Les musiciens iraniens Asal Malekzadeh et Ali Seriri parlent de leur vie et de leur art

Les musiciens iraniens Asal Malekzadeh et Ali Seriri parlent de leur vie et de leur art

Les musiciens iraniens Asal Malekzadeh et Ali Seriri étaient récemment à Bangalore pour se produire à Avataran ’22, le concert annuel présenté par October Octaves. Asal est un percussionniste spécialisé dans le daf, une sorte de tambourin iranien, tandis qu’Ali joue du kamancheh, un instrument à cordes frottées utilisé dans la musique du Moyen-Orient.

Alors que le duo s’est produit ensemble lors de divers événements, c’était la première fois qu’ils collaboraient en dehors de leur pays d’origine et leur premier voyage en Inde. « Nous voyageons régulièrement dans de nombreux pays étrangers pour organiser des ateliers et des master classes et travailler avec différents groupes musicaux », explique Malekzadeh.

Malekzadeh, qui joue de toutes sortes d’instruments à percussion (batterie, congas, cajons), dit être tombé amoureux du daf vers l’âge de 12 ans. « J’avais l’impression de marquer le pas au rythme de mon cœur. C’est un instrument dynamique. Je peux aussi jouer d’autres instruments, mais le daf est spécial pour moi.

Pour Seriri aussi, son engouement pour le kamancheh a commencé dans sa pré-adolescence. « La plupart des musiciens à la maison jouent du kamancheh et du daf ; nos instruments de musique traditionnels. « Ali a commencé à jouer du tombak (un tambour à gobelet) dans son enfance, avant de donner au kamancheh son cœur et son âme », explique Malekzadeh, traduisant du persan.

Ali Seriri dans Avataran ’22 | Crédit photo : arrangement spécial

Originaire de la ville de Kermanshah, Seriri est un musicien polyvalent qui a joué avec divers artistes internationaux. Au cours des 10 dernières années, en plus d’enregistrer des albums, il a également composé des bandes sonores pour des films en Iran.

Parlant de ce qui inspire son travail daf, Malekzadeh déclare : « J’adore les vibrations qu’il produit ; C’est comme si mon cœur battait dans ma poitrine. » Alors que la créativité de Malekzadeh semble plus pratique, l’expérience de Seriri est assez importante. « Faire de la musique vous transporte dans un autre domaine », dit-elle.

Après sa performance en Inde, Malekzadeh se rend au Danemark pour un enregistrement. Il a également un concert à venir en France et un atelier en Espagne. Seriri, quant à lui, rentre chez lui à Téhéran pour composer des morceaux pour un prochain film.

Asal Malekzadeh dans Avataran '22

Asal Malekzadeh dans Avataran ’22 | Crédit photo : arrangement spécial

Depuis sa création en 2015, Octavas de Octubre a toujours réuni des musiciens de genres différents dans le but de sensibiliser les habitants de la ville à la musique. Intitulé « Avataran ’22 », l’événement de cette année a vu Rajhesh Vaidhya, Abhijith PS Nair, Giridhar Udupa, Keith Peters, Jeoraj George, Sandeep Mohan, Mahesh Mani et Joe Johnson se produire avec Malekzadeh et Seriri.

READ  Jérôme (Love is in the pre-2020) change de favori, son favori "s'estompe"