La semaine dernière, le parlement français était en émoi. Lors d’une séance ordinaire, le député Carlos Martens Bilongo interpellait le gouvernement au sujet d’un navire transportant des centaines de migrants secourus en Méditerranée toujours bloqués en mer, lorsqu’il a été interrompu par Grégoire de Fournas, membre du National d’extrême droite anti-immigration. Réunion. « Vous devriez retourner en Afrique », a crié de Fournas à Bilongo.

Des réactions d’indignation de tout le spectre politique ont suivi, car beaucoup pensaient que le commentaire était dirigé contre Bilongo lui-même, qui est noir, puisque les pronoms « il » et « ils » se prononcent de la même manière en français.

De Fournas a reçu une suspension de 15 jours et une réduction de salaire malgré ses protestations selon lesquelles il faisait référence aux personnes à bord du navire et non à Bilongo lui-même.

Il est facile de considérer de Fournas comme un autre raciste ignorant de l’extrême droite française. Et ça peut aussi en être un. Cependant, lui et les politiciens libéraux qui défendent Bilongo, et même Bilongo lui-même, ont peut-être plus en commun qu’ils ne voudraient l’admettre. Les pronoms n’étaient pas les seuls à risquer d’être confondus.

Apparemment, « Africain » et « noir » se sont mélangés aussi. De toute évidence, à qui De Fournas faisait référence, il n’y aurait eu aucun doute si Bilongo n’avait pas été noir. Et personne ne semblait penser que les immigrés désespérés essayant d’atteindre l’Europe pouvaient être autre chose qu’Africains. Cependant, les tropes selon lesquels tous et seulement les Noirs sont africains, et que les Africains constituent la majorité des personnes qui migrent vers l’Europe, sont facilement démystifiés.

READ  La station spatiale chinoise se prépare à accueillir 1 000 expériences scientifiques

L’épisode a également rappelé une confrontation entre l’humoriste sud-africain et animateur américain de talk-show de fin de soirée Trevor Noah et l’ambassadeur de France aux États-Unis, Gérard Araud, il y a quatre ans.

Commentant la victoire de la France en Coupe du monde en Russie et le fait que 12 des 23 joueurs français étaient noirs, Noah a plaisanté : « L’Afrique a gagné la Coupe du monde ! » Cela a exaspéré Araud, qui a vu dans la blague de Noah une tentative de nier le caractère français des joueurs de la même manière que les collègues de Bilongo comprennent aujourd’hui ce qu’il a dit de Fournas.

Maintenant comme Noé plus tard expliqué, le contexte est tout. Son utilisation du mot « Africains » pour décrire les joueurs français ne serait pas comprise comme un déni de son franquisme de la même manière qu’un politicien français raciste pourrait utiliser « Africains » pour faire exactement cela. Mais il est allé encore plus loin en critiquant l’idée que ce qui est français et ce qui est africain s’excluent mutuellement. On pourrait se demander, si on peut être européen et français, pourquoi pas africain et français ?

En acceptant implicitement la prémisse identitaire de Fournas comme singulière et exclusive (que les Français ne peuvent pas être africains), les libéraux à l’intérieur et à l’extérieur du parlement français perpétuent sans le savoir une idée de la francité ancrée dans les attitudes coloniales d’assimilation comme un « acte de civilisation » . Ils semblent également adhérer à la perception impériale selon laquelle les peuples du continent africain possèdent des identités rigides et globales.

READ  Le Royaume-Uni et la Suisse s'associent alors que la participation d'Horizon Europe reste incertaine | Des nouvelles

Le monde façonné par le colonialisme des deux côtés de la Méditerranée et au-delà en est venu à être défini par la stricte logique européenne du « nous contre eux ». L’idée française d’assimilation cherchait à rendre les Africains français unidimensionnels, dépouillés de leurs histoires alternatives et des idées et concepts identitaires portés par leurs ancêtres.

Mais d’autres empires coloniaux étaient tout aussi obsédés par la régulation et la standardisation de l’identité. Comme l’écrivait feu le professeur Terence Ranger dans un papier marquant le dixième anniversaire de son livre influent « L’invention de la tradition » : « Avant le colonialisme, l’Afrique était caractérisée par le pluralisme, la flexibilité, l’identité multiple ; après cela, les identités africaines de « tribu », de genre et de génération ont été limitées par les rigidités de la tradition inventée ».

L’effet boomerang impérial a vu les techniques utilisées pour contrôler les populations dans les colonies se retrouver chez elles. L’identité est devenue une préoccupation majeure à la fois pour la gauche et la droite en Europe, alimentée par la montée de l’immigration. Des idées rigides sur ce que signifie être français, anglais ou américain, etc., sont à l’origine de plaintes courantes dans tout le monde occidental concernant l’incapacité des immigrants à s’intégrer, à adopter les normes locales et à apprendre les langues locales.

Il est ironique que toute la fureur au parlement français soit littéralement beaucoup de bruit pour rien. Il est bien établi en science que tous les membres de l’espèce homo sapiens sont des descendants d’Africains et, plutôt que d’être encodés dans les gènes, la race, la nationalité et, comme nous l’avons vu, la tribu, sont des inventions sociales et politiques. Même l’africanité, et son association actuelle avec la noirceur codifiée dans le terme analytiquement fallacieux « Afrique subsaharienne » ou dans une « Afrique noire » moins politiquement correcte, est une invention coloniale.

READ  Hubble regarde une étoile explosive disparaître

Au lieu d’accepter la base de l’impérialisme pour les identités exclusives et les versions restreintes de l’humanité qu’elles représentent, nous devons les démanteler. « Aujourd’hui, j’ai été renvoyé à ma couleur de peau. Je suis née en France. Je suis un député français », a protesté Bilongo.

Ce qu’il voulait dire, c’est que la couleur de sa peau était utilisée pour nier son statut de Français et qu’il n’était pas nécessaire qu’il en soit ainsi. Mais tout comme il y a plusieurs façons d’être français, il y a plusieurs façons d’être un être humain. Et cela inclut la possibilité d’être à la fois africain et français.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la position éditoriale d’Al Jazeera.