Les personnes en deuil et les membres de la communauté indignés à la Minneapolis Lundi, ils se sont rendus à l’endroit où la police a tiré et tué un homme noir dans la banlieue de Brooklyn Center lors d’un arrêt de la circulation la veille.

Le meurtre a déclenché des affrontements entre des centaines de manifestants et d’officiers dans une zone déjà en bordure lors du procès pour meurtre de l’ancien officier Derek Chauvin, sous le genou duquel George Floyd, un homme noir, est décédé il y a près d’un an, provoquant des manifestations internationales et l’indignation.

Les membres de la famille ont identifié la victime lors de la fusillade de dimanche comme étant Daunte Wright, 20 ans.

Par un lundi matin gris et humide, avec la majeure partie de la zone résidentielle au travail, Ben Witz et sa sœur sont venus sur le site pour installer des ballons.

“C’est plus difficile parce qu’il y en a eu une autre, il y a eu une autre fusillade sans armes”, a déclaré Witz, expliquant que les membres de la famille vivaient dans la région et que la communauté était encore traumatisée par le meurtre de Floyd et les émeutes qui ont suivi.

“Il semble que c’est courant avec la police maintenant”, a déclaré Witz. «Ce qui se passe est fou. C’est vrai.”

Selon la police du Brooklyn Center, l’incident s’est produit peu avant 14 heures lorsqu’un agent a arrêté un véhicule en raison d’une présumée infraction au code de la route. La police a déclaré que le conducteur est rentré dans le véhicule lorsque les agents ont tenté de l’arrêter et qu’un agent a ouvert le feu.

READ  EN DIRECT - Attentats de janvier 2015: audience suspendue, reprise prévue jeudi à 9h30

“Le véhicule a parcouru plusieurs pâtés de maisons avant d’entrer en collision avec un autre véhicule”, indique un communiqué. Une passagère a subi des blessures qui ne mettaient pas sa vie en danger. Un policier aurait également été conduit à l’hôpital.

La mère de Wright, Katie Wright, a déclaré aux journalistes qu’elle était au téléphone avec son fils lors de la rencontre avec la police. D’après son récit, rapporté par les nouvelles de la télévision locale, son fils l’a appelée alors qu’il était détenu et lui a posé des questions sur l’assurance automobile qu’elle lui avait récemment donnée.

Il a dit avoir entendu des policiers ordonner à son fils de sortir de la voiture et de se «battre» peu de temps avant de raccrocher le téléphone.