Il est juste de dire que le retour de Richie Porte aux Ineos Grenadiers s’est plutôt bien passé. Le joueur de 36 ans a terminé deuxième au classement général de la Volta a Catalunya en mars (dans un balayage du podium d’Ineos), deuxième au Tour de Romandie en avril (derrière son coéquipier Geraint Thomas) et, à la fin, la semaine dernière, il a remporté le Critérium du Dauphiné pour la première fois de sa carrière.

La victoire de Porte était le fruit d’une attaque tardive dans la dernière montée de l’étape 7 de samedi. Il a mis suffisamment de temps sur ses rivaux pour se hisser en tête du classement général à une étape de la fin.

Cette dernière étape était tout sauf une procession. Porte a dû tenir le coup pendant cinq montées catégorisées, puis s’est retrouvé isolé dans la descente finale lorsque son dernier coéquipier, Geraint Thomas, s’est écrasé. Cependant, Thomas est finalement revenu à l’avant et a aidé Porte à remporter une autre victoire dans une course par étapes d’une semaine.

La victoire était significative pour Porte. C’est non seulement l’une des plus grandes victoires de sa carrière, mais aussi après avoir terminé deux fois deuxième du Dauphiné. Porte a également mené la dernière étape en 2017, mais a été pris en embuscade par Jakob Fuglsang lors d’une journée de course chaotique et il a dû se contenter de la deuxième place. Le souvenir de ce jour était frais dans l’esprit de Porte dimanche dernier.

Porte se dirige maintenant vers le Tour de France dans le cadre d’un une gamme vraiment formidable d’Ineos Grenadiers. Au vu de sa forme récente, et étant donné qu’il est monté sur le podium pour la première fois l’an dernier, peut-on voir que le Tasmanien a un autre cap sur le GC Tour ? Porte en a parlé à CyclingTips au lendemain de sa victoire au Dauphiné ; une journée consacrée à la reconnaissance des étapes clés du Tour.


Conseils vélo : Félicitations pour une belle semaine au Dauphiné. Tu dois être fané.

Richie Porte : Je suis sur la lune pour être honnête et je ne m’attendais vraiment pas à gagner d’autres courses en revenant ici. [to Ineos Grenadiers]. Pour gagner ça, c’était une belle petite victoire effrontée.

En entrant dans la course, à quoi vous attendiez-vous ? Vous n’étiez pas censé être le leader, n’est-ce pas ?

Non, je veux dire, évidemment, la plupart des gars étaient de l’équipe du Tour, donc nous avons eu G [Geraint Thomas], qui est l’homme du Tour, et il est en pleine forme, et puis Tao [Geoghegan Hart] aussi. Je suppose que j’avais le choix de faire quelque chose. Quand tu as des chiffres comme nous en avions [other teams] Je ne peux chasser que l’un d’entre nous et c’était le plan de l’équipe : m’envoyer sur la route lors de l’étape de samedi. Et puis vous avez vu derrière que personne n’avait vraiment assez de main-d’œuvre pour y faire grand-chose.

READ  Pas 1440p sur PS5 - est-ce si mauvais? - Informations

Je suppose que le plan aurait été que l’un des autres types attaque s’il vous avait laissé partir.

Oui, regardez, ce n’était pas une étape facile. Nous avons fait de grosses montées avant cela, mais je pense que Movistar a pris un peu le dessus. Evidemment, quand on a les chiffres comme on avait… [Enric] D’autres sont venus avec moi, mais cela n’a pas fonctionné, ce que je peux comprendre d’un point de vue tactique.

Pour l’avenir, je pense que la position dans laquelle nous nous trouvons par rapport à [Jumbo-]Visma ou Émirats Arabes Unis[-Team Emirates] – On dirait qu’ils sont tous un peu cuits. Plus que trois semaines avant le Tour. Nous avons toujours [Richard] Carapaz en Suisse [to add to the Tour line-up]. À long terme, nous sommes bien placés pour être honnêtes. j’espère qu’on a des chiffres [at the Tour] de jouer différentes cartes.

Son attaque dans l’étape 7 était évidemment un moment crucial de la course. Quels ont été les autres moments clés pour vous ? Le contre-la-montre ?

Oui c’était. Je veux dire, je m’attendais ou m’attendais à plus. j’aimerais avoir cette seconde [time trial] place aux Jeux Olympiques de Tokyo*. J’ai fait quelques contre-la-montre cette année, mais sur celui-là j’étais trop dur au début et ensuite sur les deux dernières montées j’ai vraiment payé pour l’effort. Finir de près, passer un bon moment avec les autres gars du classement général, c’était quand même une bonne journée, mais j’attendais un peu plus de moi.

(* L’Australie a deux places dans le contre-la-montre masculin aux Jeux olympiques de Tokyo, mais seul Rohan Dennis est un partant confirmé jusqu’à présent. Un porte-parole d’AusCycling a déclaré à CyclingTips que l’organisme national « prendrait la décision de remplir ce [spot] plus proche des Jeux »).

Parlez-moi de l’étape finale. Vous portez le maillot de leader, mais vous y êtes déjà allé et avez perdu la course. Cela vous passait-il par la tête ?

100%. Je pense que G était probablement le dernier gars en 2018 à avoir vraiment le maillot et à avoir l’équipe pour le défendre. En 2017, quand je l’ai eu, tout l’enfer s’est déchaîné, tout comme ces dernières années aussi. Cela montre bien que vous ne pouvez pas gagner ces courses sans une équipe comme la nôtre.

