Pour publication immédiate :
25 juillet 2022

Contact:
Tasgola Bruner 202-483-7382

Kinshasa – Voir la déclaration suivante du vice-président de PETA, Shalin Gala, concernant un nouveau public chaîne de tweets de KEKA Aerospace, une agence spatiale privée de la République démocratique du Congo, confirmant qu’un rat nommé Kavira est mort « à cause d’un dysfonctionnement » à bord de la fusée Troposphere 5 de la firme mais que la société « n’utilisera jamais d’animaux dans [its] enquêter à nouveau », y compris pour le lancement prévu de la fusée Troposphere 6 plus tard cette année. La nouvelle politique publique de l’entreprise fait suite à un e-mail de Jean-Patrice Keka, le fondateur de la maison mère congolaise Développement Tous Azimuts (DTA), qui a été surnommé « l’Einstein africain » par les médias, à PETA en 2021 annonçant « une interdiction totale de l’utilisation d’animaux dans les expériences spatiales DTA » et qu’un cobaye nommé Galaxionaut serait sauvé, pour lequel PETA a décerné à Keka son Lifesaver Award.

L’engagement public audacieux de KEKA Aerospace à supprimer toutes les expérimentations animales est une victoire décisive pour les vols spatiaux humanitaires. Cela place l’entreprise soutenue par la Suisse de la République démocratique du Congo sur la carte en tant qu’innovateur compatissant dans ce domaine. PETA est soulagée et heureuse qu’il n’y ait plus d’animaux terrifiés enfermés dans des capsules, tirés dans le ciel, puis tués lors des atterrissages forcés pour les futurs lancements des fusées Troposphère de la société congolaise. Les animaux ne sont pas des astronautes, et PETA félicite le dirigeant de l’entreprise, Jean-Patrice Keka, d’avoir avancé à des années-lumière dans la course à l’espace réservée aux humains.

Pour plus d’informations sur la collecte d’informations et les reportages d’investigation de PETA, visitez PETA.org ou suivez le groupe sur Twitter, FacebookSoit Instagram.

READ  Euro 2020 : C'est l'heure pour Ciro Immobile de briller pour l'Italie face à l'Angleterre en finale