PARIS (Reuters) – Le gouvernement français et l’exécutif de l’Union européenne sont sur le point de s’entendre sur les conditions d’un plan de sauvetage pour Air France, qui, comme d’autres compagnies aériennes, a été touchée par la pandémie de coronavirus, a rapporté Le Monde.

L’accord attendu verrait Air France abandonner moins de créneaux de vol sur sa base parisienne que ce que la Commission européenne avait initialement demandé, notamment à l’aéroport d’Orly, a indiqué le journal dans un rapport publié vendredi soir.

Contactée par Reuters, une porte-parole de la Commission a déclaré qu’elle était en contact avec les autorités françaises. “Nous ne pouvons pas préjuger du moment ou du résultat de ces contacts”, a-t-il ajouté.

Air France et le ministère français de l’Économie ont refusé de commenter.

Le groupe Air France-KLM a enregistré une perte nette de 7,1 milliards d’euros (8,38 milliards de dollars) l’an dernier.

Il a reçu 10,4 milliards d’euros de prêts et de garanties de la France et des Pays-Bas et a négocié une recapitalisation soutenue par l’État, les régulateurs de l’UE cherchant des concessions de créneaux horaires dans les aéroports de Paris-Orly et d’Amsterdam-Schiphol.

Dans le cadre d’un plan présenté à Bruxelles, la France échangerait un prêt d’actionnaire de 4 milliards d’euros accordé à Air France-KLM l’année dernière contre une dette hybride ou à perpétuité, ont indiqué les sources.

Air France et ses syndicats avaient résisté aux demandes de l’UE de concessions de machines à sous à Orly.

Les concessions de créneaux pour KLM n’ont pas encore été convenues entre la Commission et le gouvernement néerlandais, ont déclaré Le Monde et le quotidien français Les Echos.

READ  Rencontrez le milliardaire Sir Jim Ratcliffe, fan d'enfance de Man Utd, et commentez le club commercial

(1 USD = 0,8477 euros)

(Reportage de Gus Trompiz, Francesco Guarascio, Laurence Frost et Gilles Guillaume; édité par Jan Harvey)