Cette histoire est une adaptation du dernier épisode de Traduction approximative. Ecoutez Podcast Apple, Spotify Soit npr un.

Manger une salade à votre bureau n’est peut-être pas le type de déjeuner le plus mémorable, mais vous pouvez au moins travailler. En France, c’est interdit.

Le code du travail français interdit aux travailleurs de déjeuner sur le lieu de travail. Le déjeuner de travail en solo est également évité dans une culture qui valorise le changement de rythme et de décor lors du repas de midi.

Écoutez l’épisode podcast de cette histoire

Mais la pause déjeuner en France n’a pas toujours été synonyme de bistrots, de repas tranquilles et de 90 minutes de conversation amicale. De nombreux travailleurs ont initialement rejeté l’idée de quitter le lieu de travail.

Alors qu’a-t-il fallu pour que les Français fassent enfin une pause ?

Il s’avère que la pause déjeuner française est née lors d’une crise de santé publique et a failli mourir lors d’une autre.

théorie des germes

C’est l’argument de l’historien de la culture alimentaire. Martin Bruegel Est-ce que.

« Le lieu de travail dans les années 1890 était plein de risques pour la santé », dit-il.

Au fur et à mesure que les villes grandissaient et que de plus en plus de travailleurs devaient se rendre dans les usines à travers la ville, leurs habitudes alimentaires ont changé. Le repas de midi, traditionnellement fait pour être mangé à la maison, est entré dans une nouvelle phase de plats à emporter. Les boîtes à lunch sont devenues de plus en plus courantes sur le lieu de travail. Les frites achetées sur les marchés locaux étaient un régal occasionnel. La plupart de la cuisine réelle a été faite sur le sol de l’usine.

READ  Sir Rod Stewart se moque des règles gouvernementales pour les touristes revenant de France au Royaume-Uni

ND/Roger Viollet via Getty Images

/

Roger Violett via Getty Images

Des ouvriers se tiennent devant l’usine Rattier à Bezons, en France, vers 1905. Les boîtes à lunch sont devenues de plus en plus courantes sur le lieu de travail à cette époque en France.

Imaginez des travailleurs fouillant dans leur nourriture avec leurs doigts dans des usines de boîtes d’allumettes, des ateliers de couture et des entrepôts remplis de machinerie lourde. De la tuberculose aéroportée aux vapeurs de phosphore, ces lieux de travail étaient loin d’être hygiéniques. « Même dans les grands magasins, il y avait plus de microbes et de germes par pied cube qu’à l’extérieur. »

Dans son récent essai, « Covid-19, Workday Lunch et Code du Travail« , Bruegel a enquêté sur le lien entre la révolution industrielle et la grande pause déjeuner en France.

Au fur et à mesure que les maladies se propageaient, les médecins discutaient de la façon de purifier l’air dans les lieux de travail sales.

Tout d’abord, les gens ont dû être retirés. « Le dicton était que nous devons rincer les lieux de travail comme des toilettes », explique Bruegel. « Quel est le meilleur moment pour faire ça ? C’est généralement quand les gens mangent !

La réponse du gouvernement : interdire le déjeuner sur le lieu de travail. Faites sortir les gens, puis ouvrez les fenêtres pour tuer les germes. C’était l’idée derrière le décret de 1894 qui interdisait le déjeuner sur le lieu de travail.

Les gens se rassemblent devant la Brasserie Légeron-Vetzel à Paris vers 1900.

ND/Roger Viollet via Getty Images

/

Roger Violett via Getty Images

Les gens se rassemblent devant la Brasserie Légeron-Vetzel à Paris vers 1900.

Cependant, il y avait une autre loi : la loi des conséquences imprévues. Bruegel souligne que les gens se répandraient dans les rues bondées et les parcs remplis d’ordures.

