Vous ne regardez pas le Tour de France pour le drame interpersonnel entre coureurs ou chefs d’équipe ; Vous le voyez par amour du sport ou pour le paysage. On ne peut pas en dire autant de la série documentaire Netflix, “Tour de France : Unchained”, que vous ne regardez que pour ces conflits.

Je ne sais pas comment le Tour de France existe dans l’esprit de certaines personnes, si ce n’est en tant que course cycliste nébuleuse en France, mais il fait partie de ma vie depuis que je suis jeune. (Mon père plaisante en disant que ma naissance l’a interrompu en regardant le Tour en 2000.) Je me considère donc un peu comme un fan du Tour. Malgré ma connaissance de son fonctionnement normal et de ce à quoi ressemblait le Tour de l’année dernière en particulier, je me suis retrouvé absorbé par le documentaire réalisé sur sans doute le meilleur sport du monde.

Une chose que chaque cycliste du Tour de France dit, et qui est vraie du sport en général, c’est qu’il ne court pas pour lui-même, mais pour son équipe.

Cependant, ce n’est pas un sport américain. Ces dernières années, les cyclistes américains n’ont pas percé le top 10, car le cyclisme professionnel est beaucoup moins un phénomène ici qu’en Europe. Mais peut-être que ce documentaire suscitera plus d’intérêt parmi les Américains afin que plus de gens voient le Tour lorsqu’il aura lieu chaque juillet.

Sous-titré “Au coeur du peloton” en français, l’émission n’est pas faite pour des gens comme mon père, qui se contente de regarder la course et de sauter les interviews d’après-course. Si c’était le cas, ce serait un récapitulatif étrange de la tournée de l’année dernière avec trop de voix fournissant des informations. Au lieu de cela, c’est dans la veine d’autres documentaires sportifs récents, tels que “Full Swing”, “Drive to Survive” ou “Welcome to Wrexham”, créés pour susciter l’intérêt pour un sport que les Américains regardent rarement.

Avec cet objectif, le documentaire pourrait attirer de nouveaux fans vers le sport. Les personnes qui ne regardent généralement pas le Tour pourraient être suffisamment intéressées pour au moins le suivre sur les réseaux sociaux (et, espérons-le, regarder le Tour complet).

READ  Sera-t-il diffusé en 2021 ?

Un mot d’avertissement: ce n’est pas un spectacle pour les fans inconditionnels ou les débutants, mais plutôt pour ceux qui se situent quelque part entre les deux. J’ai été un peu déçu de tout ce qui a été expliqué ou pas dit. Trop de sens expliqué (comment les équipes sont structurées) pour un fan sérieux, mais en même temps trop peu expliqué (comment fonctionne le système de maillot ou comment quelqu’un est disqualifié) pour les non-initiés. Le programme consiste également principalement en des interviews de hauts responsables du Tour (Christian Prudhomme, PDG) et de coureurs et chefs d’équipe. Contrairement au vrai sport, il y a très peu de courses de vélo.

Pourtant, j’ai pu apprécier l’effort qui a été consacré à ce spectacle, de ses créateurs aux coureurs contributeurs et aux chefs d’équipe. Suivez les meilleurs prétendants tout au long du Tour 2022, à la fois sur la route et dans diverses interviews. L’émission se concentre sur certaines équipes dans chaque épisode, correspondant à différentes étapes de la course. Une chose que chaque cycliste dit, et qui est vraie du sport en général, c’est qu’il ne court pas pour lui-même, mais pour son équipe. Il n’y a pas de place pour l’égoïsme sur le Tour, pas sur le long terme. Un voyage à vélo de trois semaines sur certaines des routes les plus difficiles du monde est impossible sans le soutien des autres.

Le Tour de France nous rappelle qu’il faut faire confiance aux autres pour traverser la vie. Personne ne peut le faire seul.

Les coureurs de chaque équipe doivent se rallier autour d’un leader qui, en théorie, pourrait mener l’équipe à la victoire. Cela signifie sacrifier sa gloire personnelle pour quelque chose de plus grand que soi. Au début du spectacle, Wout van Aert, un homme de premier plan (ou domestique) pour l’équipe Jumbo-Visma, se sépare et finit par gagner l’étape 4. Toutes les émissions de télévision doivent avoir des protagonistes et des antagonistes, van Aert est injustement peint comme le gars qui a gagné une étape égoïstement et n’a pas aidé son équipe.

