Rarement dans un procès, le poids des morts n’a été aussi lourd. La mort des frères Chérif et Saïd Kouachi et d’Amedy Coulibaly prive la justice et leurs victimes des responsables directs des crimes de janvier 2015. Aucun des onze prévenus présents n’était jamais entré en contact avec la justice antiterroriste. Tous avec un casier judiciaire, ces criminels communs et parfois expérimentés semblent pâles comparés aux meurtriers.

Malgré les innombrables enquêtes engagées, les enquêteurs sont tombés sur un mur dans une partie entière du dossier: les réseaux des frères Kouachi. Aucun défendeur n’est directement lié à eux. Nous savons que leur arsenal provenait de l’ex-Yougoslavie, mais les juges ont fait le constat amer que ces armes «n’étaient pas traçables et que leur origine ne pouvait être établie». Leur conclusion est la suivante: «D’après les enquêtes menées, il apparaît que les frères Kouachi ont laissé peu de traces derrière leur dos, comme en témoignent les opérations téléphoniques et informatiques; ils ont pris soin de ne pas attirer l’attention des services spécialisés, de limiter leurs associés, de s’en tenir à leur entourage familial et de communiquer discrètement. “

Chérif et Saïd Kouachi, deux des auteurs de l’attaque «Charlie Hebdo», ont été tués lors d’un assaut du GIGN le 9 janvier 2015 à Dammartin-en-Goële. / PHOTO AFP

Par conséquent, la boîte ne sera remplie que de suspects liés à Amedy Coulibaly, notamment pour la fourniture de matériel de sécurité et d’armes. Ils assurent tous qu’ils n’étaient pas au courant de ses projets désastreux, qu’ils ont unanimement condamnés. Mais les juges d’instruction ont rappelé dans leur ordonnance, la qualification d’association criminelle terroriste “ne nécessite pas une connaissance précise du plan d’attaquer délibérément la vie ou l’intégrité des personnes, préparé et / ou exécuté par l’auteur principal”.

Cependant, les magistrats estiment que la radicalisation d’Amedy Coulibaly ne pouvait être ignorée par ses proches. «Les prévenus sont peut-être loin du crime, mais ils étaient très proches du criminel, prévient Patrick Klugman, l’avocat de nombreux anciens otages d’Hyper Cacher. Certains étaient à son service 24 heures sur 24 pour accomplir toutes les tâches qu’il exigeait. Le terrorisme commence là. Ce procès a beaucoup en jeu. “

Ce procès sera fait principalement pour les parties civiles, au complet Mes Gilles-Jean et Jean-Hubert Portejoie, qui défendent la veuve de Michel Renaud, assassinée lors de l’attentat contre «Charlie Hebdo». Notre client en attend beaucoup et ne désespère pas que certaines zones grises aient été supprimées. “

VIDÉO. Attentats de janvier 2015: de “Charlie” à Hyper Cacher, 3 jours qui ont marqué la France

Onze des quatorze accusés encourent 20 ans de prison, les deux complices présumés courent le risque de la réclusion à perpétuité et un «petit coup de main» est poursuivi pour un crime passible de dix ans.

READ  Alerte météo: tempête de vent sud et Autan

Ali Riza Polat, le complice présumé

Cet homme de 35 ans est le seul prévenu présent à être poursuivi pour complicité dans tous les crimes et, par conséquent, le seul à être condamné à la réclusion à perpétuité. D’origine kurde, ce vieil ami d’Amedy Coulibaly qui a grandi comme lui à Grigny (Essonne) “apparaît à toutes les étapes de la préparation d’actions terroristes”, résument les juges d’instruction. Par rapport à de nombreux accusés, l’analyse téléphonique révèle qu’il a multiplié les contacts et les voyages communs avec son partenaire dans les jours précédant les attentats, mais son investissement à ses côtés semble plus ancien. Il est soupçonné d’avoir mis Amedy Coulibaly en contact avec l’un de ses prétendus fournisseurs d’armes, plusieurs mois avant les attentats. Ali Riza Polat nie ces accusations. Cependant, une expérience écrite a révélé qu’il était l’auteur d’une liste relative aux armes, munitions et explosifs, qui a été trouvée lors de la recherche de Metin Karasular – il a nié être l’auteur.

