Le parti au pouvoir Russie unie, qui soutient le président Vladimir Poutine, a conservé sa majorité au parlement après trois jours d’élections et une grande répression Selon leurs détracteurs, malgré la perte d’environ un cinquième de leur soutien, ils ont affiché des résultats partiels lundi.

Avec 50 % des voix comptées, United Russie il était en tête avec 46,11% des voix, a indiqué la commission électorale, suivi par le Parti communiste avec 21,4%.

Bien que cela représente une victoire catégorique, ce serait une performance plus faible pour Russie unie que lors des dernières élections législatives tenues en 2016, lorsque le parti a recueilli un peu plus de 54 % des voix.

À malaise depuis des années de niveaux de vie vacillants et d’allégations de corruption par un critique emprisonné du Kremlin Alexeï Navalny ils ont perdu un peu de soutien, et une campagne de vote tactique organisée par les alliés de Navalny semble avoir infligé plus de dégâts.

Les critiques du Kremlin ont déclaré que le vote était, de toute façon, une imposture et que Russie unie aurait été bien pire dans un concours équitable, compte tenu de la répression préélectorale qui a interdit le mouvement de Navalny, interdit à ses alliés de se présenter et ciblé les médias critiques et organisations non-gouvernementales. .

Le résultat semble peu susceptible de changer le paysage politique, Poutine, qui est au pouvoir en tant que président ou Premier ministre depuis 1999, domine toujours avant la prochaine élection présidentielle de 2024. Poutine n’a pas encore dit s’il se présentera.

Le dirigeant de 68 ans reste une figure populaire auprès de nombreux Russes qui lui attribuent sa résistance à l’Occident et le rétablissement de la fierté nationale.

Les résultats partiels ont montré que le parti nationaliste LDPR arrivait en troisième position avec environ 9%. Les deux parties ont tendance à soutenir le Kremlin sur des questions clés.

Lors d’un rassemblement de célébration au siège de Russie unie diffusé à la télévision d’État, le maire de Moscou Sergueï Sobianine, un proche allié du dirigeant russe, a crié : « Poutine ! Poutine ! Poutine ! « à une foule agitant des drapeaux qui faisaient écho à sa chanson.

Le maire de Moscou Sergueï Sobianine s’adresse aux partisans du parti Russie unie. Photographie : Mikhail Svetlov / Getty Images

Les alliés de Navalny, qui purge une peine de prison pour des violations de la libération conditionnelle qu’il nie, avaient vote tactique encouragé contre Russie unie, un stratagème qui revenait à soutenir le candidat le plus susceptible de le vaincre dans une circonscription donnée.

Dans de nombreux cas, ils avaient conseillé aux gens de se boucher le nez et de voter pour les communistes. Les autorités avaient tenté de bloquer l’initiative en ligne.

La commission électorale a mis du temps à publier les données du vote en ligne à Moscou, où Russie unie ne réussit traditionnellement pas aussi bien que dans d’autres régions. Les candidats pro-Kremlin étaient en tête dans la plupart des 15 districts de la ville avant que les votes en ligne ne soient comptés.

Golos, un chien de garde électoral accusé d’être un agent étranger par les autorités, a déclaré avoir enregistré des milliers de violations, notamment des menaces contre des observateurs et le remplissage de bulletins de vote, dont des exemples flagrants ont circulé sur les réseaux sociaux, avec certaines personnes filmées en train de déposer des bulletins de vote. . dans les urnes.

La Commission électorale centrale a déclaré qu’elle avait enregistré 12 cas de remplissage des bulletins de vote dans huit régions et que les résultats de ces bureaux de vote seraient annulés.

Le Kremlin nie une offensive à caractère politique et affirme que des personnes sont poursuivies pour avoir enfreint la loi. Elle et Russie unie ont nié tout rôle dans le processus d’inscription des candidats.

« Un jour, nous vivrons dans une Russie où il sera possible de voter pour de bons candidats avec différentes plates-formes politiques », a écrit l’allié de Navalny, Leonid Volkov, sur Telegram Messenger avant la clôture des scrutins dimanche.

Un retraité de Moscou qui n’a donné son nom que comme Anatoly a déclaré qu’il avait voté pour Russie unie parce qu’il était fier des efforts de Poutine pour restaurer ce qu’il considère comme le statut légitime de grande puissance de la Russie.

« Des pays comme les États-Unis et la Grande-Bretagne nous respectent maintenant plus ou moins comme ils ont respecté l’Union soviétique dans les années 1960 et 1970. Les Anglo-Saxons ne comprennent que le langage de la force », a-t-il déclaré.

Il y avait aussi une apathie généralisée, avec des chiffres officiels montrant un taux de participation d’environ 47%.

« Je ne vois pas l’intérêt de voter », a déclaré une coiffeuse moscovite qui s’appelait Irina. « De toute façon, tout a été décidé par nous. »

READ  De Breitbart à Miller: voici comment le cercle MAGA de Trump a répondu à la première conférence de presse de Biden