Place Tiananmen : la police de Hong Kong arrête des militants à l’occasion de l’anniversaire du massacre
  • Par Martin Yip à Hong Kong et Adam Durbin à Londres
  • nouvelles de la BBC

Capture d’écran,

La militante pour la démocratie Alexandra Wong est détenue par la police de Hong Kong

La police de Hong Kong a arrêté plusieurs militants pro-démocratie à l’occasion de l’anniversaire du massacre de la place Tiananmen.

Les autorités ont interdit la commémoration publique de l’incident de 1989, au cours duquel la Chine a écrasé des manifestations pacifiques à Pékin avec des chars et des troupes.

Cependant, des veillées aux chandelles ont eu lieu dans d’autres villes du monde.

Parmi les personnes détenues figurait Alexandra Wong, 67 ans, une militante de premier plan surnommée « grand-mère Wong ».

Au milieu d’une nuit tendue à Hong Kong, elle a été arrêtée alors qu’elle transportait des fleurs près du parc Victoria, où des veillées avaient lieu depuis des décennies.

Le chef de l’un des principaux partis d’opposition de Hong Kong figurait parmi les personnes arrêtées. Chan Po Ying, un vétéran militant pro-démocratie qui dirige le parti de la Ligue des sociaux-démocrates, tenait une bougie LED et deux fleurs.

Mak Yin Ting, ancien directeur de l’Association des journalistes de Hong Kong, a également été détenu puis relâché. La police a déclaré plus tard qu’elle avait procédé à une arrestation et emmené 23 personnes au poste de police pour enquête.

Les événements commémorant le massacre de Pékin en 1989 sont interdits en Chine continentale.

Pendant des décennies, Hong Kong a été la seule ville chinoise où de telles commémorations étaient autorisées, dans le cadre de la structure économique, politique et juridique semi-autonome de la ville, connue sous le nom de “un pays, deux systèmes”, établie lorsque la ville a été cédée à la Chine par Royaume-Uni en 1997.

Les commémorations annuelles n’ont pas eu lieu depuis 2019, après avoir été initialement interdites en vertu de la réglementation Covid de Hong Kong.

Cette année, à la place, un carnaval pro-Pékin aura lieu dans le parc Victoria.

Mme Wong a été rapidement encerclée par la police et emmenée dimanche dans le quartier Causeway Bay de la ville.

Le parc Victoria à proximité accueille des veillées annuelles aux chandelles pour marquer la place Tiananmen depuis 1990, attirant souvent des dizaines de milliers de personnes pour marquer la journée, connue sous le nom de 4 juin dans une grande partie de la Chine.

Capture d’écran,

La police arrête un homme tenant un texte intitulé « 35 mai », une référence au massacre de la place Tiananmen du 4 juin 1989 à Pékin.

La police de Hong Kong a déployé des milliers d’officiers dans des endroits clés de la ville, détenant des personnes pour les fouiller et les interroger.

Des agents ont installé des cabines à l’extérieur de la station de métro près de Victoria Park pour fouiller les passants, y compris les journalistes.

Deux véhicules blindés “tigre à dents de sabre” de fabrication chinoise se sont également garés dans la zone dans ce qui semble être une démonstration de force de la part de la police.

Avant les manifestations prévues, le gouvernement de la ville a également retiré des bibliothèques publiques des livres sur la répression de Tiananmen.

L’une des personnes arrêtées était une femme qui a crié “Levez les voiles! Pleure 64!” tandis qu’un autre était un homme portant un livre intitulé “35 mai”, les deux références à la date des meurtres du 4 juin.

D’autres ont été arrêtés alors qu’ils tenaient des bougies éteintes ou portaient des vêtements jaunes, la couleur du mouvement pro-démocratie aujourd’hui dissous.

Quatre personnes ont été arrêtées samedi, soupçonnées d’avoir troublé l’ordre dans un lieu public ou d’avoir agi dans une intention séditieuse, deux nouvelles infractions prévues par la loi controversée de 2020.

Des dizaines de veillées aux chandelles ont eu lieu dimanche dans le monde entier pour se souvenir des personnes tuées par l’armée chinoise en réponse à la répression.

À Taïwan, l’île démocratique et autonome que la Chine revendique comme son territoire et a juré de prendre le contrôle par la force si nécessaire, des centaines de personnes se sont rassemblées pour marquer l’anniversaire.

Des chants de “combattez pour la liberté, soutenez Hong Kong” ont été entendus de la foule dans la capitale Taipei, qui avait érigé une réplique du “Pilier de la Honte”, une célèbre statue de l’Université de Hong Kong commémorant les morts sur la place Tiananmen. qui a été supprimé en 2021.

Capture d’écran,

Les gens ont rejoint une veillée de Tiananmen à Taipei

sources d’images, Nadeem Shad/BBC

Capture d’écran,

Il y avait aussi une manifestation dans le centre de Londres.

De nombreuses personnes impliquées espèrent également que les vigiles perpétueront l’esprit de la société civile et de la communauté politique autrefois dynamiques de Hong Kong, qui sont maintenant largement silencieuses car beaucoup ont été emprisonnés en vertu de la loi sur la sécurité nationale ou ont complètement quitté Hong Kong.

Les manifestations de la place Tiananmen à Pékin sont devenues le centre de manifestations nationales réclamant de plus grandes libertés politiques en 1989.

Des milliers de personnes, dont la plupart étaient des étudiants, ont campé pendant des semaines sur la place emblématique de Pékin avant que l’armée n’arrive le 4 juin et n’ouvre le feu.

Un manifestant non identifié est devenu un symbole international de protestation pour avoir bloqué l’avancée d’une colonne de chars dans des images vues dans le monde entier.

Le gouvernement chinois affirme que 200 civils et plusieurs dizaines de membres du personnel de sécurité ont été tués. D’autres estimations vont de centaines à 10 000.

Les militants ont considéré les actions des autorités comme faisant partie du programme plus large de la Chine pour réprimer la dissidence politique à Hong Kong.

sous-titre vidéo,

L’homme dans le char de Tiananmen : l’image que la Chine a oubliée