Partager sur Pinterest
Une nouvelle étude révèle qu’une protéine peut aider à expliquer pourquoi l’exercice est plus difficile après de longues périodes d’inactivité. Bonjour l’Afrique/Getty Images
  • Des études ont montré que Piezo1, une protéine présente sur la paroi interne des vaisseaux sanguins, peut détecter une augmentation du flux sanguin pendant l’exercice physique.
  • Une nouvelle étude chez la souris a révélé que Piezo1 est essentiel pour maintenir la densité des capillaires dans les muscles et la capacité d’activité physique.
  • Ces résultats suggèrent que la présence de Piezo1 dans les vaisseaux sanguins peut moduler la capacité de performance physique en fonction des modifications du flux sanguin pendant l’exercice physique..
  • L’inactivité physique peut entraîner une diminution du flux sanguin vers les muscles, une activation réduite de Piezo1 et, par la suite, une diminution de la capacité d’exercice..

Les périodes d’inactivité physique dues à un mode de vie sédentaire, à une maladie ou à une blessure sont associées à une capacité réduite d’exercice physique ou à un manque d’entraînement.

Une étude récente chez la souris suggère que la protéine Piezo1 exprimée par les cellules endothéliales tapissant la surface interne des vaisseaux sanguins pourrait médier ces effets de l’inactivité physique sur la capacité d’exercice.

Précédent recherche a montré que la protéine endothéliale Piezo1 peut détecter les modifications du flux sanguin au cours d’une activité physique. La présente étude a révélé que la désactivation de Piezo1 entraînait une réduction de la densité des capillaires dans les muscles et une diminution de la capacité d’activité physique.

Ces données suggèrent que Piezo1 peut moduler l’apport sanguin local aux muscles et donc la capacité de performance physique en fonction des niveaux d’activité physique.

co-auteur de l’étude Dr Fiona Bartoliun boursier postdoctoral à l’Université de Leeds, au Royaume-Uni, a déclaré L’actualité médicale du jour: « Bien que cette étude ait été réalisée chez la souris, la protéine Piezo1 est également présente chez l’homme, indiquant que le même mécanisme moléculaire pourrait exister. Nous suggérons que désactiver Piezo1 en ne faisant pas assez d’exercice affecte les performances physiques en réduisant la densité capillaire dans les muscles. »

« Ce flux sanguin restreint signifie que l’activité devient plus difficile, provoquant plus d’inactivité et conduisant à une spirale descendante. Cela aide à expliquer la biologie de la raison pour laquelle l’exercice devient plus difficile à mesure que vous en faites moins, et pourquoi il est important de faire de l’exercice régulièrement pour maintenir nos protéines Piezo1 actives afin de maintenir nos performances physiques et notre santé. »

– Dr Bartoli

L’étude paraît dans Journal de recherche clinique.

Les scientifiques ont spéculé pendant un certain temps que certaines molécules dans le corps peuvent détecter les niveaux d’activité physique et aider le corps à s’adapter à mesure que les niveaux d’activité physique changent.

L’activité physique est associée à une augmentation du flux sanguin vers les muscles. Par conséquent, des molécules capables de détecter des changements dans le flux sanguin vers les muscles pourraient servir de capteurs d’exercice.

Les endothélium c’est une couche de cellules qui forme la surface la plus interne des vaisseaux sanguins et peut détecter les changements dans le flux sanguin.

Des études récentes ont montré que la protéine Piezo1 exprimée par les cellules endothéliales peut détecter une augmentation du flux sanguin lors d’une activité physique. De plus, la protéine Piezo1 est également essentiel pour améliorer le flux sanguin vers les muscles pendant l’activité physique.

Cependant, l’impact de Piezo1 sur les niveaux d’activité physique reste incertain. Les chercheurs ont mené la présente étude pour examiner la capacité de Piezo1 à moduler les niveaux d’activité physique.

Dans la présente étude, les chercheurs ont utilisé des souris adultes qui avaient été génétiquement modifiées pour perturber l’expression du gène Piezo1 dans leurs cellules endothéliales. L’élimination de Piezo1 chez les souris adultes a aidé les chercheurs à éviter tout effet potentiellement nocif que la perturbation de cette protéine aurait pu avoir sur les souris en développement.

Ils ont comparé les effets de l’inactivation de Piezo1 sur l’activité physique avec un groupe témoin composé de souris adultes avec une expression endothéliale intacte de Piezo1.

Les chercheurs ont découvert que les souris du groupe KO Piezo1 présentaient des niveaux de course, d’escalade et de marche inférieurs à 10 semaines par rapport au groupe témoin.

Bien que les animaux des deux groupes se soient engagés dans une activité physique pendant une durée similaire, la désactivation de Piezo1 a conduit à des vitesses de course plus faibles, suggérant une diminution du désir d’activité physique.

Ces données suggèrent que la désactivation de Piezo1 a eu un impact négatif sur la performance physique sans influencer la motivation à pratiquer une activité physique.

Des modifications de la respiration, du métabolisme, de la fonction cardiaque ou de la composition musculaire pourraient potentiellement expliquer une diminution des performances physiques après la désactivation de Piezo1.

Les chercheurs ont découvert que la désactivation de Piezo1 n’altérait pas le métabolisme énergétique, la fonction respiratoire ou cardiaque. De même, les animaux des groupes expérimental et témoin ne différaient pas dans Muscle squelettique la pâte ou la composition des fibres musculaires, qui peuvent influencer les performances physiques.

Les chercheurs ont ensuite examiné l’impact de la perturbation Piezo1 sur la densité capillaire dans le muscle squelettique. Ils ont découvert que la désactivation de Piezo1 réduisait la densité capillaire dans les muscles de 20 %. De plus, une telle réduction de la densité capillaire était absente dans le tissu cardiaque, suggérant que les effets de la désactivation de Piezo1 étaient spécifiques au tissu musculaire squelettique.

Les chercheurs ont ensuite examiné si la densité capillaire réduite dans le tissu musculaire squelettique après la désactivation de Piezo1 était due à la régression des vaisseaux sanguins précédemment existants. Les cellules endothéliales des vaisseaux sanguins sont soutenues par une matrice appelée membrane basale vasculaire.

Après la désactivation de Piezo1, les chercheurs ont trouvé des restes de capillaires précédemment existants sous la forme d’une membrane basale vasculaire sans cellules endothéliales attachées dans le muscle squelettique.

Ils ont également identifié une régulation à la hausse des marqueurs de mort cellulaire dans les cellules endothéliales après l’inactivation de Piezo1.

Ces données suggèrent que la réduction de la densité capillaire dans le tissu musculaire squelettique après la désactivation de Piezo1 était due à une augmentation de la mort des cellules endothéliales, entraînant une régression des vaisseaux sanguins.

Selon un modèle basé sur ces données, l’augmentation du flux sanguin pendant l’activité physique peut activer la protéine endothéliale Piezo1. Cette activation peut aider à maintenir ou à augmenter la stabilité des vaisseaux sanguins dans le tissu musculaire squelettique, augmentant ainsi la densité capillaire et améliorant les performances musculaires.

Dans la présente étude, la perturbation de l’expression du gène Piezo1 chez des souris génétiquement modifiées a entraîné une baisse de l’activité physique et une réduction de la densité capillaire dans le tissu musculaire squelettique.

Les chercheurs notent qu’une désactivation similaire de Piezo1 peut se produire pendant de longues périodes d’inactivité physique, entraînant une capacité d’exercice réduite.

READ  RTL Today - Géant du commerce électronique: des centaines de personnes protestent contre l'expansion d'Amazon en France