READ  Suisse Hockey sur glace Prédictions, pronostics et cotes│ 13 MAI 2022

Ils se sont tous fait attraper par moi et j’ai dû me pincer sur le [Col de] L’avion de Joux [the final big climb on the final stage – ed.] où nous avions Tao, qui a remporté le Giro l’année dernière, et G, qui a remporté le Tour, qui étaient prêts à l’essayer pour moi. Il était agréable. Oui [even] alors ce n’était pas facile.

J’ai dû changer de vélo là-bas et je suis allé tester et mettre mon Garmin sur mon vélo de rechange et je l’ai perdu. Autant vous ne devriez pas faire confiance à des choses comme un Garmin, vous le faites d’une manière ou d’une autre. C’est votre marqueur kilométrique, c’est là que vous obtenez un indicateur de votre puissance et tout ce genre de choses. Ce n’était pas idéal, mais je pense que G regardait en arrière, pour voir où il était et avait sa petite goutte. [on the descent off the Joux Plane] mais ensuite il est revenu et a roulé à un rythme super que personne ne pouvait attaquer.

Tout s’est bien passé. Et bien sûr, ça n’allait jamais être facile pour moi, n’est-ce pas ?

Porte sur l’avion de Joux, soutenu par Thomas (devant) et Geoghegan Hart (derrière).

A quoi pensiez-vous lorsque G s’est écrasé dans cette descente et que vous étiez seul sur les derniers kilomètres ? Vous attendiez que je revienne ?

Bien sûr, avoir G et moi était un luxe. Et même avoir Tao sur le dernier kilomètre de la [Joux Plane] monter aussi, c’était le meilleur scénario que nous aurions pu imaginer. Mais oui, évidemment, si G avait été là tout le temps, ça aurait été beaucoup plus facile.

Les gars d’Astana ne nous ont pas lancé autant que je le pensais. J’espérais qu’ils me feraient un doublé. Et il y avait des moments où je devais rouler un peu devant. Mais je pense que l’autre chose est d’avoir deux Australiens là-bas : Jack [Haig] Je n’allais jamais bouger et Ben O’Connor m’a aussi donné un coup de main. Donc je ne dirais pas que tout était sous contrôle, c’était un peu stressant pendant un moment, mais une fois que G est revenu, tout était sous contrôle. Mais ce n’était pas facile non plus d’atteindre la ligne d’arrivée.

Comment avez-vous aimé le voyage de Mark Padun ce week-end ?

Oui, je veux dire, c’est super génial. J’ai eu un petit aperçu de ce dont il est capable, mais surtout sur l’étape de samedi, il y a eu un moment où Mas a laissé tomber le volant, comme il le fait, et puis bien sûr. [Sepp] Kuss et Padun ont fait l’écart, mais le voir attaquer était assez impressionnant. Puis, pour le soutenir et remporter l’étape d’hier, il a avancé à pas de géant.

READ  Mise à jour ESG et conformité : la Suisse édicte des obligations de reporting extra-financier et de diligence raisonnable (Partie 1)

Je sais que vous avez dit après la dernière étape que vous ne vous trompiez pas sur votre rôle pendant le Tour. Mais évidemment, il y aura un groupe de personnes en Australie qui se demandera si vous pourriez avoir une chance d’aller voir le général. Que leur diriez-vous ?

J’ai signé ce contrat pour retourner aider G. Il m’a aidé à gagner cela ; C’est sans doute la course la plus importante de ma carrière que j’ai jamais gagnée. Donc je lui dois et c’est mon plan. Mais en même temps, je suppose que si nous avons des numéros à jouer…

Je veux dire, Roglic et Pogacar ne peuvent pas tout chasser, non ? Leurs équipes ne sont plus ce qu’elles étaient. Eh bien, Pogacar n’avait pas d’équipe l’année dernière de toute façon, mais si Visma n’est pas là où elle était l’année dernière, il sera difficile de tous nous chasser. Mais je pense que lorsque nous arrivons aux contre-la-montre, G est à un autre niveau.

C’est trois semaines. L’ordre hiérarchique se résoudra de lui-même.

Porte a terminé sixième de l’étape 4 ITT du Dauphiné. Ce pourraient être les contre-la-montre qui décideront du leadership d’Ineos sur le Tour.

Et vous avez fait plusieurs courses par étapes cette année avec plusieurs d’entre vous sur le podium. Donc, vous avez certainement les options en termes de profondeur …

C’est ca le truc. A part Paris-Nice, où j’ai chuté, dans toutes les courses que j’ai faites cette année, l’équipe a gagné et a eu au moins deux gars sur le podium. Aussi avec Egan [Bernal] gagner le Giro, nous sommes dans une assez bonne situation. Les courses gagnantes de l’équipe et les coups de pied gagnants de G, c’est un endroit heureux.

Comment sera votre préparation d’ici au Tour ?

Nous avons quelques jours de reconnaissance puis de retour à la maison. [to Monaco] pendant quelques jours, puis camp d’altitude à Île 2000 – puis, près de chez moi. Un peu de temps en famille je suppose, puis directement sur le Tour et ensuite directement à Tokyo après ça. Donc sept semaines assez chargées.

C’était une bonne chose de revenir ici [to Ineos]. C’est une équipe fantastique et c’est presque comme si je ne l’avais jamais quitté, pour être honnête. Les gens disent ce qu’ils veulent, mais je pense que c’est pour ça qu’ils gagnent des courses de vélo. Hier, vous avez vu comment tout le monde se prend les uns dans les autres.