READ  Enola Holmes: critique sans Sherlock mais sur Netflix - Critique de film

Chaque cycliste est humain, même si sa capacité à vélo semble surhumaine. Van Aert s’est classé premier sur l’étape de ce jour-là, et sa victoire n’a pas empêché le leader de Jumbo-Visma Jonas Vingaard de remporter non seulement le jaune, en tant que coureur le plus rapide, mais aussi le maillot à pois, décerné à la personne qui escalade les montagnes plus vite. .

Cependant, quelques épisodes plus tard, à l’étape 12, quelque chose de très similaire se produit. Cette fois, parce que c’est plus tard dans la course et plus proche de la fin du Tour, aider le leader est encore plus important. Tom Pidcock d’Ineos Grenadiers s’éloigne du peloton et atteint une vitesse vertigineuse de 100 km/h progéniture. Mais ce faisant, la série suggère que Pidcock a “trahi” son chef d’équipe, le vainqueur du Tour 2018 Geraint Thomas, à peu près de la même manière que van Aert l’avait fait un peu plus d’une semaine plus tôt. La dramatisation du documentaire peut être assez choquante.

La même mentalité “Wout van Aert ne devrait soutenir que Jonas” revient tout au long de la série, laissant entendre continuellement que van Aert ne travaille que pour lui. Mais un an plus tard, sur le Tour qui se déroule actuellement, van Aert ne reçoit que des éloges des commentateurs sur son utilité pour son coéquipier et chef d’équipe Vingegaard (et aussi pour son équipe dans son ensemble), augmentant le moral en supprimant Vingaard. et en remportant des étapes. La fin du dernier épisode du documentaire, quand Vingaard ralentit pour permettre à van Aert de remporter l’étape, montre enfin que les deux cyclistes travaillent ensemble. Mais pour certains téléspectateurs, il est peut-être trop tard pour la réputation de van Aert.

Le Tour de France nous rappelle qu’il faut faire confiance aux autres pour traverser la vie. Personne ne peut le faire seul; il est très rare qu’un coureur qui se détache du groupe en début d’étape arrive seul à la fin. Chaque coureur a besoin des autres, y compris des membres d’autres équipes, qui peuvent aider à maintenir le rythme même s’ils luttent contre lui. Mais ce défi, en se poussant l’un l’autre, est nécessaire pour que l’un d’eux gagne.

READ  La mini statue de la Liberté se rend aux États-Unis pour les célébrations du 4 juillet

Le spectacle dépeint avec succès le plus grand sport du monde et la plus grande course du monde, et comment n’importe qui peut le gagner, contre toute attente.

Dans l’émission, des interviews de cyclistes discutant de leur mentalité de scène (Wout van Aert, Jonas Vingegaard, Neilson Powless, Rigoberto Uran, parmi tant d’autres) sont entrecoupées de clips de la course. L’émission ne fait pas un excellent travail pour montrer ce qu’est vraiment la course : à savoir, un grand groupe de cyclistes, appelé un peloton (oui, c’est ainsi que s’appelle votre vélo stationnaire), qui pédalent ensemble sur plus de 100 milles chaque jour.

Le programme couvre les échappées, les sprints, les sommets des montagnes, etc. Il y a aussi beaucoup d’accidents; Le cyclisme est un sport dangereux. Dans le documentaire, Sara Elen Thomas a décrit avoir vu son mari, Geraint Thomas, le vainqueur du TDF 2018, tomber d’une falaise en courant. En juin lors du Tour de Suisse, Gino Mader est décédé des suites de ses blessures après s’être écrasé et être tombé d’une falaise.

« Tour de France : Unchained » n’est pas vraiment comme regarder le Tour. Il est raccourci (chaque étape de la course réelle est presque aussi longue que l’ensemble du documentaire). C’est aussi plus dramatisé, avec beaucoup plus d’interviews que de couverture générale du Tour. Mais il offre toute l’excitation sans les parties ennuyeuses. J’espère que plus de gens regarderont la tournée de cette année (disponible sur Peacock) après avoir regardé la série Netflix. Le spectacle dépeint avec succès le plus grand sport du monde et la plus grande course du monde, et comment n’importe qui peut le gagner, contre toute attente.