Amedy Coulibaly, abattue par le RAID le 9 janvier 2015 à Paris. / AFP
Amedy Coulibaly, abattue par le RAID le 9 janvier 2015 à Paris. / AFP

Après les attaques, il a tenté en vain de rejoindre la Syrie. L’enquête a finalement révélé qu’il avait développé un intérêt pour Daech. Tout au long de l’enquête, il a minimisé son rôle avec son ami, se disant choqué par les attaques. «Je suis surpris que ceux qui ont effectivement fourni les armes ne soient pas dans la boîte», souligne son avocate Yo Isabelle Coutant-Peyre, se référant aux membres d’un réseau de trafiquants jugés à Lille (Nord) et dont les juges ont estimé qu’ils n’étaient pas directement lié à l’affaire. Le criminaliste les a appelés comme témoins.

Nezar Mickaël Pastor Alwatik, le codétenu

Cet habitant d’Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) âgé de 35 ans a rencontré Amedy Coulibaly lors de sa détention à la prison de Villepinte, où ils travaillaient tous les deux à la blanchisserie. Il le présente comme son «frère aîné». Son ADN a été découvert dans deux pistolets découverts dans la maison conspiratrice d’Amedy Coulibaly à Gentilly (Val-de-Marne), ainsi qu’à l’intérieur d’un gant noir retrouvé dans une allée de l’Hyper Cacher. : indices embarrassants que vous avez eu du mal à expliquer. L’enquête a également montré qu’il avait multiplié les échanges avec son ami avant les attentats. Les juges se demandent même s’il n’a pas joué de rôle dans le transport et le stockage des armes du futur terroriste. Si vous admettez avoir vu des armes dans le coffre de votre ami, vous nous assurez que vous n’auriez jamais imaginé pouvoir les utiliser comme vous l’avez fait.

Willy Prévost et Christophe Raumel, les trimmers

Ces deux hommes, âgés de 34 et 30 ans, ont avoué avoir servi de bricoleur pour Amedy Coulibaly, sans connaître ses véritables intentions. Le futur terroriste a demandé à Willy Prévost, qu’il connaissait depuis Grigny, de récupérer une voiture dans l’Oise le 2 janvier, la Scenic avec laquelle il se rendra à l’Hyper Cacher. Willy Prévost s’approche alors de son ami Christophe Raumel. En décembre, les deux sont également allés acheter des gilets tactiques, un taser, un couteau et du gaz, toujours à la demande de Coulibaly. Pour se justifier, Willy Prévost a expliqué qu’il vivait dans la peur de son directeur, plusieurs témoins qui ont confirmé qu’il était «l’homme mort». La participation de Christophe Raumel semble mineure. Les juges ont admis ne pas connaître Amedy Coulibaly. Par conséquent, il n’est poursuivi que pour un seul crime, passible de 10 ans de prison. Il sera également le seul accusé à apparaître libre.

READ  arrestation du patron de la presse protestataire Jimmy Lai

Amar Ramdani, Saïd Makhlouf et Mohamed-Amine Fares, les intermédiaires

Amar Ramdani, 39 ans, est un ancien détenu qui a rencontré Amedy Coulibaly dans la buanderie du centre de détention de Villepinte. Avec son ami Saïd Makhlouf, 30 ans, ils sont soupçonnés d’avoir tenté de fournir des armes à Amedy Coulibaly. Entre le 11 octobre et le 20 décembre 2014, les deux hommes se sont rendus à six reprises dans la métropole de Lille, où les armes venaient de passer. Au cours de leurs différents interrogatoires, ils ont justifié ces déplacements par des stratagèmes pour arnaquer ou visiter des prostituées, mais sans convaincre les juges d’instruction. Amar Ramdani a également rencontré Amedy Coulibaly à plusieurs reprises dans les jours qui ont précédé les événements. Quant à Saïd Makhlouf, son ADN a été retrouvé sur la sangle du pistolet Taser dont le terroriste était en possession dans l’Hyper Cacher.

Ses déclarations ont été sapées par l’interrogatoire tardif de Mohamed-Amine Fares. Roubaisien, 31 ans, a été dénoncé par une lettre anonyme adressée aux juges fin décembre 2017. Il est établi que le 11 octobre 2014, date du premier déplacement au nord d’Amar Ramdani et Saïd Makhlouf, ce dernier à deux reprises nommé Mohamed-Amine Fares. Plusieurs personnes ont indiqué que le Nordiste avait été en contact avec des «Parisiens» au sujet de la fourniture d’armes.

