’un chirurgien doit prendre pendant une chirurgie cardiaque”.

Pour cette raison, une loi générale serait inadéquate, un fait dont l’UE est également consciente, dit-il. “L’UE a une trentaine de propositions qui ne traitent que du secteur numérique”, explique Schneider. Pour lui, la question cruciale est de savoir quels aspects les lois actuelles ne peuvent couvrir.

Müller est d’accord. « Ce n’est pas comme si nous flottions actuellement dans un vide juridique. Il y a déjà des lois en vigueur, à commencer par la constitution et la protection des droits fondamentaux. L’objectif maintenant, dit-il, est de combler les lacunes que les défis posés par l’IA ont ouvertes.

Mais pour elle, la situation est tout aussi claire. “Il ne s’agit pas d’avoir une loi et puis tout va bien, ça ne marchera pas.” Elle dit que les problèmes concernent les droits contre la discrimination, les droits fondamentaux, le droit d’auteur, le droit de la concurrence, le droit administratif, et bien plus encore, en d’autres termes, toute une pléthore de domaines juridiques.

Où est la Suisse ?

La réglementation de l’IA est actuellement en discussion dans de nombreux pays, mais quelle approche la Suisse devrait-elle adopter en dehors de l’UE ? Tout d’abord, on peut supposer que la Suisse, membre du Conseil de l’Europe depuis 1963, suivra la convention.

De plus, étant donné que les États-Unis, le Canada, le Japon, Israël et le Mexique, entre autres, sont également membres du Conseil de l’Europe, leurs réglementations sont susceptibles d’avoir des effets considérables.

Pour le moment, la position de la Suisse est d’attendre et de voir et de vérifier les différentes options, explique Thomas Schneider. Et vous n’êtes en aucun cas seul. “Tout le monde regarde pour voir si ce que l’UE prépare fonctionne vraiment.” Mais l’hypothèse de Schneider est que la Suisse n’ira pas dans une direction diamétralement opposée à celle voulue par l’UE.

En ce sens, la Suisse est l’un des «nombreux pays typiques qui non seulement ne bougent pas, mais analysent et réfléchissent à leurs options sans encore s’engager sur quoi que ce soit de concret», dit-il. Il ajoute que lorsque le processus commencera, il faudra encore des années, voire des décennies, d’ajustement.

Une mosaïque européenne ?

La Suisse ne fait pas partie de l’UE, comme le Royaume-Uni depuis le Brexit. L’Europe pourrait-elle se retrouver face à un patchwork de réglementations sur l’IA ?

Angela Müller d’AlgorithmWatch CH souligne que l’objectif des lois de l’UE est d’essayer d’empêcher cela au moins dans leurs propres limites. “Malgré cela, les réglementations établies par l’UE s’appliqueront également aux entreprises extérieures lorsqu’elles souhaitent vendre leurs produits au sein de l’UE”, déclare-t-il.

Vraisemblablement, cela s’appliquera également aux entreprises suisses et britanniques. En outre, les différentes industries exerceront sans aucun doute aussi une certaine pression politique pour obtenir des sécurités juridiques dans leurs secteurs.

Ceci, à son tour, soulève la question de la responsabilité. Qui est responsable si un système d’IA enfreint les règles ? C’est le sujet d’une conférence scientifique sur la transparence qui se déroule actuellement aux États-Unis.

Les ordinateurs ne sont jamais à blâmer, souligne Müller, car ils n’ont pas d’intention criminelle. La responsabilité incombe toujours aux personnes qui développent les systèmes ou les utilisent à des fins spécifiques. Les acteurs humains ne sont pas encore identifiables.

« Si cela devient impossible, un fondement fondamental de l’État de droit est sapé », conclut-il.

Forum suisse sur la gouvernance de l’internet

Les premières discussions ont eu lieu au Swiss Internet Governance Forum à Berne.

Rendez-vous annuel, la plateforme donne l’opportunité à des experts d’échanger sur les grands enjeux du numérique en Suisse, dont l’usage et la régulation de l’intelligence artificielle.

Deux des principes des “Messages de Berne” écrits le 13 juin disent :

fin d’insertion

Edité par Balz Rigendinger. Traduit de l’allemand par Thomas Skelton-Robinson.

Conforme aux normes JTI

Conforme aux normes JTI

En savoir plus: SWI swissinfo.ch certifié par la Journalism Trust Initiative

READ  Le patron des Jeux paralympiques tente d'étouffer la `` colère '' des Jeux