Un deuxième ferry P&O a été détenu par les autorités en autant de jours après une inspection bâclée, sabotant probablement les projets de la société touchée par le scandale d’exploiter un service entre Douvres et Calais à partir de Pâques.

Il est apparu mercredi que le Pride of Kent, détenu pour la première fois par la Maritime and Coastguard Agency (MCA) le mois dernier, était en train d’être réexaminé par des responsables de la sécurité à la demande de l’entreprise.

Cependant, il a été confirmé plus tard que, comme son compatriote Spirit of Britain basé à Douvres 24 heures plus tôt, Pride of Kent avait également échoué au test.

Image:
P&O Ferries le Pride of Canterbury (L) et le Pride of Kent (R) amarrés dans le port de Douvres.

Le MCA a déclaré: « Le Pride of Kent restera détenu après la réinspection d’aujourd’hui du ferry, qui a révélé un certain nombre de lacunes supplémentaires, notamment les systèmes de sécurité et la documentation de l’équipage.

« Nous avons conseillé à P&O de nous inviter à nouveau une fois qu’ils auront résolu les problèmes. Nous ne savons pas encore quand ce sera. »

Cela représente un coup fatal probable aux projets de la société d’exploiter au moins un de ses navires sur la route la plus fréquentée entre la Grande-Bretagne et la France à partir du Vendredi saint, car la MCA n’a pas divulgué les plans d’inspections supplémentaires et le temps presse incroyablement pour une inspection complète. . .

La remise en service de l’un des ferries aurait contribué à atténuer les récents retards d’expédition de fret à Douvres, causés en grande partie par l’absence des trois navires P&O, qui comprennent également le Pride of Canterbury.

READ  La Géorgie arrête l'ancien président Saakachvili à son retour d'exil

Il n’a pas encore eu sa première inspection depuis que le scandale a éclaté.

Utilisez le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Enquêtes ouvertes chez P&O

P&O, universellement condamné pour le traitement qu’il a réservé à près de 800 marins congédié sans préavis le mois dernier, il a de nouveaux équipages sur tous ses navires, bien que de nombreux rôles soient payés en dessous du salaire minimum britannique, un problème que le gouvernement a promis de résoudre par une nouvelle législation.

Chaque navire P&O doit passer une inspection pour reprendre la mer.

À ce jour, seuls le Pride of Hull, qui opère entre Hull et Rotterdam, et l’European Causeway, qui relie Larne à Cairnryan, sont les navires P&O qui ont repris du service.

Cela signifie qu’il y en a six autres qui font l’objet de contrôles dans le cadre du régime de contrôle par l’État du port.