Quarante ans après la victoire de Roland-Garros, Yannick Noah vit comme une star

“Quand je perdais des matchs de tennis, je disais aux gens que j’étais chanteuse”, a-t-elle déclaré.

Il a fait la navette entre l’Europe et les États-Unis, apparaissant dans les tribunes lors des matchs de basket-ball alors qu’il regardait son fils, Joakim, devenir un universitaire et une star de la NBA. Noah n’est peut-être pas beaucoup à Roland Garros cette année, mais Joakim était souvent dans l’équipe de Frances Tiafoe, une Américaine fille d’immigrés africains et l’une des rares joueuses noires de haut rang en tournée.

Noah passe maintenant une grande partie de son temps au Cameroun. La photo accompagnant son numéro de téléphone portable le montre debout devant une mer turquoise, buvant à travers une paille dans un verre à martini plein, regardant sous le bord d’une casquette de baseball.

Les dreadlocks sombres ont disparu, remplacées par des cheveux poivre et sel soignés et éclaircis de manière appropriée. Il a des rides sur le front et des poches sous les yeux. Mais le sourire aux dents écartées, la voix douce, sa philosophie “il y a plus dans la vie que le tennis” et cette combinaison de fanfaronnade et d’accessibilité, tout est toujours là. Au milieu du concert, il a fait le tour du stade, chantant dans le micro d’une main, donnant des high-fives et étreignant la foule de l’autre.

La distance grandissante entre le public et les joueurs de tennis l’inquiète, dit-il, surtout quand les réseaux sociaux sont censés les rapprocher des fans. Il a peu d’utilité pour le code de conduite du jeu, qui, selon lui, étouffe les joueurs, les empêchant de montrer de l’émotion sur le terrain.

Ces explosions émotionnelles de McEnroe et Jimmy Connors, et même de Noah à l’occasion, ont autrefois aidé à attirer le fan de sport moyen vers un match d’élite. De plus, les émotions sont au centre du sport, a-t-il déclaré. Demandez aux joueurs qu’il a entraînés pour remporter le titre de la Coupe Davis de quoi il leur a parlé, a-t-il dit. Il parlait rarement de tennis, juste d’émotions.