Les fans de football se réuniront à la Nouvelle-Orléans ce week-end pour Baylor, Ole Miss et le Sugar Bowl. Personne n’ira plus loin que Valentin Joanny, connu par ses près de 1 900 abonnés sur Twitter comme Ole Miss France.

Ni l’un ni l’autre n’aura une histoire plus unique non plus.

Joanny n’a jamais été à Oxford, Mississippi, ni même aux États-Unis. Pourtant, personne ne saigne Rebel plus rouge et bleu que ce maître-chien de 28 ans originaire de la banlieue parisienne.

Si tout se passe bien pour Joanny, elle passera un test COVID aujourd’hui, le réussira, montera dans un jet vendredi, volera de Paris à la Nouvelle-Orléans, s’enregistrera dans son loft loué à Bywater, se reposera, puis célébrera le Nouvel An dans le Superdome, encourageant ses rebelles.

Si tout se passe très bien, Matt Corral lancera neuf touchés, Ole Miss gagnera par 30 et Joanny célébrera avec certains des nombreux amis sur Twitter qui ont rendu le voyage financièrement possible pour lui.

Je sais, c’est beaucoup à assimiler, mais il y a tellement plus. Et je sais que vous avez des questions. Moi aussi.

Comment un maître de chien de 28 ans, qui habite près de Disneyland Paris, a-t-il pu devenir un fan d’Ole Miss aussi enragé ?

« J’ai commencé à regarder le football universitaire en 2012 à cause de Johnny Manziel (ancien quart-arrière du Texas A&M) », a répondu Joanny dans un récent e-mail. « En 2014, j’ai vu le film ‘The Blind Side’, alors j’ai commencé à en apprendre un peu plus sur l’Université du Tennessee et Ole Miss. Le lendemain, j’ai décidé de regarder le match contre l’Alabama et ce fut comme une révélation. à moi… »

Ce serait le 4 octobre 2014. Ole Miss a battu l’Alabama invaincu 23-17. Bo Wallace a lancé pour trois touchés. Les rebelles ont dominé Bama 20-3 en seconde période. Senquez Golson a scellé l’affaire avec une interception tardive. Le chaos s’ensuivit. Les postes sont tombés. Oxford à l’envers. Oui, et de l’autre côté de l’Atlantique, au petit matin du lendemain matin, une nouvelle fan d’Ole Miss est née.

Ou, comme le dit Joanny, « Ce fut comme une révélation pour moi : Dr Bo, Treadwell, le dégoût, l’uniforme, je suis immédiatement tombé amoureux des rebelles. »

Un peu plus d’historique sur ce fan club français d’Ole Miss : « J’ai commencé à jouer au tennis très jeune, à trois ans, j’étais plutôt bon dans ce sport », écrit Joanny. « J’ai joué au handball, au rugby, au football, j’ai toujours aimé jouer et regarder du sport. »

READ  Liensberger met fin au règne de Shiffrin avec l'or au slalom | des sports

Joanny poursuit : « Le sport américain est généralement diffusé ici la nuit jusqu’aux petites heures du matin. Quand on est jeune, c’est un peu plus difficile de pouvoir suivre la NBA, la NFL ou le football collégial. J’ai dû commencer à suivre la NBA et la NFL à l’âge de 16 ou 17 ans et le football universitaire un an ou deux plus tard… »

Puis vint le jeu Alabama-Ole Miss et la révélation.

« Maintenant, j’ai une page Twitter sur Ole Miss. Je regarde tous les matchs. J’ai un podcast avec des amis où l’on parle du football collégial pour le promouvoir en France. On peut dire que le sport est ma passion ».

Je dirais.

Joanny tweete, parfois en anglais et souvent en français, sur ce qu’elle voit. Sa page Twitter a reçu un grand coup de pouce il y a trois mois lorsque Ole Miss a frappé Tulane 61-21 et Corral a compté sept touchés.

« C’EST INDÉCENT! » Joanny a tweeté pour décrire la performance record de Corral, ce qui signifie que ce que Corral a fait à Tulane était indécent. (C’était vraiment).

Le tweet qui a rendu Valentin Joanny plus célèbre.

L’écrivain, éditeur et super-tweeter de football universitaire Alex McDaniel – @AlexMcDaniel Aux utilisateurs de Twitter : j’ai vu le tweet de Joanny, je l’ai adoré et elle l’a re-tweeté à ses près de 27 000 abonnés. Les abonnés Twitter de Joanny sont passés d’environ 400 à quatre chiffres.

Alors qu’Ole Miss continuait à gagner des matchs de football et que Joanny continuait de tweeter, il est devenu évident que les rebelles se dirigeaient vers un grand bol. Quelqu’un a suggéré une page « GoFundMe » pour emmener Joanny de l’autre côté de l’Atlantique. C’est arrivé. L’objectif était de 2.200 euros. Il a levé, au moment où j’écris, 2 875 euros (environ 3 250 dollars). Joanny dit que c’est plus que suffisant. « Merci à Rebel Nation », dit-il.

READ  Précédent : Suisse vs. Portugal - prédiction, nouvelles de l'équipe, compositions

Il ne reste plus qu’à passer le test COVID. (La variante omicron prend d’assaut la France, comme ici.)

Oui, dit Joanny, elle espère rencontrer beaucoup de fans d’Ole Miss ici. Non, dit-il, il ne peut pas prendre un verre avec tous ceux qui l’ont invité, sinon il ne pourrait pas donner le coup d’envoi.

Oui, dit-il, il a un message, plus que le superficiel « Hotty Toddy », pour les contributeurs.

Joanny écrit : « Merci à tous, rien n’aurait été possible sans vous et votre soutien. Je n’oublierai jamais ce que tu as fait pour moi. Je vais vivre l’une des plus belles expériences de ma vie.

« Merci. »

– Crédit d’article à Rick Cleveland de Mississippi aujourd’hui