L’immigration en Israël s’est rétablie au premier semestre de cette année, mais n’a pas encore retrouvé ses niveaux d’avant la pandémie, selon les chiffres du gouvernement obtenus par Haaretz.

Selon les chiffres du ministère de l’Alyah et de l’Intégration, un total de 11 824 nouveaux immigrants sont arrivés en Israël entre janvier et juin 2021, soit 30 % de plus qu’à la même période l’an dernier, mais 20 % de moins qu’à la même période 2019.

Au début de la crise des coronavirus, les responsables du gouvernement et de l’Agence juive ont prédit que le succès initial d’Israël à garder le virus sous contrôle alimenterait une vague d’aliya. Cela n’est pas encore arrivé.

Par politique, Israël a autorisé les immigrants à entrer dans le pays pendant la pandémie, à de rares exceptions près. Mais parce que les vols étaient limités et que les voyages étaient sévèrement restreints, l’alyah a considérablement ralenti l’année dernière.

Parce que 2020 a été une année si inhabituelle, les responsables impliqués dans le suivi de l’alyah préfèrent comparer les chiffres de cette année avec ceux de 2019. Les pays qui ont défié la tendance globale à la baisse sont particulièrement remarquables pour faire de telles comparaisons. . Ces augmentations sont particulièrement importantes étant donné qu’Israël était soumis à un blocus strict plus tôt cette année et n’autorisait pas les vols à destination du pays, y compris ceux transportant des Israéliens et des immigrants.

L’aliya de la France au premier semestre, par exemple, a augmenté de près de 60 % par rapport au premier semestre 2019. Les chiffres montrent qu’un total de 1 339 immigrés français sont arrivés en Israël entre janvier et juin.

READ  Les États-Unis et l'UE débattront du commerce et de la technologie alors qu'ils cherchent à contrer la Chine

Le saut a été encore plus spectaculaire dans le cas de l’Argentine. Au total, 367 immigrants du pays d’Amérique du Sud sont arrivés en Israël au cours des six premiers mois de cette année, soit une augmentation de 87% par rapport à la même période en 2019.

L’Argentine était le seul pays au monde avec une importante population juive qui a envoyé plus d’immigrants en Israël en 2020 que l’année précédente. L’augmentation de l’aliya en Argentine a été principalement attribuée à l’état désastreux de l’économie locale.

Le Chili est un autre pays d’Amérique du Sud qui a défié la tendance générale. Pour la première fois depuis de nombreuses années, l’aliya du Chili a enregistré une augmentation notable, même si les chiffres absolus restent faibles.

Les chiffres montrent qu’entre janvier et juin, 80 Juifs chiliens ont déménagé en Israël, soit une multiplication par quatre par rapport au premier semestre 2019. Cette évolution a été attribuée aux inquiétudes au sein de la communauté juive que Daniel Jadue, un candidat Un communiste d’origine palestinienne qui a critiqué Israël, pourrait remporter la prochaine élection présidentielle en novembre.

JACK GUEZ / AFP

L’aliyah a également augmenté aux États-Unis, mais pas de manière aussi drastique. Au total, 1 172 Américains ont déménagé en Israël entre janvier et juin, soit une augmentation de 17% par rapport à la période correspondante en 2019.

Des tendances similaires ont été observées dans deux autres pays anglophones : l’Afrique du Sud et la Grande-Bretagne. Les chiffres montrent que 209 Juifs sud-africains ont déménagé en Israël au cours du premier semestre de cette année, soit une augmentation de 27% par rapport à la même période en 2019. 269 autres Juifs ont immigré de Grande-Bretagne au cours de cette période, une légère augmentation de 4% en 2019.

READ  Renault et Nissan font face à une action en justice en France pour des problèmes de moteur

Bien que l’aliya de la Russie ait chuté de 60 % au premier semestre de l’année (par rapport au premier semestre de 2019), le pays est resté le plus grand pourvoyeur d’immigrants en Israël au cours de cette période de six mois.

Au total, 3 135 immigrants russes se sont installés en Israël entre janvier et juin.

Le nombre de dossiers d’immigration ouverts par l’intermédiaire de l’Agence juive tend à fournir une bonne indication des tendances futures de l’aliya. Alors que l’immigration a diminué en 2020, le nombre de dossiers d’aliya ouverts par des immigrants potentiels a considérablement augmenté après le déclenchement de la pandémie. Dans de nombreux cas, les Juifs de l’étranger ont apparemment ouvert des dossiers d’aliya non pas parce qu’ils voulaient déménager en Israël, mais parce qu’ils voulaient obtenir des passeports israéliens afin de ne pas se voir interdire l’entrée dans le pays. En fait, depuis le début de la pandémie, presque tous les étrangers n’ont pas été autorisés à entrer en Israël.

Dans ce cas également, les responsables de l’alyah préfèrent comparer le premier semestre 2021 avec la période équivalente en 2019 plutôt qu’en 2020. Selon les chiffres fournis par l’Agence juive, un total de 3 939 dossiers d’alyah ont été ouverts aux Etats-Unis entre janvier et Juin 2021 : une augmentation de près de 50 % par rapport à la même période en 2019. En Grande-Bretagne, 501 dossiers ont été ouverts, soit une augmentation de 41 %. En France, 2 398 dossiers ont été ouverts, soit une augmentation de 66 %.

En Argentine, le nombre de dossiers ouverts, bien que beaucoup plus faible en chiffres absolus, a presque triplé, et au Chili il a presque quadruplé.

READ  Le pouvoir de l'argent : comment les autocrates utilisent Londres pour attaquer les ennemis du monde entier

Selon les pays, entre 10 et 50 % des personnes qui ouvrent des dossiers d’aliya finissent par émigrer en Israël.