Lors d’une grande chasse (cerf, daim, sanglier), qui a eu lieu il y a une dizaine de jours près de la ville d’Azambuja, à une soixantaine de kilomètres au nord de la capitale portugaise. , 540 animaux ont été sacrifiés.

Le parquet portugais a ouvert lundi une enquête sur un voyage de chasse dans la région de Lisbonne au cours duquel 540 animaux ont été abattus, provoquant l’indignation dans le pays.

“Dans le cadre de cette affaire, une enquête est en cours d’ouverture qui incombe au service d’enquête et d’action pénale de Lisbonne”, a déclaré un porte-parole du parquet.

Cette chasse au gros gibier (cerf, daim, sanglier) a eu lieu il y a une dizaine de jours près de la ville d’Azambuja, à une soixantaine de kilomètres au nord de la capitale portugaise, sur la propriété de Torre. Bela, une zone qui dépasse les 1000 hectares parmi les plus grandes d’Europe et entourée d’un mur.

L’un des 16 participants espagnols a salué ce voyage de chasse dans un post sur le réseau social Facebook, rapidement effacé en raison de la colère des internautes.

Accompagné d’une photographie montrant des dizaines d’animaux morts alignés au sol, il comportait la légende suivante: «540 animaux avec 16 chasseurs au Portugal, un record lors d’un super coup».

“Un acte vestimentaire”

À partir de ce moment, l’événement a suscité une indignation généralisée au-delà des médias sociaux. Le gouvernement portugais, par l’intermédiaire du ministre de l’Environnement, Joao Pedro Matos Fernandes, a condamné un “acte de haine” et un “crime environnemental inacceptable”, ouvrant la porte à une révision de la loi sur la chasse.

READ  L'adversaire russe Alexei Navalny accuse Poutine d'être "derrière" son empoisonnement

Les partis politiques de toutes sortes ont également critiqué cette chasse. Le parti animalier PAN, qui compte quatre membres du parlement portugais, a par exemple déclaré que “tuer pour le plaisir est tout simplement inhumain”.

De leur côté, les associations de chasseurs ont évoqué un “massacre” voire une “extermination” lors de cette chasse qui, selon l’espresso hebdomadaire, a été organisé par la société espagnole spécialisée Hunting Spain Portugal Monteros de La Cabra.

La propriété Torre Bela a fait valoir dans un communiqué qu’elle n’était pas responsable de la manière «illégitime» dont ces coups avaient eu lieu sur ses terres.

L’Institut pour la conservation de la nature et des forêts (ICNF), qui n’avait pas été préalablement informé de ce fait, avait déjà ouvert sa propre enquête la semaine dernière et suspendu l’autorisation de chasser sur cette propriété.