READ  Aimez votre santé : liste de souhaits d'automne | Vie

« Il y avait du harcèlement des femmes dans les rues. En fait, la première grève des femmes a été menée par des couturières réclamant le droit de manger sur leur lieu de travail », explique Bruegel. Manger au restaurant était inconvenant, disaient-ils. Une inspectrice du travail a noté dans son rapport de 1901 que les femmes considéraient l’application de la loi comme «tyrannique».

Les législateurs ont insisté pour que la loi soit respectée. La sécurité des travailleurs était en jeu. Et progressivement, au fil des décennies, ce qui nécessitait un décret de santé publique – manger en dehors du lieu de travail – est devenu un élément précieux de la culture française. De nos jours, il est normal de voir des lieux de travail fermer leurs portes et des bistrots et restaurants se remplir de clients à l’heure du déjeuner. La séparation entre le travail et le déjeuner est presque sacro-sainte.

Considérez une manifestation récente à l’institut Bruegel, le Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement, sur la proposition d’introduction de séminaires informels à l’américaine. « Les séminaires du midi étaient considérés comme socialement régressifs, intellectuellement insuffisants, etc., dit-il, car vous aviez besoin d’une pause dans votre temps de travail ! »

Le reste du reste

Quatre-vingt-dix minutes, une conversation fluide, peut-être un verre de vin (ou deux) : Au moment où la pandémie de COVID-19 a frappé la France, les rythmes familiers de la pause déjeuner française étaient établis depuis longtemps.

Et puis le gouvernement a ordonné aux travailleurs de retourner à leurs bureaux.

En février 2021, la loi sur la pause déjeuner a été suspendue pour des raisons de sécurité. UN un débat public a suivi s’il était temps d’abroger la loi pour toujours.

READ  Le golfeur argentin Eduardo Romero est décédé à 67 ans

Bruegel s’est défendu et a écrit que cette loi était vitale pour la France, mais pas pour des raisons évidentes. « Les gens sont tout simplement plus heureux lorsqu’ils s’absentent pendant la journée de travail », dit-il. « C’est bon pour votre bien-être. »

Les convives s'assoient à l'extérieur sur des terrasses à Paris le 19 mai 2021, alors que les cafés, restaurants et autres entreprises rouvrent dans le cadre d'un assouplissement du verrouillage de la France en raison de COVID-19.

Bertrand Guay / AFP via Getty Images

/

AFP via Getty Images

Les convives s’assoient à l’extérieur sur des terrasses à Paris le 19 mai 2021, alors que les cafés, restaurants et autres entreprises rouvrent dans le cadre d’un assouplissement du verrouillage de la France en raison de COVID-19.

La pause déjeuner, s’empresse-t-il de souligner, non conduire à de meilleurs résultats de santé. Est-ce que travailleurs plus productifs. Mais, soutient-il, il y a un point philosophique plus large. L’heure du déjeuner n’est pas seulement bonne pour les gens ou les entreprises pour lesquelles ils travaillent. C’est bon pour la société.

« Les gens qui mangent ensemble peuvent parler de problèmes et résoudre des tensions ou des opinions différentes. Ils créent une culture où il est possible d’avoir différents points de vue. »

C’est l’heure du déjeuner comme moteur de la coexistence. Un lieu de sérendipité. Un bien public.

L’équipe de Bruegel a finalement prévalu. La suspension de la loi sur le déjeuner a expiré cette année. Les ouvriers français reviennent au rituel quotidien du repas partagé, se taillent un espace qu’ils peuvent s’approprier, même lorsqu’ils le font ensemble.


Aidez NPR à améliorer les podcasts en répondant à un court sondage anonyme sur npr.org/podcastsurvey.

Envoyez-nous un e-mail à [email protected]

Ecouter Traduction approximative où que vous obteniez vos podcasts, y compris npr un, Podcast Apple, Podcasts Google, moulages de poche, Spotify Oui RSS.

Droits d’auteur 2022 NPR. Pour en savoir plus, visitez https://www.npr.org.