Nous approchons de dix-neuf mois depuis que Christopher McQuarrie a appelé pour la première fois à l’action en Mission : Impossible 7, et le dernier chapitre de la franchise d’espionnage globe-trotter n’est pas encore terminé. Toutes les grandes productions ont été durement touchées par la pandémie, mais peu ont souffert plus que la dernière apparition de Tom Cruise en tant qu’Ethan Hunt.

La star et producteur a expliqué pourquoi il était si déterminé à continuer à filmer malgré les revers constants, qui ont entraîné de multiples fermetures lorsque les acteurs et l’équipe ont atterri en Italie, au Royaume-Uni, en Norvège, en Pologne, en Suisse, au Moyen-Orient, puis de nouveau en le Royaume-Uni où la touche finale est enfin appliquée.

Au dire de tous, cela a été un cauchemar pour le dire à la légère, et maintenant Paramount a déposé une poursuite de 100 millions de dollars contre la compagnie d’assurance impliquée dans Mission : Impossible 7 pour ne pas avoir couvert les coûts COVID-19 de la surproduction. Selon le dossier, le film a été arrêté pas moins de sept fois en raison de personnes protégées par la politique actuelle testées positives ou contractant le virus, et le studio souhaite être remboursé autant que possible.

Il s’agit d’une action en justice pour rupture de contrat dirigée contre la filiale de la Compagnie d’assurance fédérale de Chubb, que Paramount prétend que la compagnie a refusé de payer lorsque le montant total des pertes assurées en vertu de la police a été demandé. Jusqu’à présent, Federal n’a couvert que 5 millions de dollars, il y a donc une énorme déconnexion entre les deux parties. Aussi malheureux que cela puisse paraître, une bataille judiciaire serait parfaitement conforme à Mission : Impossible 7Route rocheuse vers le grand écran.

READ  Halley Ryherd, un avocat immobilier de l'Iowa, gagne sur "Jeopardy!"