Metin Karasular, Michel Catino, Abdelaziz Abbad et Miguel Martinez, le réseau belgo-ardennais

Les enquêtes sur l’arsenal dont dispose Amedy Coulibaly ont conclu que presque toutes étaient des armes anciennes neutralisées vendues légalement par une société slovaque puis importées en Belgique et en France. L’enquête s’est concentrée sur les intermédiaires et parmi eux Metin Karasular, un voyou belge de 50 ans. Par l’intermédiaire d’Ali Riza Polat, une de ses connaissances, il a rencontré Amedy Coulibaly au second semestre 2014, dans un premier temps pour lui acheter une voiture.

READ  Le chanteur Michel Sardou a-t-il vraiment écrit la lettre islamophobe partagée des milliers de fois au cours des dernières heures sur les réseaux sociaux?

Mais pour les juges d’instruction, les discussions entre Metin Karasulat, Amedy Coulibaly et Ali Riza Polat ont principalement porté sur la fourniture d’armes. Les enquêtes ont ensuite conduit à l’implication de Michel Catino, un ami de 30 ans de Karasular, ainsi qu’Abdelaziz Abad et Miguel Martínez, deux criminels ardennais impliqués dans le réseau. Le cas d’Abdelaziz Abad se démarque puisque, avant de se rétracter, il a déclaré que Saïd Kouachi lui avait demandé de lui fournir des armes.

Hayat Boumeddiene, Mohamed et Mehdi Belhoucine, les absents

En vertu d’un mandat d’arrêt, les trois seront jugés par défaut. Si la mort des frères Belhoucine dans la zone syro-iranienne semble quasi certaine, l’incertitude plane toujours sur le sort d’Hayat Boumeddiene.

Hayat Boumeddiene est l'épouse religieuse d'Amedy Coulibaly./AFP
Hayat Boumeddiene est l’épouse religieuse d’Amedy Coulibaly./AFP

Cette femme religieuse de Coulibaly a fui la France la nuit du 1er janvier avant de s’envoler pour la Turquie depuis l’Espagne le 2 janvier, en compagnie de Mehdi Belhoucine. Mohamed Belhoucine a pris un autre vol le même jour, avec sa femme et son fils. Ils ont tous rejoint la Syrie pour occuper les rangs de Daech. Soupçonné d’avoir commis plusieurs escroqueries au nom de son partenaire avant ses crimes, Hayat Boumeddiene a accordé une “interview” au magazine État islamique à son arrivée pour se féliciter d’avoir rejoint le califat.

Alors que sa mort était annoncée, une nouvelle enquête a été ouverte à son encontre fin avril. Un djihadiste l’aurait croisée vivante dans un camp de réfugiés en 2019 d’où elle aurait fui.

VIDÉO. Attentats de 2015: Hayat Boumeddiene serait toujours en vie

Parmi les frères Belhoucine, Mohamed, l’aîné, est le plus influent et sera également jugé pour complicité de crimes. Alors qu’il était un élève brillant à l’école des mines d’Albi (Tarn), il a été arrêté en 2010 dans le cadre d’une procédure d’association terroriste en lien avec des réseaux pakistanais-afghans. Emprisonné entre mai 2010 et avril 2011, c’est là qu’il a rencontré Amedy Coulibaly. Ils sont restés très proches.

Plusieurs indices le relient aux attentats de janvier. Une expérience de l’écriture lui a valu la rédaction du texte du serment de fidélité à Abu Bakr Al Baghdadi, l’émir de Daech, que lit Amedy Coulibaly dans sa vidéo de revendication. Mohamed Belhoucine est également soupçonné d’avoir créé les adresses email avec lesquelles Coulibaly a échangé avec l’interlocuteur qui lui a donné des instructions précises avant d’agir. Mehdi Belhoucine est-il ce mystérieux donneur d’ordres? Pour les juges d’instruction, l’hypothèse ne peut être formellement établie, mais elle paraît «probable».

Peter Chérif, le mentor?

Ce vétéran du jihad ne sera pas dans la boîte. Arrêté le 16 décembre 2018 à Djibouti puis expulsé vers la France, il a été inculpé dans une partie distincte de l’enquête, toujours en cours. Ce cadre d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQAP) au Yémen aurait pu jouer un rôle dans l’intégration des frères Kouachi dans l’organisation.