LE PRÉSIDENT Ferdinand « Bongbong » Marcos Jr. se réjouit d’un « partenariat solide » avec la France sur l’énergie nucléaire alors que les Philippines se rapprochent de l’adoption de cette source d’énergie pour améliorer leur sécurité énergétique à long terme.

Marcos a tenu une réunion bilatérale avec son homologue français Emmanuel Macron en marge du sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) à Bangkok, en Thaïlande, où ils ont discuté de l’énergie, de l’agriculture et de la défense.

Le président a déclaré qu’il avait embauché Macron pour parler de l’énergie parce que la France est l’un des principaux partisans de l’énergie nucléaire et que son expérience est assez vaste, sur laquelle les Philippines pourraient s’appuyer si elles vont de l’avant avec un partenariat.

« Je suis très sûr que ce sera un partenariat solide simplement parce qu’ils ont jusqu’à 67% de leur production d’énergie à partir de l’énergie nucléaire, donc ils y sont très, très habitués », a déclaré Marcos après sa rencontre avec Macron.

Marcos a précédemment exprimé son désir d’adopter l’énergie nucléaire dans le cadre de la matrice énergétique du pays et la nécessité de construire de nouvelles centrales.

Recevez les dernières nouvelles


livré dans votre boîte de réception

Inscrivez-vous aux newsletters quotidiennes du Manila Times

En m’inscrivant avec une adresse e-mail, je reconnais avoir lu et accepté les conditions d’utilisation et la politique de confidentialité.

Dans son discours sur l’état de la nation en juillet, le président a déclaré que si le pays choisit de passer au nucléaire pendant son mandat, le gouvernement appliquera les directives adoptées par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

READ  Bourse: la collection d'art du milliardaire François Pinault exposée au nouveau musée de Paris

« Je pense qu’il est également temps de réexaminer notre stratégie de construction de centrales nucléaires aux Philippines. Nous nous conformerons bien sûr aux réglementations de l’Agence internationale de l’énergie atomique pour les centrales nucléaires telles que renforcées après Fukushima », a déclaré Mark. législateurs

Il a admis que même si les innovations permettraient aux centrales électriques d’utiliser l’énergie nucléaire à plus petite échelle, le financement pourrait être un problème.

« Dans le domaine de l’énergie nucléaire, de nouvelles technologies ont été développées qui [allow] petites centrales nucléaires modulaires et autres qui en sont dérivées. Encore une fois, les PPP (partenariats public-privé) joueront un rôle de soutien, car le financement dans cette période est limité », a-t-il ajouté.

Le père de Marcos, l’ancien président Ferdinand E. Marcos Sr., était un partisan de l’énergie nucléaire.

La centrale nucléaire de Bataan, la première et la seule centrale nucléaire du pays, n’a pas été utilisée par crainte d’accidents.

Coopération dans l’agriculture et la défense

Pendant ce temps, Marcos a déclaré qu’il avait également mentionné l’agriculture pour voir comment les Philippines pouvaient obtenir l’aide d’autres pays ou entités.

« J’ai eu une réunion très longue et assez productive avec le président français Macron et nous avons bien sûr discuté de certains des problèmes régionaux qui ont un impact sur l’économie et des préoccupations que nous avons pour l’avenir et des partenariats qui se développent même entre les pays. loin loin, des endroits lointains, ce que nous avions l’habitude de penser comme des endroits lointains comme la France et les Philippines », a-t-il déclaré.

READ  Moderna, son patron français et des investisseurs suisses pointés du doigt la lune

La défense a également été discutée, a déclaré le président, notant l’interdépendance non seulement dans l’économie mondiale mais même dans les structures politiques du monde entier dans lesquelles la France serait impliquée.

« Il y a donc une plus grande participation aux exercices, il y a une plus grande présence dans la région Asie-Pacifique et tout ça », a déclaré Marcos.

« Ce sont donc des domaines qui… les trois domaines de base où des partenariats pourraient être explorés. Il a également eu la gentillesse de m’inviter à visiter la France le moment venu », a-t-il ajouté. Le mois dernier, l’ambassadrice de France aux Philippines, Michèle Boccoz, a déclaré que Marcos se rendrait probablement en France, mais n’a pas donné de date définitive quant à la date à laquelle cela se produira.

Le 16 septembre, les deux présidents se sont entretenus pour la première fois par téléphone, où ils ont convenu d’approfondir les relations de leurs pays dans les domaines de l’énergie bas carbone, de la sécurité alimentaire, de la défense et des échanges humains.

Marcos et Macron se sont également rencontrés le 21 septembre en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York.