Ce week-end, la maire de Paris Anne Hidalgo dit au Parisien que les Parisiens pourront se prononcer sur l’interdiction ou non des trottinettes électriques en free-floating. Quoi je l’ai expliqué la semaine dernièreDott, Lime et Tier, les trois sociétés de scooters opérant actuellement dans la ville, ont des licences d’exploitation qui expireront le 23 mars 2023. Et le sort de ces services pourrait avoir de larges implications pour le secteur de la micromobilité.

« Si les Parisiens veulent avoir leur propre scooter, pas de problème. Mais nous avons un vrai problème avec les scooters flottants. Il n’est pas respectueux du climat. Les salariés qui travaillent pour ces entreprises ne sont pas traités correctement », a déclaré le maire de Paris au Parisien.

« C’est pourquoi je vais poser une question aux Parisiens lors d’un vote qui aura lieu dimanche 2 avril afin que je puisse comprendre ce qu’ils veulent », a-t-il ajouté.

Chaque opérateur dispose actuellement d’une flotte de 5 000 trottinettes électriques. Bien que le vote ait lieu quelques jours après l’expiration de la licence, les entreprises de scooters pourront toujours maintenir leurs services après le 23 mars. Les licences seront prolongées jusqu’à ce qu’il y ait une certaine clarté.

La mairie est divisée en trottinettes électriques. L’adjoint au maire David Belliard s’est fortement opposé à de tels services. Il est responsable des transports et est également membre du parti vert. Il est un allié important d’Anne Hidalgo, membre du Parti socialiste.

Mais cela ne veut pas dire que l’ensemble du conseil municipal souhaite interdire les trottinettes électriques. La mairie de Paris décide enfin si les trottinettes partagées doivent être interdites ou non. Et elle a décidé que… elle ne déciderait pas, même si elle n’aime pas les motos.

READ  L'émission principale de Netflix qui revient pour le nouvel épisode de Surprise sera gratuite

« Devrions-nous avancer avec des scooters en vol stationnaire ou non ? Lors de l’audition publique de l’année dernière avec les Parisiens, c’était un sujet polarisant : C’est une bataille. Mon idée est que nous devrions arrêter. Mais je respecterai le vote des Parisiens même s’ils ne sont pas d’accord avec ce que je veux », a déclaré Hidalgo au Parisien.

La campagne est donc lancée. Dott, Lime et Tier alignent déjà leurs points de discussion. Par exemple, selon eux, les trottinettes électriques sont une option de transport écologique. La réalité est un peu plus complexe, car un scooter électrique est plus écologique qu’un trajet en Uber. Mais Paris dispose également d’un réseau de métro dense.

Selon une enquête Ipsos financée par Dott, Lime et Tier, 40% des Parisiens sont satisfaits des scooters. 88% d’entre eux pensent également qu’ils sont là pour rester. Voyons si cette opinion se reflète dans les résultats du vote.

Voici une déclaration conjointe de Dott, Lime et Tier :

« Nous saluons la décision de consulter les Parisiens sur le service de trottinettes électriques partagés de la ville et nous nous réjouissons d’assurer sa continuité dans les mois à venir.

Avec plus de 2 millions de passagers uniques utilisant le service e-scooter partagé cette année seulement, et 700 tonnes d’émissions de CO2 économisées en 2021 en roulant vert dans la capitale, nous sommes convaincus que les Parisiens sont conscients du rôle joué par les options de micromobilité zéro émission. . jouer pour contribuer à la réalisation des ambitions affichées dans les accords de Paris lors de la COP21.

Tous les salariés des trois opérateurs de la région parisienne, 800 au total, tous en CDD et en CDI, prennent acte de cette grâce. Lime, Dott et Tier resteront vigilants sur les termes de cette consultation, qui semble indiquer que seuls les habitants du centre de Paris auront le droit de vote et ceux habitant la banlieue de la ville, ainsi que les expatriés et les résidents allochtones qu’ils habitent. centre ville. la ville de Paris ne pourra pas voter.

Correction : Une version antérieure de cet article indiquait que les licences d’exploitation expireraient encore le 23 mars 2023. Les licences ont été prolongées et les trottinettes resteront dans les rues de Paris au moins jusqu’au résultat du vote.

READ  Une nouvelle exposition à Londres explorera « la dépêche française »